En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 557.67 PTS
-
5 519.00
-
SBF 120 PTS
4 397.99
-
DAX PTS
12 282.60
-
Dowjones PTS
26 462.08
-0.51 %
7 816.92
+0.42 %
1.113
+0.01 %

Larcher tend la main à Macron pour renouer le dialogue

| AFP | 358 | 2.33 par 3 internautes
Emmanuel Macron et Gérard Larcher en septembre 2018
Emmanuel Macron et Gérard Larcher en septembre 2018 ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a tendu la main mercredi à Emmanuel Macron, se disant "disponible" pour un "dialogue en vérité" avec le président de la République après les tensions provoquées par l'affaire Benalla.

"Je crois qu'il y a tous les atouts pour que nous puissions nous parler. En tous les cas, moi je suis disponible", a déclaré M. Larcher sur Cnews en revenant sur sa relation avec le chef de l'Etat.

"Le président de la République m'a peut-être regardé pendant un long moment comme le représentant syndical du monde des élus et des territoires", a-t-il d'abord fait remarquer.

"Nous sommes, c'est vrai, différents, peut-être faut-il que le président écoute plus, c'est ce qu'il est en train de faire. Et l'accueil sympathique et républicain que nous avons ensemble ne suffit pas à créer les conditions d'un dialogue en vérité", a-t-il ensuite expliqué.

Interrogé alors sur ce qu'il faudrait faire pour que ce dialogue ait lieu, le président du Sénat a répondu: "Il faut que nous nous retrouvions, que nous nous parlions, y compris quand il y a des moments" de tension, ajoutant que "se parler, c'est toujours mieux".

Le Sénat a choisi le 21 mars de saisir la justice non seulement du cas de l'ancien collaborateur de l'Élysée Alexandre Benalla, mais aussi de ceux de trois hauts responsables de la présidence, décision vécue comme une déclaration de guerre par la majorité présidentielle.

"Nous n'avons dit que le droit, il y a pas de mauvais coup politique, je vous le dis les yeux dans les yeux", s'est défendu une nouvelle fois M. Larcher.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 2.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/04/2019

Dontnod Entertainment publie un chiffre d'affaires de 14,3 millions d'euros en croissance de 48% pour l'exercice 2018, lié au succès de Vampyr écoulé...

Publié le 25/04/2019

Suez et le gouvernement argentin ont conclu et mis en oeuvre un accord transactionnel de règlement en application de la sentence que le CIRDI, centre...

Publié le 25/04/2019

3M a dévissé de plus de 13% en séance à Wall Street, plombé par son avertissement...

Publié le 25/04/2019

Pour le premier trimestre 2019, le chiffre d'affaires d'Ipsos a atteint un niveau record de 422,1 millions d'euros, en croissance de 15% par rapport...

Publié le 25/04/2019

Le chiffre d'affaires de Prodways au premier trimestre 2019 s'établit à 17,4 millions d'euros, soit une hausse de +28,9% par rapport au premier...