En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Le Gabon, gouverné par la même famille depuis plus de 50 ans

| AFP | 204 | 5 par 1 internautes
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba à son arrivée à Johannesbourg le 27 juillet 2018
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba à son arrivée à Johannesbourg le 27 juillet 2018 ( MIKE HUTCHINGS / POOL/AFP/Archives )

Voici les dates-clés du Gabon, gouverné par la famille Bongo depuis plus de 50 ans:

Omar Bongo pendant 41 ans

Le 17 août 1960, l'indépendance du Gabon, ancienne colonie française, est proclamée. En février 1961, Léon Mba devient président. Trois ans plus tard, il est déposé lors d'un coup d'Etat puis réinstallé grâce à une intervention de l'armée française.

En décembre 1967, à la mort de Léon Mba, Albert-Bernard Bongo accède au pouvoir. Il impose le Parti démocratique gabonais (PDG) comme parti unique et dirige d'une main de fer, profitant notamment de la manne pétrolière.

En 1973, converti à l'islam, il devient El Hadj Omar Bongo, auquel il ajoutera Ondimba, le nom de son père, en 2003.

Seul candidat, il est élu président en 1973, 1979 et 1986.

De janvier à avril 1990, de graves troubles sociaux tournent à l'émeute. En mai, le multipartisme est adopté, mais Omar Bongo remporte toutes les élections présidentielles (1993, 1998 et 2005) face à une opposition qu'il parvient à diviser ou rallier à sa cause. Les scrutins sont contestés ou suivis de violences.

Ali Bongo, l'héritier

Le 16 octobre 2009, Ali Bongo Ondimba, fils d'Omar Bongo décédé en juin, est investi président. Il avait été élu en août lors d'un scrutin contesté. Des violences post-électorales et des pillages avaient secoué Port-Gentil (ouest), faisant plusieurs morts.

Rapidement, l'opposition dénonce une "dérive autoritaire" et une "personnalisation du pouvoir".

En 2010 la justice française ouvre une enquête sur le patrimoine considérable amassé en France par Omar Bongo et d'autres chefs d'Etat africains (affaire des "biens mal acquis").

Tensions sociales

En décembre 2014, de violents heurts opposent manifestants de l'opposition et forces de l'ordre, lors d'un rassemblement interdit réclamant le départ d'Ali Bongo, faisant officiellement un mort.

Le régime, confronté à une crise économique à cause du plongeon des cours du pétrole à partir de 2014-2015, fait face à des tensions sociales croissantes, avec des grèves dans la fonction publique et le secteur privé.

Etat civil contesté

En 2014, le journaliste français Pierre Péan affirme qu'Ali Bongo a falsifié son acte de naissance, dans son livre "Nouvelles affaires africaines".

Cette thèse, vigoureusement démentie par le pouvoir, affirme que le président est un enfant nigérian adopté par Omar Bongo pendant la guerre du Biafra, à la fin des années 1960. Selon la Constitution, il faut être né gabonais pour briguer la présidence.

La polémique a fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires en France et au Gabon. Une instruction est en cours à Nantes dans le cadre d'une plainte pour "faux" concernant l'acte de naissance déposée par sa demi-soeur.

- Violences post-électorales -

Avant la présidentielle du 27 août 2016, l'opposition demande en vain l'invalidation de la candidature d'Ali Bongo, répétant qu'il est un enfant nigérian adopté et qu'il ne peut pas être président.

Le 31 août, la commission électorale annonce la réélection d'Ali Bongo, devant son adversaire Jean Ping.

S'ensuivent des violences sans précédent: manifestations anti-Bongo, interpellations par centaines, Assemblée incendiée, assaut des forces de sécurité contre le QG de Jean Ping...

Ces troubles font trois morts selon les autorités, une trentaine, selon l'opposition.

Le 2 septembre 2016, Jean Ping se proclame "président élu". Le 24 septembre, la Cour constitutionnelle valide la réélection d'Ali Bongo.

Reportées trois fois, les législatives prévues en décembre 2016 se déroulent finalement en octobre 2018, avec une victoire écrasante du parti au pouvoir.

Absence prolongée

Le 24 octobre 2018, Ali Bongo est victime d'un accident vasculaire cérébral en Arabie saoudite. Il est hospitalisé pendant plus d'un mois à Ryad, puis transféré à Rabat. Les rares communications officielles sur sa santé alimentent les rumeurs.

En novembre, une partie de ses pouvoirs est transférée au Premier ministre et au vice-président.

La proclamation fin décembre des résultats des législatives entraîne la fin des fonctions du gouvernement.

Le 7 janvier, un groupe de militaires appelle à un soulèvement, dans une apparente tentative de coup d'Etat. Le gouvernement déclare rapidement que la tentative a échoué et que les mutins sont en fuite ou ont été arrêtés.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…