En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 836.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.04 %

La politique numérique du gouvernement selon Mounir Mahjoubi

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, le 13 juin 2017 à Paris
le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, le 13 juin 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Des start-up heureuses, une plateforme numérique unique pour les services publics, un accès facilité à internet pour tous et une cybersécurité renforcée: le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi va devoir concrétiser les nombreux chantiers qu'il a lancés.

M. Mahjoubi résume sa politique dans un entretien à l'AFP: "Les deux piliers, c'est l'économie et la transformation de l'Etat, et les deux conditions, c'est l'inclusion numérique et la sécurité." Les concertations en cours doivent déboucher sur des plans d'action dans quelques mois.

Les start-up ont la part belle du volet économique de sa "feuille de route". "Comment on fait pour créer un contexte favorable aux start-up? Comment on fait pour leur simplifier la vie?", interroge-t-il. "Comment on fait pour qu'elles trouvent des financements et qu'elles grandissent en France et en Europe, et qu'on fasse les champions de l'innovation de demain?"

Il trouve déjà un élément de réponse dans des réformes qui devraient selon lui "faciliter la vie des entrepreneurs tech pour pouvoir recruter et grossir", à commencer par les ordonnances travail. Et il compte mettre l'accent en 2018 sur leur visibilité à l'international, ainsi que sur la diversité sociale et la mixité dans l'entrepreneuriat.

Mounir Mahjoubi a entrepris un "Tour de France des start-up" pour recueillir leurs doléances. Parmi celles-ci, "un des sujets qui revient, c'est le droit à l'expérimentation sur certains sujets": en créant des "bacs à sable" ("sandbox" en anglais) qui consistent à donner des autorisations spéciales et limitées pour que les entreprises innovantes puissent tester leurs idées.

Autre sujet économique, la numérisation des PME et des très petites entreprises (TPE). "On est très en retard: on est 16e au plan européen, ce qui n'est pas la place de la France", déplore-t-il. D'où "un plan, qui sera lancé début 2018", avec un site pour aider les entreprises à se lancer, rassemblant des témoignages, des adresses de prestataires et "des fléchages vers tous les financements disponibles".

- Identité numérique -

M. Mahjoubi est parallèlement l'homme-orchestre de "la transformation de l'Etat". Il s'agit, dit-il, de "réinventer la façon qu'on a de faire les politiques publiques à l'heure du numérique".

Le gouvernement veut concrètement installer ce qu'il appelle une "plateforme numérique de l'Etat" --ou PNE--, "c'est-à-dire une nouvelle philosophie où tous les services de l'Etat sont connectés les uns aux autres", grâce à la définition de "nouveaux standards d'échanges de données et de connectivité des plateformes" des différentes administrations qui jusqu'à présent ont grandi indépendamment les unes des autres. Chaque citoyen aura une "identité numérique" unique pour ses contacts avec les services publics.

"2018, c'est la conception de tout ça, et 2019 c'est le déploiement", avance Mounir Mahjoubi, qui vise "100% de numérisation des démarches d'ici à 2022".

Encore faut-il que tous les Français soient connectés. Le gouvernement veut partout du bon haut débit en 2020 et du très haut débit en 2022 (quand bien même les négociations sont qualifiée de "dures" avec les opérateurs). Ce sujet est suivi par le ministère de la Cohésion des territoires, rappelle M. Mahjoubi.

Et il faudra prendre par la main les 13 millions de personnes restées au bord du chemin: c'est le volet consacré à l'inclusion numérique. "Il n'y aura pas de marchés pour les start-up ou de transformation numérique de l'Etat s'il y a 20% des Français qui n'utilisent pas internet", soupire le secrétaire d'Etat. Il a lancé mardi un grand mouvement visant à recenser ces laissés-pour-compte, identifier ceux qui peuvent les aider et trouver des financements, l'objectif étant d'être en ordre de bataille à la rentrée 2018.

Enfin, "tout cela ne peut pas marcher s'il n'y a pas de confiance", insiste Mounir Mahjoubi. Il veut "faire émerger une vraie culture de la cybersécurité", et particulièrement aider les PME et TPE à se protéger des pirates informatiques en incitant les spécialistes à s'intéresser à leurs spécificités.

M. Mahjoubi, qui se félicite d'occuper un poste transversal vu son rattachement au Premier ministre, glisse enfin qu'il doit aussi gérer la coordination européenne et le dialogue, pas toujours aisé, avec les géants américains du web.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…