5 319.17 PTS
-
5 304.00
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 234.88
+0.00 %
DAX PTS
12 993.73
-
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 261.76
-0.60 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le gouvernement va devoir modifier la principale taxe finançant le CNC

| AFP | 130 | Aucun vote sur cette news
Le Conseil constitutionnel a donné vendredi jusqu'à la mi-2018 au gouvernement pour modifier la principale taxe finançant le Centre national du cinéma (CNC), payée par les chaînes de télévision, jugeant son assiette non conforme à la constitution
Le Conseil constitutionnel a donné vendredi jusqu'à la mi-2018 au gouvernement pour modifier la principale taxe finançant le Centre national du cinéma (CNC), payée par les chaînes de télévision, jugeant son assiette non conforme à la constitution ( Miguel Medina / AFP/Archives )

Le Conseil constitutionnel a donné vendredi jusqu'à la mi-2018 au gouvernement pour modifier la principale taxe finançant le Centre national du cinéma (CNC), payée par les chaînes de télévision, jugeant son assiette non conforme à la constitution.

Le Conseil constitutionnel avait été saisi par le Conseil d'Etat d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), suite à un recours d'une filiale du groupe M6, EDI TV, concernant l'assiette de la "taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision".

Cette taxe, qui rapporte environ un demi-milliard d'euros par an au CNC, est due par les chaînes de télévision, et est assise sur les recettes de la publicité et des parrainages versées non seulement aux chaînes elles-mêmes, mais aussi aux régies publicitaires, rappelle le Conseil constitutionnel dans sa décision rendue publique vendredi.

Or, EDI TV avait plaidé que cette assiette, en incluant les sommes perçues par les régies, qui ne sont pas forcément récupérées au bout du compte par les chaînes de télévision, était contraire au principe d'égalité devant les charges publiques puisque la taxe était ainsi prélevée "sans tenir compte des facultés contributives de ses redevables", selon la décision.

Un argument validé par le Conseil constitutionnel, qui a jugé qu'"en posant le principe de l'assujettissement, dans tous les cas et quelles que soient les circonstances, des éditeurs de services de télévision au paiement d’une taxe assise sur des sommes dont ils ne disposent pas" (à savoir celles perçues par les régies publicitaires), "le législateur a méconnu les exigences" posées par l'article 13 de la Déclaration de 1789, à savoir que les impôts doivent être répartis entre les citoyens "en raison de leurs facultés".

Le Conseil constitutionnel a donc déclaré contraire à la constitution la mention des régies publicitaires et de parrainage dans la définition de l'assiette de la taxe.

Mais, point crucial pour le CNC, et alors qu'EDI TV avait demandé une censure de la taxe avec effet immédiat, ce qui aurait pu conduire au remboursement de la taxe, le Conseil constitutionnel a décidé "de reporter au 1er juillet 2018 la date de prise d'effet de cette déclaration", et ce "afin de permettre au législateur de tirer les conséquences de la déclaration d'inconstitutionnalité des dispositions contestées".

"D'ici à ce que le législateur y remédie, s'il choisit d'intervenir, la taxe continuera donc à être prélevée en application des dispositions contestées", a précisé l'instance dans un communiqué.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

EuropaCorp a annoncé vendredi soir la cession du fonds de commerce relatif à son activité deproduction télévisuelle française à l’actuel Directeur général d’EuropaCorp Television, Thomas…

Publié le 20/11/2017

Neolife, spécialiste des éco-matériaux pour la construction, confirme le dynamisme de son activité et anticipe d'ores et déjà le dépassement de son objectif annuel de chiffre d'affaires de 6…

Publié le 20/11/2017

L'éditeur a bouclé le programme de rachat d'actions lancé en octobre...

Publié le 20/11/2017

Groupe Eurotunnel devient Getlink à compter d'aujourd'hui...

Publié le 20/11/2017

Abivax annonce aujourd'hui avoir recruté le premier patient dans le cadre de son étude de preuve de concept, intitulée ABX464-101, dont l'objectif est d'évaluer le candidat médicament le plus…

CONTENUS SPONSORISÉS