En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 033.62 PTS
-
5 076.50
+0.85 %
SBF 120 PTS
4 021.97
-
DAX PTS
11 353.67
-
Dowjones PTS
25 289.27
+0.83 %
6 890.45
+1.78 %
1.134
+0.09 %

La démission de Hulot, nouvel épisode de la "société civile" au gouvernement

| AFP | 304 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot à l'Elysée le 14 septembre 2017
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot à l'Elysée le 14 septembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

La démission de Nicolas Hulot constitue un nouvel épisode de l'histoire mouvementée des ministres issus de la société civile, une catégorie qui, avec Françoise Nyssen, Agnès Buzyn ou encore Muriel Pénicaud, tient une place éminente dans l'exécutif d'Emmanuel Macron.

Le départ surprise du ministre de la Transition écologique mardi, "c'est le prix à payer pour avoir des ministres de la société civile au gouvernement", a commenté l'Elysée après l'annonce de M. Hulot qui, fait rare sinon inédit, n'avait prévenu ni l'Elysée, ni Matignon de sa décision.

La pratique consistant à confier des portefeuilles ministériels à des personnalités reconnues pour leur expertise professionnelle, sans engagement partisan de premier plan, n'est pas nouvelle. La scientifique Irène Joliot-Curie dans le gouvernement du Front populaire en 1936, l'alpiniste Maurice Herzog auprès du général de Gaulle en 1958, ou la juriste Simone Veil sous le septennat de Valéry Giscard d'Estaing en 1974, figurent parmi les précurseurs.

Les ministres ou secrétaires d'Etat de la société civile
Les ministres ou secrétaires d'Etat de la société civile ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Jacques Chirac avait notamment nommé à Bercy deux grands patrons, Francis Mer en 2002 puis Thierry Breton en 2005, ou bien le philosophe Luc Ferry à l'Education. Ces expériences n'avaient pas débouché sur une longue carrière politique. L'avocate Christine Lagarde, nommée en 2005, est au contraire montée en grade en 2007, sous la présidence Sarkozy, et dirige aujourd'hui le FMI.

En 2017, M. Macron a poussé la démarche à un niveau inédit, près de la moitié des ministres d'Edouard Philippe étant estampillés "société civile". Parmi ceux-ci: Agnès Buzyn (Santé), Muriel Pénicaud (Travail), Jean-Michel Blanquer (Education), Elisabeth Borne (Transports), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur), Nicole Belloubet (Justice) ou encore Françoise Nyssen (Culture).

Parmi eux, Nicolas Hulot était la plus grosse prise, mais avec un profil un peu à part de spectateur très engagé de la politique. Il fut successivement un interlocuteur régulier de Jacques Chirac, l'auteur d'un "pacte écologique" à l'adresse des candidats en 2007, un candidat malheureux à la primaire des Verts en 2011, et même un "envoyé spécial pour la planète" de François Hollande.

En vertu de ce passé, M. Hulot "n'a pas été pris comme un technicien, quelqu'un qui vient, fort de son expertise, mettre en œuvre un projet politique", juge un responsable de l'opposition: "Lui au contraire est venu avec son projet, dont il s'est aperçu qu'il n'était pas celui de Macron".

"Il y a vraiment un regard ambigu de l'opinion" sur les ministres issus de la société civile, estime le directeur général adjoint de l'Ifop, Frédéric Dabi : "D'un côté, leur nomination a beaucoup plu aux Français. Cela répondait à une sorte d'attente, d'imaginaire". Mais ces profils "n'ont pas de poids politique. Chez Nicole Belloubet, on a senti du flottement lors d'un moment de crise (l'affaire Benalla, NDLR)", poursuit M. Dabi, qui relève aussi la faible notoriété de ces ministres, avec le seul "contre-exemple" de Marlène Schiappa (Droits des femmes).

Parmi ceux-ci, Françoise Nyssen apparaît fragilisée au sein du gouvernement. En juillet, elle s'est vu retirer, au profit de Matignon, la régulation économique du secteur de l'édition et la tutelle du Centre national du livre (CNL), afin d'éviter tout conflit d'intérêts avec ses anciennes fonctions de patronne de l'éditeur Actes Sud. A cela s'ajoute une enquête sur des travaux présumés illégaux dans sa maison d'édition, révélés par le Canard enchaîné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

Le groupe Moulinvest poursuit le déploiement de son plan d'investissement Horizon 2020 portant sur la modernisation des équipements et infrastructures de production selon le calendrier prévu...

Publié le 15/11/2018

LYON, France et CAMBRIDGE, Mass., 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- ERYTECH Pharma (Euronext Paris : ERYP - Nasdaq : ERYP), société biopharmaceutique de stade clinique développant des…

Publié le 15/11/2018

Une performance encourageante tenant aux multiples initiatives engagées par Musée Grévin pour renforcer son attractivité...

Publié le 15/11/2018

En données publiées, le chiffre d'affaires est en hausse de +35% !

Publié le 15/11/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…