5 523.00 PTS
+0.24 %
5 522.5
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 410.63
+0.27 %
DAX PTS
13 335.40
+1.02 %
Dowjones PTS
25 803.19
+0.89 %
6 758.54
+0.00 %
Nikkei PTS
23 951.81
+1.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Brexit, du référendum à l'accord sur la première phase des négociations

| AFP | 185 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 8 décembre 2017 à Bruxelles
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 8 décembre 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

Du référendum du 23 juin 2016 à l'annonce vendredi d'un accord sur les termes du Brexit, retour sur quelques dates clés du processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne:

- Oui au Brexit -

Le 23 juin 2016, quelque 17,4 millions de Britanniques (51,9% des voix) votent en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, à l'issue d'une campagne axée sur l'immigration et l'économie. La participation est de 72,2%. Le Royaume-Uni, qui avait rejoint la Communauté européenne en 1973, devient le premier pays à décider de sortir de l'UE.

- Cameron out -

Le lendemain du référendum, le Premier ministre David Cameron, partisan du maintien dans l'UE, démissionne.

Fin juin, le leader du camp du Brexit, Boris Johnson, favori pour lui succéder, renonce à briguer le poste.

- Des 'Brexiters' aux manettes -

Le 13 juillet, Theresa May, une eurosceptique qui s'était finalement rangée dans le camp du maintien dans l'UE, devient Première ministre.

Un nouveau ministère dédié au Brexit, le DExEU, est confié à David Davis, ex-secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. Boris Johnson devient ministre des Affaires étrangères. Un autre eurosceptique, Liam Fox, prend les commandes d'un nouveau ministère du Commerce international.

- Brexit 'dur' -

La
La "Une" d'un quotidien britannique après la victoire du "oui" au référendum sur la sortie de l'EU, le 24 juin 2017 à Londres ( Daniel SORABJI / AFP )

Le 17 janvier 2017, Theresa May expose ses plans pour le Brexit en défendant une rupture "claire et nette" avec l'UE.

Pour Mme May, "le Royaume-Uni ne peut pas continuer à faire partie du marché unique" de 500 millions de consommateurs, incompatible avec la priorité de Londres : la maîtrise de l'immigration européenne.

- Le Parlement approuve le Brexit -

Le 13 mars, le Parlement approuve définitivement le projet de loi du gouvernement de déclenchement du Brexit. La reine Elizabeth II donne son assentiment le 16 mars.

- Article 50 -

Theresa May envoie le 29 mars la lettre notifiant le Brexit au président du Conseil européen Donald Tusk, dans laquelle elle annonce la sortie de son pays de l'UE le 29 mars 2019.

- Législatives anticipées -

Désireuse de disposer d'une position forte au parlement pendant les négociations avec l'UE, Theresa May convoque des élections législatives anticipées le 8 juin en vue d'élargir sa majorité conservatrice.

C'est un échec puisque sa majorité s'affaiblit et que son Parti conservateur est contraint de s'allier avec le petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP.

- Discours de Florence -

Lors d'un discours à Florence, en Italie, le 22 septembre, Theresa May affirme son intention de maintenir les liens actuels avec l'Europe pendant une période de transition d'"environ deux ans" après le Brexit.

Cette période d'ajustement offrirait au Royaume-Uni la possibilité de continuer à commercer librement avec le bloc européen, ce que réclament les milieux d'affaires, inquiets d'une sortie sans filet.

Une facture de sortie de 20 milliards d'euros est évoquée, une offre jugée bien trop faible par l'UE et qui sera améliorée jusqu'à 55 milliards en novembre, selon des médias, sans que ce montant ne soit officiellement confirmé.

- L'Irlande, point de discorde -

Après la facture du Brexit, la question de l'Irlande est apparu comme le point d'achoppement des négociations.

Le 4 décembre, un accord est sur le point d'être annoncé mais capote face à l'opposition du DUP qui rejette la formulation selon laquelle les réglementations entre la province britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande seront rapprochées. Sa dirigeante Arlene Foster affirme ne pas avoir été consultée en amont et annonce que son parti n'acceptera aucune forme de divergence réglementaire qui sépare l'Irlande du nord économiquement ou politiquement du reste du Royaume-Uni.

- Accord à Bruxelles -

Vendredi 8 décembre, peu avant 06H00 GMT, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Theresa May annoncent être parvenus à un accord sur les termes de la sortie de l'UE, lors d'une conférence de presse commune à Bruxelles.

M. Juncker annonce qu'il va recommander le passage à la deuxième phase des négociations lors du sommet européen des 14 et 15 décembre, à savoir la discussion sur la future relation entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

InsuranceERM a désigné le groupe "réassureur de l'année"...

Publié le 16/01/2018

Deux grosses applications négociées...

Publié le 16/01/2018

Wendel annonce que trois de ses Directeurs seniors au sein de l'équipe d'investissement et de développement, à savoir Stéphanie Besnier, Stéphane...

Publié le 16/01/2018

L'analyste n'est plus acheteur...

Publié le 16/01/2018

Le Tribunal de l'Union européenne a confirmé la décision de la Commission ordonnant à la France de récupérer 1,37 milliard d'euros dans le cadre d'une aide d'État accordée à EDF. Le 16…

CONTENUS SPONSORISÉS