En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 442.75 PTS
-
4 450.50
-
SBF 120 PTS
3 499.45
-
DAX PTS
10 332.89
-
Dow Jones PTS
23 433.57
+3.44 %
8 229.54
-

La classe politique ne veut pas polémiquer après les propos d'Agnès Buzyn

| AFP | 725 | 3 par 4 internautes
Agnès Buzyn le 15 mars 2020 à Paris
Agnès Buzyn le 15 mars 2020 à Paris ( Julien DE ROSA / POOL/AFP/Archives )

Des responsables politiques de droite ou de gauche ont affiché mercredi leur volonté d'éviter la "polémique", en pleine crise de coronavirus, sur les déclarations de l'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sans pour autant minimiser les révélations.

La candidate LREM à la mairie de Paris a affirmé avoir prévenu le Premier ministre, Édouard Philippe, dès le 30 janvier de la gravité de l'épidémie de coronavirus, qualifiant de "mascarade" les élections municipales, expression qu'elle a ensuite dit regretter.

"Le moment n'est pas à la polémique", a jugé mercredi le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau après s'être tout de même interrogé sur Sud Radio: "a-t-elle craqué? Les informations qu'elle donne sont-elles exactes?"

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a appelé sur RTL à "l'union nationale" et à "ne pas avoir de crise de conscience et d'état d'âme" car "aujourd'hui on est tous en guerre".

Son homologue des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a affirmé sur Europe 1 qu'il n'avait "pas de temps à passer sur une polémique" au milieu de la gestion de l'épidémie de coronavirus.

A gauche, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a expliqué sur France 2 ne pas vouloir "entrer dans une polémique parce que nous avons besoin d'unité pour avancer".

Mais "le moment du bilan viendra" et, "à ce moment-là, il faudra poser des questions", a ajouté le député de Seine-et-Marne.

Le vice-président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a cependant estimé, également sur France 2, que "malgré l'unité nationale qu'impose cette période (...), on ne peut pas se taire", jugeant que Mme Buzyn "revendiqu(ait) un mensonge d’État, une non assistance à population en danger".

M. Bardella a accusé l’exécutif de n'avoir "rien anticipé sur la réquisition des productions de stocks de masques" ni "sur la fermeture des frontières" ni "sur les procédures de confinement". "Le moment de rendre des comptes pour le gouvernement viendra, une fois que cette crise sera passée".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Le produit de cette émission obligataire sera utilisé pour le refinancement du crédit relais conclu dans le contexte de l'acquisition d'Altran Technologies...

Publié le 08/04/2020

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 08/04/2020

Sur les farines de sarrasin, l'activité est fortement impactée avec la fermeture des crêperies et restaurants...

Publié le 08/04/2020

U10, qui ne distribuera pas de dividende, précise l'impact de la crise sanitaire...

Publié le 08/04/2020

Un acompte sur dividende de 0,17 euro par action ayant été versé en septembre 2019, cette proposition de dividende de Spie impliquait un solde de 0,44 euro par action...