En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 498.86 PTS
-0.20 %
5 499.0
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 337.87
-0.17 %
DAX PTS
12 316.84
-0.12 %
Dowjones PTS
26 465.54
+1.35 %
7 635.40
+0.00 %
1.120
+0.05 %

Le changement climatique, cri de ralliement aux élections européennes

| AFP | 256 | 1 par 1 internautes
Des écoliers manifestent pour interpeller les gouvernements sur le réchauffement climatique, à Athènes le 17 mai 2019
Des écoliers manifestent pour interpeller les gouvernements sur le réchauffement climatique, à Athènes le 17 mai 2019 ( LOUISA GOULIAMAKI / AFP )

Pour la première fois, le changement climatique est devenu un sujet de premier plan pour les partis politiques traditionnels lors d'élections européennes, en écho notamment à la vague de mobilisation chez les jeunes.

Vendredi, en plein scrutin européen, ces derniers sont appelés à descendre dans les rues pour une nouvelle "grève mondiale pour le climat", la deuxième du genre après celle du 15 mars qui avait mobilisé des centaines de milliers d'étudiants et de lycéens dans le monde.

La jeune Greta Thunberg est devenue l'un des visages emblématiques des manifestations. Des milliers d'adolescents et jeunes adultes ont suivi son appel à sécher les cours une fois par semaine.

La Suédoise de 16 ans, invitée à Bruxelles, avait averti les représentants de la classe politique européenne qu'ils resteraient dans l'histoire comme "les plus grands méchants de tous les temps" s'ils n'agissent pas.

Le consensus grandissant en faveur d'une réaction urgente face au dérèglement climatique nourrit les espoirs de coopération entre partis politiques. Mais certains craignent que cette dynamique soit entravée par les formations populistes, si elles devaient enregistrer une forte progression dans l'hémicycle européen.

Une chapelle située dans une baie à Sitio Pariahan, aux Philippines, le 11 janvier 2019
Une chapelle située dans une baie à Sitio Pariahan, aux Philippines, le 11 janvier 2019 ( Noel CELIS / AFP/Archives )

Un baromètre publié en avril par le Parlement européen montrait que si l'économie, la croissance, la lutte contre le chômage des jeunes et l'immigration restent les principaux sujets de préoccupations des Européens, le changement climatique et la protection de l'environnement gagnent en importance.

Les citoyens d'une dizaine de pays (Suède, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Belgique, Luxembourg, Allemagne, France, Malte) y sont plus particulièrement attachés. D'autres sont encore loin d'y voir une priorité: la Bulgarie et la Roumanie - les deux pays les plus pauvres de l'UE - les Etats baltes, la Pologne ou la République tchèque.

"Dynamique historique"

"Comparé à 2014, c'est vraiment devenu l'un des enjeux majeurs", affirme à l'AFP Dara Murphy, directeur de campagne du Parti populaire européen (PPE), principale force politique au sein du Parlement sortant. Son parti de centre-droit a ajouté le changement climatique à son programme au cours des deux dernières années.

Pour l'analyste Stella Schaller, du think tank spécialisé Adelphi, le débat a vraiment pris un tournant "dans les quatre à six derniers mois", sur fond de sécheresses, incendies et inondations et leurs dures conséquences pour les agriculteurs, d'avertissements des scientifiques, de manifestations populaires et de large couverture médiatique.

Des enfants jouent sur un morceau de glace près du village eskimau de Yupik, en Alaska (Etats-Unis), le 19 avril 2019
Des enfants jouent sur un morceau de glace près du village eskimau de Yupik, en Alaska (Etats-Unis), le 19 avril 2019 ( Mark RALSTON / AFP/Archives )

Udo Bullmann, chef de file des socio-démocrates au Parlement européen, veut profiter d'une "dynamique historique".

Lui aussi assure que son groupe a révisé son agenda ces deux dernières années pour s'attaquer au défi climatique, tout en s'assurant que les plus pauvres et les chômeurs ne seront pas pénalisés par la transition énergétique et en évitant une agitation sociale, à l'image du mouvement des "gilets jaunes" en France.

L'UE s'est engagée dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat de décembre 2015 à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40% d'ici 2030 (par rapport à 1990). Mais selon des scientifiques et des organisations non-gouvernementales, cette ambition est insuffisante pour atteindre l'objectif de limiter à moins de 2°C la hausse globale des températures par rapport à l'ère pré-industrielle.

Fronde anti-climat

Ces derniers mois encore, des groupes d'experts ont alerté sur les menaces pour l'humanité que représentent le changement climatique et la destruction de la nature. Mais face à ces mouvements, certains réagissent avec tout autant de passion.

A l'image d'autres groupes d'extrême droite, le parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) a décidé pour cette campagne européenne de surfer sur la fronde anti-climat.

Un homme porte une caricature de Donald Trump disant
Un homme porte une caricature de Donald Trump disant "Réchauffement global? Je n'y crois pas", le 30 novembre 2018 à Buenos Aires. Le climatoscepticisme du président américain est un modèle pour les certaines Européens ( MARTIN BERNETTI / AFP/Archives )

Climatosceptique, pro-diesel et pro-charbon, il cherche à séduire ceux qui pensent que la lutte contre le changement climatique fait grimper les prix de l'énergie, détruit des emplois et nuit à l'industrie.

L'analyste Stella Schaller craint ainsi que "des groupes libéraux et conservateurs diluent des propositions" pour courtiser les nationalistes.

Mais le PPE "ne fera jamais affaire avec la droite extrême" sur le climat ou d'autres thèmes, insiste Dara Murphy.

Quant aux Verts, ils espèrent profiter du mouvement pro-climat. L'un de ses chefs de file aux européennes, Bas Eickhout, reste prudent sur les espoirs de coopération transpartisane au sein de l'hémicycle renouvelé sur des sujets comme le prix du carbone, la fin des aides aux transports aériens ou l'allocation de fonds liés à des questions environnementales.

A la question de savoir si les partis politiques ont vraiment opéré un changement de fond sur le climat ou essaient simplement de gagner des voix, il répond que "le jury est toujours en train de délibérer".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2019

Indigo Partners rejoint la liste des clients de l' A321XLR...

Publié le 19/06/2019

Retour sous les 8 Euros...

Publié le 19/06/2019

Adobe vient de publier, dans cette période assez creuse par ailleurs à Wall Street, ses comptes du second trimestre fiscal...

Publié le 19/06/2019

Par courrier reçu le 18 juin 2019 par l'AMF, la société First Eagle Investment Management, LLC (New York), agissant pour le compte de fonds dont elle...

Publié le 19/06/2019

Sous les 20% du capital et des 10% des droits de vote...