En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 857.57 PTS
+0.21 %
4 852.00
+0.14 %
SBF 120 PTS
3 870.06
+0.05 %
DAX PTS
11 076.20
-0.13 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
+0.00 %
1.135
-0.09 %

La valse des ministres et conseillers de Trump

| AFP | 312 | Aucun vote sur cette news
Photos non datées du président américain Donald Trump (G) et du ministre de la Justice Jeff Sessions (D) qui a annoncé mercredi sa démission
Photos non datées du président américain Donald Trump (G) et du ministre de la Justice Jeff Sessions (D) qui a annoncé mercredi sa démission ( MANDEL NGAN, Nicholas Kamm / AFP )

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a rejoint mercredi la longue liste de membres ou proches de l'administration Trump qui ont quitté le navire depuis l'entrée en fonction du 45e président américain.

- Jeff Sessions, ministre de la Justice -

Le ministre de la Justice Jeff Sessions s'exprime au Congrès américain le 13 juin 2017 à Washington
Le ministre de la Justice Jeff Sessions s'exprime au Congrès américain le 13 juin 2017 à Washington ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

Jeff Sessions a démissionné "à la demande" de M. Trump. Il était la cible de critiques présidentielles depuis qu'il avait décidé en mars 2017 de se récuser de toute enquête touchant à la Russie à cause de ses rencontres avec l'ambassadeur russe en pleine campagne présidentielle. MM. Trump et Sessions avaient scellé très tôt une alliance anti-élite, malgré leurs différences. Ancien sénateur de l'Alabama, un Etat encore très marqué par la ségrégation raciale, cet ultra-conservateur de 71 ans avait mis en place la politique anti-immigration du président, notamment la séparation des familles de migrants illégaux et la fin du statut protégé des "Dreamers", ces immigrés arrivés clandestinement dans le pays quand ils étaient enfants.

- Nikki Haley, ambassadrice à l'ONU -

Donald Trump et l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, annoncent depuis la Maison Blanche, le 9 octobre 2018, qu'elle quittera ses fonctions à la fin de l'année
Donald Trump et l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, annoncent depuis la Maison Blanche, le 9 octobre 2018, qu'elle quittera ses fonctions à la fin de l'année ( Olivier Douliery / AFP )

Nikki Haley a annoncé début octobre sa décision de quitter son poste d'ambassadrice à l'ONU à la fin de l'année. Aucune explication claire n'a été fournie sur l'annonce surprise du départ de cette fille d'immigrés indiens au caractère affirmé, devenue la femme la plus en vue du gouvernement et l'un des membres les plus populaires de l'administration républicaine. A 46 ans, cette ex-gouverneure de la Caroline du Sud a promis de faire campagne pour la réélection du président en 2020.

- Scott Pruitt, ministre de l'Environnement -

Scott Pruitt, ex-ministre américain de l'Environnement, le 7 juin 2018 à Washington
Scott Pruitt, ex-ministre américain de l'Environnement, le 7 juin 2018 à Washington ( MARK WILSON / Getty/AFP/Archives )

En deux tweets, Donald Trump a annoncé avoir accepté la démission de Scott Pruitt, le 5 juillet. Le dirigeant de l'agence de protection de l'environnement (EPA), qui a minutieusement détricoté le bilan environnemental de Barack Obama, était englué dans une cascade de scandales liés à son train de vie et à son utilisation des fonds publics.

En septembre 2017, le président avait lâché qu'il n'était "pas content" de son ministre de la Santé, Tom Price, après de multiples révélations sur ses dépenses. Celui-ci avait démissionné quelques minutes après.

- Rex Tillerson, secrétaire d'Etat -

Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a été limogé par Donald Trump après 14 mois de mandat
Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a été limogé par Donald Trump après 14 mois de mandat ( JIM WATSON / AFP/Archives )

L'ancien PDG d'ExxonMobil a été limogé de son poste de chef de la diplomatie le 13 mars, après des mois de tensions et d'humiliations de la part de M. Trump sur la stratégie diplomatique américaine, que ce soit sur l'Iran ou la Corée du Nord. Censé porter la parole des Etats-Unis, l'ancien patron était souvent coupé des processus de décision. L'un de ses proches a d'ailleurs expliqué qu'il n'avait pas parlé au président avant son éviction, annoncée sur Twitter. Il a été remplacé par le chef de la CIA, Mike Pompeo.

- Gary Cohn, conseiller économique -

Gary Cohn était le principal conseiller économique du président. Mais ce partisan du libre-échange a préféré quitter son poste après avoir été désavoué sur la question du protectionnisme
Gary Cohn était le principal conseiller économique du président. Mais ce partisan du libre-échange a préféré quitter son poste après avoir été désavoué sur la question du protectionnisme ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

Cet ancien patron de la banque d'investissement Goldman Sachs a quitté son poste de conseiller économique principal du président le 6 mars pour protester contre la décision du dirigeant d'imposer de nouveaux droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, ultime goutte d'eau après plusieurs désaccords de fond entre lui et M. Trump.

- Steve Bannon, stratège -

Steve Bannon a aidé Donald Trump à remporter la Maison Blanche. Leur relation s'est détériorée en quelques mois, jusqu'à la rupture
Steve Bannon a aidé Donald Trump à remporter la Maison Blanche. Leur relation s'est détériorée en quelques mois, jusqu'à la rupture ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Le "président Bannon", comme était surnommé ce conseiller de l'ombre très influent, a joué un rôle crucial dans la dernière ligne droite de la présidentielle remportée par Donald Trump, lorsqu'il a donné un virage résolument populiste à la campagne du milliardaire.

Proche de l'extrême droite, sa cohabitation avec d'autres ténors à la Maison Blanche a tourné à la guerre interne mais, même déchu, il a assuré qu'il continuerait à se battre "pour Trump". Il a démissionné le 18 août 2017 après 210 jours à son poste.

- Michael Flynn et H.R. McMaster, Sécurité nationale

L'ancien général Michael Flynn n'a tenu que 22 jours au poste très stratégique de conseiller à la sécurité nationale. Il est depuis empêtré dans l'enquête du procureur spécial sur la Russie, Robert Mueller
L'ancien général Michael Flynn n'a tenu que 22 jours au poste très stratégique de conseiller à la sécurité nationale. Il est depuis empêtré dans l'enquête du procureur spécial sur la Russie, Robert Mueller ( ALEX WONG / GETTY IMAGES/AFP/Archives )

Michael Flynn n'a tenu que 22 jours comme conseiller à la Sécurité nationale. Ancien chef du renseignement militaire américain très apprécié de Donald Trump, il a fait les frais, le 13 février 2017, de l'affaire russe, dont il est l'un des principaux protagonistes. Il avait été remplacé par H.R. McMaster, général trois étoiles qui a à son tour quitté ses fonctions après plusieurs mois passés dans une position très affaiblie. Le président l'avait notamment réprimandé sur Twitter pour avoir estimé "irréfutables" les preuves d'une ingérence de Moscou dans l'élection américaine. Il a été remplacé par le très conservateur John Bolton.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

A l’occasion d’une journée Investiseurs, Neopost a levé le voile sur sa nouvelle stratégie baptisée « Back to Growth » et portant sur la période 2019-2022. Ainsi, le spécialiste du…

Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…

Publié le 23/01/2019

Ahold Delhaize grimpe de 2,65% à 23,05 euros après avoir dévoilé un chiffre d'affaires du quatrième trimestre de 16,5 milliards d'euros, en hausse de 3% à taux de change constants. Le…

Publié le 23/01/2019

Le titre valide une figure de continuation baissière en drapeau après s'être retourné à la baisse sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée. De son côté, le RSI évolue à…

Publié le 23/01/2019

Airbus Helicopters a fait part de commandes en hausse et de livraisons en baisse pour l’année 2018. Ainsi, la filiale d’Airbus a enregistré 413 commandes brutes l’an dernier (381 nettes),…