En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.69 PTS
-1.69 %
5 029.00
-0.42 %
SBF 120 PTS
3 976.99
-1.79 %
DAX PTS
11 274.28
-2.17 %
Dowjones PTS
25 236.62
-0.32 %
7 120.75
-0.29 %
1.147
+0.03 %

Le Kurdistan irakien depuis le fiasco du référendum pour l'indépendance

| AFP | 347 | Aucun vote sur cette news
Des partisans de l'Union patriotique du Kurdistan rassemblés à Erbil lors d'un meeting électoral, le 25 septembre 2018
Des partisans de l'Union patriotique du Kurdistan rassemblés à Erbil lors d'un meeting électoral, le 25 septembre 2018 ( SAFIN HAMED / AFP )

Le Kurdistan irakien autonome a sombré dans le chaos après le fiasco du référendum d'indépendance de septembre 2017, rejeté avec force par le pouvoir central à Bagdad et la communauté internationale.

Le "oui" à l'indépendance l'avait largement emporté, mais Bagdad n'a jamais reconnu ce résultat ni le scrutin lui-même. Et la Cour suprême irakienne a jugé que le référendum kurde était "anticonstitutionnel".

- Vote historique -

Le 25 septembre 2017, le "oui" l'emporte sans surprise avec près de 93% des voix au référendum d'indépendance, organisé malgré l'opposition de Bagdad, la pression des pays voisins et les critiques internationales.

Le scrutin, organisé à l'initiative de Massoud Barzani, s'est tenu non seulement au Kurdistan irakien, mais aussi dans des zones disputées, comme la région pétrolière de Kirkouk.

- Sanctions -

Le 26 septembre, le Premier ministre Haider al-Abadi menace de sanctions le Kurdistan irakien.

Massoud Barzani appelle Bagdad "à ne pas fermer la porte du dialogue", assurant que le référendum ne vise pas à "délimiter la frontière (avec l'Irak) ni à l'imposer de facto".

Le lendemain, les députés irakiens votent en faveur de la fermeture des postes-frontières hors de l'autorité de l'Etat.

Le 29, les liaisons aériennes --hors vols humanitaires, militaires ou diplomatiques-- entre le Kurdistan irakien et l'étranger sont coupées sur ordre de Bagdad. Le 30, l'Iran gèle les échanges de produits pétroliers.

- Reprise de Kirkouk -

Le 13 octobre, les forces gouvernementales lancent des opérations militaires dans la province de Kirkouk et reprennent des premières positions tenues depuis trois ans par les combattants kurdes.

Le 15, les autorités kurdes ignorent les exigences de Bagdad sur le retrait des peshmergas de Kirkouk et l'annulation du référendum. Après expiration d'un ultimatum, l'armée progresse rapidement en direction des champs pétroliers de la province et reprend des routes et des infrastructures.

Le 20, le dernier secteur de Kirkouk encore aux mains des peshmergas est repris par Bagdad.

- Barzani contraint au départ -

Le 23 octobre, le Kurdistan irakien délivre des mandats d'arrêt contre 11 personnalités irakiennes en réaction à des mesures similaires de Bagdad envers des dirigeants kurdes.

En novembre, Massoud Barzani se dit contraint à la démission. Il dénonce une "haute trahison nationale", faisant référence sans les nommer aux dirigeants du parti rival de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) dont les combattants s'étaient retirés sans combat de la province de Kirkouk.

Le 20 novembre, la Cour suprême irakienne déclare "anticonstitutionnel" le référendum.

- Contestation -

Le 18 décembre, un mouvement de contestation éclate dans la province kurde de Souleimaniyeh contre le gouvernement régional basé à Erbil, accusé de "corruption".

Le lendemain, des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants font au moins cinq morts par balles et près de 200 blessés, selon des sources médicales.

- Fin du blocus -

Le 20 janvier, Haider al-Abadi reçoit à Bagdad le chef du gouvernement local kurde Netchirvan Barzani pour la première fois depuis la tentative avortée de sécession.

Le 13 mars, Bagdad lève le blocus aérien, après avoir obtenu de reprendre le contrôle sécuritaire des deux aéroports de la région autonome. Les vols internationaux reprennent à l'aéroport de Souleimaniyeh, une semaine plus tard. Durant près de six mois de blocus, tous les vols du Kurdistan hors du territoire irakien transitaient par Bagdad.

Le 19, Bagdad paye pour la première fois les salaires des fonctionnaires du Kurdistan, un des derniers contentieux importants. Bagdad précise toutefois qu'il ne paiera que tant que le Kurdistan lui reversera les revenus du pétrole produit dans ses trois provinces.

- Elections parlementaires -

Le 11 septembre, le Kurdistan d'Irak lance la campagne pour l'élection, le 30 septembre, des représentants au Parlement de la région autonome.

Le Parlement régional actuel est dominé, comme le gouvernement du Kurdistan d'Irak, par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani, suivi de l'UPK du défunt président irakien Jalal Talabani.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

La haute autorité des télécoms déplore une dégradation progressive et significative de la qualité de service en matière de téléphonie fixe...

Publié le 23/10/2018

Eurobio Scientific a fait évoluer avec succès ses systèmes de management de la qualité pour continuer à justifier du marquage CE de ses produits au-delà de 2019...

Publié le 23/10/2018

'Oggy et les Cafards', le pari gagnant de Xilam. Ce succès mondial made in France compte 7 saisons et 500 épisodes...

Publié le 23/10/2018

En cumulées, sur deux semaines, les réservations de Capelli atteignent 27,3 ME...

Publié le 23/10/2018

Louis Gallois renonce au Comité Stratégique...