En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 835.0
-1.10 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 134.92
-1.88 %
6 620.00
-2.19 %
1.130
-0.45 %

Le Kurdistan irakien, une région autonome depuis 1991

| AFP | 322 | 3 par 1 internautes
Un mural représentant la citadelle d'Erbil, le 26 septembre 2018 au Kurdistan irakien
Un mural représentant la citadelle d'Erbil, le 26 septembre 2018 au Kurdistan irakien ( SAFIN HAMED / AFP )

Le Kurdistan irakien, où des élections parlementaires auront lieu dimanche, est une région autonome depuis 1991 qui connaît sa pire crise économique depuis le fiasco du référendum d'indépendance il y a un an.

- Nord montagneux -

Située dans le nord montagneux de l'Irak, le Kurdistan irakien, dont la capitale est Erbil, compte environ cinq millions d'habitants, principalement des Kurdes, mais aussi une minorité de Turkmènes.

Majoritairement sunnite, avec pour langues officielles le kurde et l'arabe, la région regroupe trois provinces (Dohouk, Erbil et Souleimaniyeh).

Peuple d'origine indo-européenne, les Kurdes sont aussi établis en Turquie, en Iran et en Syrie.

- Longtemps persécutés -

La lutte nationale kurde, engagée pendant le mandat britannique, est relancée en 1961 par le Parti démocratique kurde (PDK) de Moustapha Barzani, créé en 1946.

En mars 1970, le Baas irakien concède la création d'une région kurde. Mais quatre ans plus tard, les combats reprennent après le rejet par Moustapha Barzani de ce statut.

Le PDK connaît une scission avec la création par Jalal Talabani de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), avec un programme révolutionnaire.

En 1987-1988, à la fin de la guerre Irak-Iran, le régime de Saddam Hussein lance une violente campagne contre les Kurdes, baptisée Anfal. Près de 180.000 Kurdes sont tués et plus de 3.000 villages détruits. Le régime force des milliers de Kurdes à quitter leur foyer et les "remplace" par des Arabes.

Bagdad utilise des gaz chimiques contre le village de Halabja (nord-est), tuant 5.000 personnes.

- Autonomie -

Après la défaite irakienne lors de guerre du Golfe de 1991, les Kurdes se soulèvent, mais la répression provoque un exode, poussant les Etats-Unis et leurs alliés à instaurer une zone d'exclusion aérienne pour les protéger.

Dès 1992, les Kurdes irakiens élisent un Parlement et constituent un gouvernement.

Mais en 1994, l'UPK et le PDK s'affrontent sur la question du partage des ressources du territoire. Les violences font 3.000 morts en quatre ans.

En 2003, les Kurdes s'allient aux troupes américaines dans leur guerre pour renverser Saddam Hussein. Le Kurdistan irakien se constitue en région autonome aux termes de la Constitution irakienne de 2005, qui instaure une République fédérale.

En juin, Massoud Barzani est élu président de la région par le Parlement kurde, installé quelques mois auparavant. Jalal Talabani avait été désigné en avril président de l'Irak.

- Alliés de la coalition anti-EI -

En juin 2014, les forces kurdes prennent le contrôle de la ville de Kirkouk, à la faveur du chaos créé par la percée des jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Les peshmergas (combattants kurdes) vont être un allié-clé de la coalition menée par les Etats-Unis pour repousser l'EI des zones frontalières du Kurdistan. Ils ont notamment pris part à la bataille dans la province de Ninive (nord), où se trouve Mossoul, reconquise en juillet 2017 par les forces irakiennes.

- Tentative avortée de sécession -

Le 25 septembre 2017, le Kurdistan irakien vote en faveur de l'indépendance lors d'un référendum organisé à l'initiative de Massoud Barzani contre l'avis de Bagdad et de la communauté internationale, jusque dans les zones disputées au-delà des frontières de la région autonome.

Le vote déclenche une série de représailles des autorités centrales.

Bagdad envoie ses troupes reprendre le contrôle des zones disputées où les combattants kurdes s'étaient déployés, notamment lors de la percée de l'EI.

De son côté, Massoud Barzani se dit contraint à renoncer à la présidence de la région. Depuis, le gouvernement régional est dirigé par son neveu Netchirvan Barzani et le vice-Premier ministre Qoubad Talabani, fils de Jalal Talabani décédé en octobre.

- Privé de ses revenus de pétrole -

Le Kurdistan irakien a connu un véritable boom économique après l'invasion de l'Irak en 2003, alors que le reste du pays s'enfonçait dans la violence. La percée de l'EI en 2014 a cependant porté un rude coup aux investissements.

Les importantes pertes territoriales après le référendum avorté ont mis à genoux l'économie du Kurdistan, qui a perdu les revenus du pétrole extrait de son sol et les zones disputées, notamment la région pétrolière de Kirkouk.

Bagdad a aussi imposé près de six mois de blocus aérien aux deux aéroports de la région.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...