En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Le CSA change les règles du temps de parole des partis

| AFP | 388 | Aucun vote sur cette news
Photo du logo du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), prise le 5 Mars 2012 à Paris.
Photo du logo du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), prise le 5 Mars 2012 à Paris. ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Le CSA a décidé de changer les règles sur le temps de parole à la télévision et à la radio en dehors des campagnes électorales, pour tenir compte de la reconfiguration du paysage politique, a-t-il annoncé mercredi.

Jusqu'ici, en vertu de règles fixées en 2009, hors périodes électorales, les temps d'intervention de l'opposition parlementaire à la télévision et à la radio ne pouvaient être inférieurs à la moitié des temps de parole cumulés du chef de l'Etat (lorsque ses propos relèvent du "débat politique national") et de la majorité présidentielle.

Mais, dans une décision publiée jeudi, le CSA annonce qu'il va mettre en place un nouveau système à compter du 1er janvier 2018, en vue de "moderniser la prise en compte des interventions des personnalités politiques, notamment en s'affranchissant des notions de majorité et d'opposition et en assurant une meilleure équité entre les formations politiques".

Les anciennes règles "n'étaient plus adaptées, puisque sous le précédent quinquennat, des partis qui se disaient membres de la majorité votaient des motions de censure. Et dans ce quinquennat, il n'y a non plus une opposition, mais des oppositions et de nature très différentes", a expliqué à l'AFP Sylvie Pierre-Brossolette, qui préside le groupe de travail sur le pluralisme au sein du CSA.

"Nous avons mené des consultations avec toutes les forces politiques concernées dans l'idée de faire bouger les choses, parce que ce système était un peu devenu une usine à gaz qui commençait à vieillir. Il en est ressorti de manière assez consensuelle que nous pouvions passer de la notion majorité/opposition au principe de l'équité, déjà appliqué lors des élections présidentielle et législatives", ajoute-t-elle.

Dans le nouveau système, l'exécutif (président et gouvernement) continuera à bénéficier du tiers du temps de parole total. Les autres interventions devront quant à elles répondre au principe de l'équité, c'est-à-dire qu'elles devront correspondre à la "représentativité" des partis et à leur "contribution à l'animation du débat politique national".

Pour apprécier cette représentativité, les médias audiovisuels devront tenir compte des résultats électoraux, du nombre et du type d'élus, de la taille des groupes parlementaires et des indications des sondages, des critères qui figuraient dans une décision récente du Conseil constitutionnel.

"C'est le système le plus juste qui puisse exister : toutes les oppositions auront leur temps de parole en fonction de leur représentativité, mesurée avec des critères d'équité édictés par le Conseil constitutionnel", a assuré Mme Pierre-Brossolette.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…