En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 783.96 PTS
+0.63 %
4 791.5
+0.80 %
SBF 120 PTS
3 803.65
+0.72 %
DAX PTS
10 819.29
+0.73 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.28 %

Larrivé: LR est "sur une ligne euroréaliste"

| AFP | 231 | Aucun vote sur cette news
Le député LR Guillaume Larrivé, le 2 mai 2017 à Paris
Le député LR Guillaume Larrivé, le 2 mai 2017 à Paris ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Les Républicains se situent sur "une ligne euroréaliste", entre les "europhobes" Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon et les "eurobéats" rangés derrière Emmanuel Macron, a expliqué jeudi le député LR Guillaume Larrivé.

"Sur l'Europe, vous avez en réalité trois lignes en France: une ligne qui est celle de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen qui est une ligne europhobe: grosso modo l'Europe est responsable de tous les maux, il faut quasiment sortir de l'Europe, en tout cas rien ne va", a expliqué M. Larrivé sur LCP.

"Vous avez une autre ligne qui est celle des eurobéats: c'est Emmanuel Macron et son gouvernement qui grosso modo acceptent l'Europe telle qu'elle va ou telle qu'elle ne va pas. On ne change rien sur rien, par exemple Emmanuel Macron fait semblant de négocier une nouvelle directive sur les travailleurs détachés mais ça ne s'applique pas avant 2022", a poursuivi le député de l'Yonne.

"Et nous, nous sommes les euroréalistes. Nous avons compris que la France a besoin de leviers d'action concrets au niveau du continent européen. On a bien compris que la France n'est pas une île, que face à la Chine, au Brésil, aux Etats-Unis, au Japon, on a besoin d'avoir une affirmation continentale. Mais on s'est trop souvent enfermés dans une sorte d'ornière bureaucratique qui consiste à pondre des normes qui n'apportent pas de solutions aux problèmes des Français et parfois même les compliquent".

"Nous sommes Européens parce que nous sommes patriotes mais nous voulons une Europe concrète qui apporte des solutions", a-t-il résumé.

Désormais président de LR, Laurent Wauquiez prônait en 2014 une "refondation radicale" de l'UE qui serait remplacée par une "confédération d'Etats-Nations" avec "un noyau dur qui ne comptera pas plus de sept à douze Etats" et dans laquelle la Commission européenne serait supprimée.

"Il faudra qu'on le précise dans le cadre du projet, il y a encore beaucoup de travail programmatique à faire", a dit M. Larrivé, qui reprend à son compte l'idée de M. Wauquiez d'une "Europe des cercles". "Une idée de bon sens qui consiste à dire que sur certains sujets il faut avancer à 27, sur d'autres sujets il faut avancer à une échelle un peu plus réduite et même sur d'autres il ne faut pas hésiter à coopérer avec trois ou quatre pays".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Le vaccin Dengvaxia® est approuvé en Europe pour la prévention de la dengue   Paris, France - Le 19 décembre 2018 - La Commission européenne a délivré une…

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse du SBF 120, Natixis perd 6,87% à 4,147 euros au lendemain d’un profit warning, dont l’impact a été amorti par la confirmation du versement d’un dividende exceptionnel de 1,5…

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

Alors que le constructeur français a dernièrement demandé à son partenaire la tenue d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires afin de discuter de la gouvernance et d'autres…

Publié le 19/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est orienté à la hausse, soutenu par une oblique haussière depuis la mi-octobre. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50…