5 494.83 PTS
-
5 498.0
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 394.92
-
DAX PTS
13 281.43
-
Dowjones PTS
26 017.81
-0.37 %
6 811.38
+0.00 %
Nikkei PTS
23 802.11
+0.16 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le futur patron du PS devra avoir de "l'autorité", juge Aubry

| AFP | 191 | Aucun vote sur cette news
La maire PS de Lille de Martine Aubry prononce un discours lors d'un meeting du Parti socialiste dans sa ville, le 29 mars 2017
La maire PS de Lille de Martine Aubry prononce un discours lors d'un meeting du Parti socialiste dans sa ville, le 29 mars 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Martine Aubry, maire de Lille et ancienne première secrétaire du PS, a jugé mercredi que le futur patron du parti devrait avoir de "l'autorité".

"Il faut quelqu'un qui ait de l'autorité : j'ai été bien placée pour savoir qu'on n'était pas au pays des Bisounours ! Il faut une ligne et ramener tout le monde dans cette ligne", a-t-elle dit en marge d'une conférence de presse à la mairie où elle recevait des syndicats de chez Pimkie.

Selon Mme Aubry, "l'unité ne se déclare pas en disant +ne nous divisons pas+, c'est très bien qu'il y ait plusieurs candidats sur des lignes à l'évidence différentes. L'unité pour l'unité, ça ne veut rien dire (…)."

Trois députés ont annoncé leur candidature à la tête du PS : Olivier Faure, ancien porte-parole du PS et président du groupe Nouvelle Gauche à l'Assemblée, Stéphane Le Foll, député de la Sarthe et ancien ministre de l'Agriculture, et Luc Carvounas, député socialiste du Val-de-Marne.

Si Martine Aubry, qui avait occupé le poste de Première secrétaire de 2008 à 2012, a dit avoir son idée sur son candidat préféré, elle a confié attendre de "regarder le fond" des projets des postulants avant d'annoncer son choix.

Les candidats à la succession de l'ex-Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis ont jusqu'au 27 janvier pour se faire connaître, l'élection étant prévue le 29 mars, et le Congrès les 7 et 8 avril.

Interrogée sur la politique du chef de l'Etat, Mme Aubry a dit "apprécier" le discours européen d'Emmanuel Macron. "Je pense que ce qu'il fait actuellement à l'international est une bonne chose", a-t-elle dit.

Elle a toutefois critiqué la politique du gouvernement en France. "Je pense que beaucoup des ruptures du droit du travail, de la la politique fiscale, des emplois aidés, de la politique du logement sont en train de casser beaucoup de choses dans notre pays", a-t-elle estimé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Le chiffre d'affaires du 2e semestre traduit la dynamique de transformation de Mecelec...

Publié le 18/01/2018

Le réseau Vinci Airports a accueilli 156,6 millions de passagers en 2017...

Publié le 18/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/01/2018

Compagnie des Alpes donne ses perspectives 2017/2018 sous réserve d'aléas conjoncturels majeurs...

Publié le 18/01/2018

Cet accord entre Framatome et Schneider Electric établit également un partenariat de fabrication à long terme

CONTENUS SPONSORISÉS