En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Le cas Pénicaud ressurgit à l'Assemblée dans les débats de moralisation

| AFP | 299 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale le 10 juillet 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale le 10 juillet 2017 ( bertrand GUAY / AFP/Archives )

Le cas de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, mise en cause par des élus de gauche pour une plus-value boursière de plus d'un million d'euros, a ressurgi vendredi à l'Assemblée, l'Insoumis François Ruffin y voyant notamment le début d'un "Pénicaudgate".

"Qu'est-ce qui va le plus entacher la confiance dans la vie publique, est-ce que c'est les histoires d'indemnités, nos notes de restaurant ou machin..., ou le +Pénicaudgate+ qui se dessine?" a demandé le député de la Somme. M. Ruffin a posé cette question lors de l'examen d'un amendement visant à encadrer les écarts de rémunération dans les entreprises, dans le cadre des débats sur les textes pour la "confiance dans la vie politique".

"Ça devient ministre du Travail et ça vient dire qu'il faut plafonner les indemnités prud'homales plutôt que de plafonner les stocks-options. S'il y a quelque chose qui doit scandaliser aujourd'hui, (...) qui entache la confiance dans l'action publique, c'est bien cela", a ajouté M. Ruffin, dénonçant l'"aspect étriqué" des textes.

Défendant un amendement "vis ma vie" pour imposer des stages d'observation aux parlementaires et ministres, le député a notamment proposé que la ministre du Travail, "avant de réformer les prud'hommes", fasse "un stage pour assister les salariés aux prud'hommes", y voyant une façon d'éviter un "sentiment de décrochage".

"Nous sommes en plein débat sur la moralisation de la vie politique et à la veille de la reprise du débat parlementaire sur la loi travail", a dit de son côté le communiste Sébastien Jumel. "Si l'on veut rétablir une confiance durable entre nos citoyens et nous, il faut se saisir de ce scandale de Danone pour que ça ne se reproduise plus", a-t-il dit.

"Alors qu'on s'apprête à permettre la mise en miettes du contrat de travail et des accords de branche, on permettrait aux dirigeants de faire de l'argent en dormant", s'est insurgé le député de Seine-Maritime.

Lors de l'examen d'un autre amendement sur les stock-options, le député LR Olivier Marleix a aussi évoqué "l'affaire révélée par L'Humanité", y voyant un "drame du pantouflage" et "le visage le plus odieux du capitalisme financier", estimant que les sujets "auraient dû figurer dans un texte".

Les amendements proposés ont été rejetés au motif qu'ils n'avaient pas leur place dans le texte élaboré par la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

La ministre du Travail a été mise en cause jeudi par des élus de gauche à la suite d'un article paru dans L'Humanité faisant état d'une plus-value de plus d'un million d'euros réalisée en vendant des stock-options en 2013 à la suite de suppressions d'emploi chez Danone.

Dans une interview au Figaro vendredi, Mme Pénicaud a dénoncé des "amalgames", expliquant que "l'attribution du plan de stock-options" était "bien antérieure à l'annonce du plan de départs volontaires" et n'avait "aucun lien" avec lui.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.