5 383.54 PTS
+0.06 %
5 383.00
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 314.08
+0.13 %
DAX PTS
12 568.95
-0.17 %
Dowjones PTS
24 748.07
-0.16 %
6 833.21
+0.00 %
Nikkei PTS
22 191.18
+0.15 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Parti radical, plus vieux parti de France

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
Edgar Faure s'adresse aux médias, le 2 décembre 1955 à l'Hôtel Matignon à Paris
Edgar Faure s'adresse aux médias, le 2 décembre 1955 à l'Hôtel Matignon à Paris ( / INTERCONTINENTALE/AFP/Archives )

Créé en 1901, le Parti radical, qui va sceller ce week-end sa réunification 45 ans après sa scission, est le plus vieux parti de France, souvent pris en tenaille au gré de l'histoire politique entre la droite et la gauche.

Parti de notables, il aura fourni dix des 21 chefs de gouvernement de la IVe République, comme Edgar Faure ou Pierre Mendès France, et accueilli des grands noms de l'histoire contemporaine : Georges Clemenceau, Jean Moulin ou Edouard Herriot.

Fondé sur les valeurs de la République, de la laïcité et lié à la franc-maçonnerie, le Parti radical a cette particularité de regrouper des membres qui divergent sur les questions économiques et sociales, entre la gauche et le centre.

S'il domine la vie politique française jusqu'en 1914, il va connaître une perte d'influence à partir de la première guerre mondiale.

En 1936, il fait partie du Front populaire mais se retrouve majoritairement allié à la droite dans les derniers moments de la IIIe République.

Largement décimé pendant la guerre de 1939-45, car très engagé dans la Résistance, il compte encore ensuite des figures politiques de premier plan.

Pierre Mendès France, le 22 juin 1954 à Paris
Pierre Mendès France, le 22 juin 1954 à Paris ( / AFP/Archives )

La bipolarisation qui marque la Vème République mettra toutefois fin à son influence marquante. La guerre d'Algérie donne d'abord lieu à une scission: l'aile droite, en désaccord avec Mendès France, part en 1956. Mendès est exclu du parti en 1959 après s'être opposé un an avant au retour du général de Gaulle.

En 1965 le parti soutient François Mitterrand à la présidentielle, rejoignant la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste (FGDS).

Avec Jean-Jacques Servan-Schreiber à sa tête en 1971, le parti se lance dans l'aventure des Réformateurs, une alliance avec une partie des centristes. Mais en 1972, entraînée par Robert Fabre, une minorité signe le programme commun de la gauche qui conduira à la victoire de François Mitterrand en 1981.

Ce choix de l'union avec les socialistes - mais surtout avec les communistes - provoque la scission de 1972, les partisans du programme commun partant créer le Mouvement des radicaux de gauche devenu ensuite Parti radical de gauche (PRG).

L'autre devient le Parti radical valoisien (PR) -du nom du siège du parti situé place de Valois- et se rapproche de l'UDF, puis de l'UDI, pour incarner le centre droit et participer aux gouvernements issus de la majorité RPR/UDF.

En 2002, une majorité des radicaux participent à la création de l'UMP, avec laquelle l'adhésion devient commune. Mais depuis le congrès de 2007, les adhérents pouvaient choisir ou pas la double appartenance PR/UMP.

Cette année-là, Jean-Louis Borloo (PR) et Jean-Michel Baylet (PRG) avaient déjà tenté sans succès un rapprochement de leurs deux formations.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/04/2018

Avec l'offre de Total

Publié le 17/04/2018

Paris, Amsterdam, le 17 avril 2018   Communiqué de presse   Unibail-Rodamco annonce le prix de son offre initiale de titres hybrides destinés à financer une part de la…

Publié le 17/04/2018

Un bloc portant sur 39...

Publié le 16/04/2018

Budget Telecom a publié pour l'exercice 2017 un chiffre d'affaires de 9,7 ME, en vive progression de 20% avec l'activité Mint Energie - qui a...

Publié le 15/04/2018

Vue de la gare Saint-Charles à Marseille, le 9 avril 2018 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )Emmanuel Macron a confirmé dimanche que l'Etat reprendrait progressivement une partie de la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2018

AccorHotels gagne du terrain (+0,5% à 45,8 euros) au lendemain de l'annonce d'un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 0,6% en données publiées,...

Publié le 19/04/2018

"Nous avons lancé un travail permettant de présenter au conseil de surveillance les bénéfices d'une éventuelle cotation de Universal Music Group (UMG)". Cette phrase d'Arnaud de Puyfontaine,…

Publié le 19/04/2018

Pier 1 Imports a dévoilé un bénéfice net de 15,05 millions de dollars au titre du quatrième trimestre, clos début mars, en baisse de 43%. Ramené au nombre d'actions Pier 1 Imports, il ressort…

Publié le 19/04/2018

Vivendi accélère à la mi-journée en bourse (+2% à 21,3 euros) après les dernières annonces d'Arnaud de Puyfontaine...

Publié le 19/04/2018

Micropole fléchit de 2,2% à 1,34 euro dans un volume épais représentant 2,4% du tour de table...