5 374.25 PTS
+0.03 %
5 367.50
-0.04 %
SBF 120 PTS
4 285.97
-0.06 %
DAX PTS
12 983.19
-0.06 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.00 %
Nikkei PTS
21 696.65
+1.11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

France: en désaccord budgétaire avec Macron, le chef d'état-major démissionne

| AFP | 1885 | 4.20 par 5 internautes
Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers à l'Elysée, le 27 juin 2016
Le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers à l'Elysée, le 27 juin 2016 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

En désaccord avec Emmanuel Macron sur les ressources allouées à la Défense, le chef d'état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, a quitté son poste mercredi, une démission inédite synonyme de première crise du quinquennat.

"Ce n'est pas le rôle du chef d'état-major" de défendre le budget des armées "mais celui de la ministre", a soutenu mercredi soir le président de la République, interrogé par la chaîne de télévision France 2 sur la démission du général de Villiers qui avait critiqué les coupes financières imposées à la Défense.

"Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français", a écrit mercredi le général de Villiers, 60 ans.

C'est le général François Lecointre, jusqu'à présent chef du cabinet militaire du Premier ministre, qui va lui succéder. Il s'agit, selon Emmanuel Macron, d'"un héros militaire comme il y en a peu", d'un "grand général de l'armée de terre" qui "sera un grand chef d'état-major des armées".

Le président Emmanuel Macron et le chef d'Etat major de l'armée, le général Pierre de Villiers, lors du défilé militaire, le 14 juillet 2017 à Paris
Le président Emmanuel Macron et le chef d'Etat major de l'armée, le général Pierre de Villiers, lors du défilé militaire, le 14 juillet 2017 à Paris ( Etienne LAURENT / POOL/AFP/Archives )

Cet homme athlétique de 55 ans issu de l'infanterie de marine associe une longue expérience du terrain (Irak, Somalie, Rwanda, ex-Yougoslavie...) à un parcours dans différents états-majors et en ministère.

"C'est un officier exceptionnel et expérimenté", a salué la ministre des Armées, Florence Parly, qui a dans la foulée rendu "hommage à l'action du général de Villiers".

Si M. Macron a lui aussi tenu à saluer Pierre de Villiers, un "militaire de grande qualité et qui a servi avec responsabilité et dignité l'Etat", sa démission, fait sans précédent sous la Ve République, intervient après plusieurs rappels à l'ordre présidentiels.

A l'origine de ce courroux, les critiques du général sur les 850 millions d'euros d'économies réclamés cette année aux armées, dans un contexte de restrictions budgétaires générales.

Personnalité intègre et rugueuse, apprécié de ses hommes, Pierre de Villiers s'était exprimé à huis clos, à l'Assemblée nationale, assurant qu'il n'allait pas se "laisser baiser" et que la situation n'était "pas tenable".

En poste depuis 2014, il se plaignait régulièrement de l'insuffisance des moyens à l'heure où la France est engagée sur plusieurs fronts, du Sahel au Moyen-Orient en passant par la France, avec l'opération Sentinelle.

François Lecointre, le 5 mars 2013 à Bruxelles
François Lecointre, le 5 mars 2013 à Bruxelles ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

Après avoir sèchement recadré le général la veille du défilé militaire du 14 juillet devant des soldats interloqués, en martelant "je suis votre chef" et en reprochant à Pierre de Villiers d'avoir mis de façon "indigne" une polémique budgétaire "sur la place publique", le président a enfoncé le clou dimanche.

"Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change", a-t-il asséné dans une interview.

"Le général de Villiers a exprimé un désaccord. Il a parfaitement le droit", a réagi mercredi le Premier ministre Edouard Philippe. "Mais comme un militaire, avec honneur, il ne peut pas contester les choix faits par son chef. Il a donc tiré les conséquences du désaccord".

- "Accroc" -

Jusqu'à présent, les relations entre les militaires et le nouveau président étaient au beau fixe. M. Macron avait multiplié les signaux en leur direction: visite à des blessés de guerre le jour de son investiture, déplacement sur la base militaire française de Gao, au Mali, hélitreuillage à bord d'un sous-marin nucléaire...

Le chef de l'État s'est par ailleurs engagé à consacrer 2% du PIB à l'effort de défense d'ici à 2025. "Je suis derrière nos soldats (...) leurs familles et l'Etat est pleinement engagé", a assuré le président sur France 2.

"Macron (...) avait réussi à s'attirer la sympathie des militaires. Là, il y a probablement un accroc qui va être un peu difficile à remonter", a relevé pour l'AFP le général à la retraite Dominique Trinquand, ex-conseil de M. Macron pour qui cet épisode constitue "la première crise" du président élu le 7 mai.

Dans un tweet intitulé "Merci", l'état-major des armées a publié mercredi une video d'une minute sur laquelle on voit le général de Villiers quitter le ministère de la Défense sous les applaudissements de dizaines de militaires en tenue qui lui dressent une haie d honneur.

La démission du général de Villiers a redonné du tonus à l'opposition: à droite, les députés Les Républicains (LR) ont dénoncé "la dérive d'un pouvoir personnel" tandis que la présidente du parti d'extrême droite Front national, Marine Le Pen, voit dans cet épisode l'illustration des "limites très inquiétantes de Monsieur Macron".

Le chef du groupe Nouvelle gauche (ex-Parti socialiste et apparentés) à l'Assemblée, Olivier Faure, a déploré "une crise de confiance entre les armées et le chef de l'État".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/07/2017

Emmanuel Macron et Christopher Froome, vainqueur de l'étape du jour du Tour de France à Serre-Chevalier, le 19 juillet 2017 ( PHILIPPE LOPEZ / AFP )Le président Emmanuel Macron a déclaré…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2017

La séance s'annonce pour le moins compliquée pour DBV Technologies dont le titre n'arrive pas à coter en raison du fort afflux vendeur suite à...

Publié le 23/10/2017

Orange Belgium a réalisé une bonne performance financière au cours des neuf premiers mois de 2017, en dépit de l'influence négative de l'itinérance...

Publié le 23/10/2017

Gilbert Dupont optimiste

Publié le 23/10/2017

DBV Technologies n'a toujours pas repris sa cotation après avoir annoncé, vendredi soir, que le critère principal de son étude de Phase 3 PEPITES sur Viaskin Peanut n’a pas atteint la limite…

Publié le 23/10/2017

    Communiqué de Presse Paris (France) - Le 23 octobre 2017 à…

CONTENUS SPONSORISÉS