En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.82 PTS
+0.54 %
5 445.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 357.39
+0.39 %
DAX PTS
12 745.49
+0.66 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.00 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

La réforme de l'accès à l'université passe son examen à l'Assemblée

| AFP | 298 | Aucun vote sur cette news
Une vue générale prise le 6 décembre 2017 de l'Assemblée nationale qui doit débattre des nouvelles règles d'accès à l'université
Une vue générale prise le 6 décembre 2017 de l'Assemblée nationale qui doit débattre des nouvelles règles d'accès à l'université ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

L'Assemblée lance mardi les débats sur les nouvelles règles d'accès à l'université, une "transformation en profondeur", selon le gouvernement, mais un projet jugé timoré à droite et accusé à gauche d'instaurer une "sélection" faute de moyens suffisants face à l'afflux d'étudiants.

Supprimer le tirage au sort dans les filières en tension dès 2018 et réduire le taux d'échec en première année de fac (atteignant 61% en licence) figurent parmi les objectifs du projet de loi "relatif à l'orientation et à la réussite des étudiants", porté par la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.

"Face visible de la réforme", selon les termes de la ministre: la nouvelle plateforme Parcoursup destinée à remplacer sous peu la controversée APB, qui a conduit à tirer au sort "plus de 66.000 étudiants" et à "priver des milliers de jeunes bacheliers d'affectation cet été".

Avec ce système voulu plus "juste", chaque université traitera la demande d'inscription de manière personnalisée et répondra au vu des "attendus", compétences requises pour être admis dans la filière souhaitée.

Jusqu'alors, la seule condition pour suivre la licence générale de son choix était d'avoir le bac (et d'être tiré au sort pour les filières les plus demandées).

Il y aura un "cadrage national" pour les "attendus", ont ajouté les députés en commission, le rapporteur Gabriel Attal (LREM) expliquant à l'AFP qu'il s'agit notamment d'éviter la compétition entre établissements et les inégalités sociales, en exigeant par exemple des prérequis coûteux comme le Bafa. L'ensemble des établissements devront être sur la plateforme d'ici à 2020.

Des étudiants prennent des notes lors d'un cours dans une université de Lyon (France) le 18 septembre 2015
Des étudiants prennent des notes lors d'un cours dans une université de Lyon (France) le 18 septembre 2015 ( JEFF PACHOUD / AFP/Archives )

Traduction législative du plan étudiant présenté en octobre, la réforme, qui passe aussi par une orientation renforcée au lycée, est assortie d'un financement de près d'un milliard d'euros sur la législature.

Le texte n'a pas jusqu'à présent suscité de fortes mobilisations de la jeunesse, mais plusieurs organisations, dont l'Unef et le syndicat lycéen UNL, ont appelé à une mobilisation mardi, avec des délégations aux abords de l'Assemblée à 12H00. Ils protestent contre une remise en cause du "principe de libre accès à l'université" et une "logique de sélection".

- 'Fermer le robinet' -

Le rapporteur s'attend à "des débats plutôt apaisés" dans l'hémicycle, l'examen en commission ayant montré "plusieurs constats partagés par les différents groupes politiques", dont "la nécessité de sortir du tirage au sort" qui est "profondément injuste".

Il y aura néanmoins des débats sur "le sens de la réforme", pense-t-il, jugeant "faux" de parler de sélection car "cela sous-entendrait que l'on veut fermer les portes de l'université", alors que l'enjeu est "au contraire de les ouvrir en donnant à chacun un accompagnement personnalisé pour réussir".

Le texte compte une dizaine d'articles, sur lesquels quelque 250 amendements seront examinés d'ici à jeudi. Il a l'aval des députés LREM et MoDem, les UDI-Agir l'abordant aussi "avec bienveillance".

Des élus LR ont en revanche jugé que "la révolution annoncée accouche d’une petite souris", dénonçant "une approche trop minimaliste".

Pour Nouvelle Gauche, le texte "marque l’abandon de la règle traditionnelle selon laquelle tout candidat est libre de s’inscrire dans l’établissement de son choix".

"Plutôt que d’agrandir l’évier", le gouvernement décide de "fermer le robinet en imposant des critères", a aussi jugé en commission l'Insoumise Sabine Rubin, alors que d'ici à 2025, 2,9 millions d’inscriptions devraient être recensées dans l’enseignement supérieur, soit environ 360.000 de plus qu’en 2015, en raison de la reprise démographique.

Il faut "mettre les moyens nécessaires au lieu de chercher à éliminer un certain nombre de jeunes, comme va le faire cette loi", a aussi lancé la communiste Marie-George Buffet.

Le texte prévoit par ailleurs le rattachement progressif des étudiants au régime général de la Sécurité sociale dès la rentrée 2018. Via un amendement, le rapporteur entend leur permettre d'être représentés au conseil d'administration de l'Assurance maladie, afin qu'ils puissent participer à la politique de prévention.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/07/2018

Un employé de "Parions Sports", branche des paris sportifs au sein de la Française des Jeux, le 17 juin 2016 à Boulogne-Billancourt ( PATRICK KOVARIK / AFP/Archives )Le Mondial de football a…

Publié le 18/07/2018

L'UE inflige une amende record de plus de 4 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante de son systeme d'exploitation pour smartphone Android ( LEON NEAL / AFP/Archives )L'UE a…

Publié le 18/07/2018

Sébastien Chenu en octobre 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )Le député Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national (RN, ex-FN), a dénoncé une "présidentialisation" du…

Publié le 18/07/2018

Heurts entre manifestants et forces de police, le 16 juillet 2018 à Masaya, au Nicaragua ( MARVIN RECINOS / AFP )Au terme de violents affrontements, les forces progouvernementales ont pris le…

Publié le 18/07/2018

L'UE inflige une amende record de plus de 4 milliards d'euros à Google pour abus de position dominante de son systeme d'exploitation pour smartphone Android ( LEON NEAL / AFP/Archives )L'UE a…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Alstom a choisi le fabricant français de batteries Forsee Power pour équiper les bus Aptis

Publié le 18/07/2018

Atari rebondit de 9,9% désormais à 0,49 euro ce mercredi dans un volume de 2 millions de pièces...

Publié le 18/07/2018

Morgan Stanley a dévoilé des résultats meilleurs que prévu en raison du dynamisme de son activité de courtage et de la banque d'investissement. Au deuxième trimestre, la banque a enregistré un…

Publié le 18/07/2018

Fin d'action de concert au capital

Publié le 18/07/2018

EOS imaging retombe en bourse, sur la place parisienne ce mercredi...