En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 591.69 PTS
-
5 525.50
-0.17 %
SBF 120 PTS
4 424.76
-
DAX PTS
12 250.75
+0.12 %
Dowjones PTS
26 656.39
+0.55 %
7 810.71
-
1.121
-0.09 %

Le Maire attaque Les Républicains sur le RIP, déclenche une bronca

| AFP | 361 | 4 par 4 internautes
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 10 avril 2019 à Paris
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale, le 10 avril 2019 à Paris ( Bertrand GUAY / AFP )

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclenché une bronca mercredi à l'Assemblée nationale puis au Sénat, en critiquant vivement la participation des Républicains au lancement d'un référendum d'initiative partagée (RIP) contre la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

"Je voudrais relever les contradictions de cet équipage de circonstance qui s'oppose à la privatisation d'ADP", a déclaré au Palais Bourbon M. Le Maire, qui s'est exprimé sous les huées des députés quasiment tout le long de son intervention.

"Mesdames et Messieurs Les Républicains, cela a dû vous faire bizarre de vous retrouver sur la même estrade que les communistes et les socialistes, pour vous opposer à la privatisation d'ADP", a-t-il lancé aux élus.

Alors que 185 signatures sont requises pour un "RIP", procédure jusqu'ici inédite depuis son introduction dans la Constitution en 2008, les parlementaires ont déposé mardi une proposition de loi référendaire avec 248 signataires, issus de 11 groupes dans les deux chambres.

Cette proposition doit d'abord être validée par le Conseil constitutionnel puis signée par 10% du corps électoral (soit 4,5 millions de citoyens), pour déclencher le référendum.

"Mesdames et messieurs les Républicains ça a dû vous faire bizarre d'avoir comme porte-parole de votre opposition à la privatisation d'ADP, le porte-parole du groupe du Parti socialiste à l'Assemblée nationale, vous avez dû vous demander: +mais est-ce que je me suis pas trompé de salle, est-ce que je me suis pas trompé de camp?+", a ironisé le ministre.

M. Le Maire a encore relevé les "contradictions de ceux qui ont soutenu les privatisations, soutenu les candidats aux primaires qui voulaient des privatisations et qui s'y opposent, maintenant".

"Vous ne savez plus où vous habitez, vous ne savez plus où est le nord où est le sud, où est l'est, ou est l'ouest", a-t-il poursuivi.

"J'ai absolument honte de cette bronca que vous avez installée au moment d'écouter la réponse du ministre. Vous vous êtes mal tenus", s'est indigné pour sa part le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Interpellé sur la même question au Sénat par un élu communiste, à l'occasion du débat sur le grand débat, M. Le Maire a là aussi déclenché de vives protestations, lorsqu'il a évoqué "un attelage étrange qui est peut-être la première étape d'un programme commun entre Les Républicains et le Parti socialiste".

"Vous affaiblissez la démocratie représentative, en contestant des dizaines d'heures de travail de vos représentants, des sénateurs et des députés sur la privatisation d'ADP", a-t-il lancé, assurant attendre "sereinement la décision du Conseil constitutionnel".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2019

Dans les premières positions du SRD, GL Events s'adjuge 4,4% à 22,7 euros en début de séance, porté par sa publication trimestrielle...

Publié le 24/04/2019

AdUX publie ses résultats pour l'année 2018...

Publié le 24/04/2019

Alain Weill, Président directeur général de Altice France, a annoncé la nomination de Marc-Olivier Fiogiel en tant que Directeur général de BFMTV, à compter de début juillet 2019. Ainsi, il…

Publié le 24/04/2019

Saint-Gobain a finalisé l’acquisition de 100% du capital de Knauf Mexico, société de production et de distribution de plaques de plâtre. Knauf Mexico a réalisé en 2018 des ventes pour près de…

Publié le 24/04/2019

La révision à la baisse des prévisions annuelles de profits de Nissan pénalise son actionnaire Renault (-3,24% à 60,70 euros) et les équipementiers automobiles français : -1,6% à 114 euros. Le…