En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-
5 090.00
-
SBF 120 PTS
4 073.02
-
DAX PTS
11 614.16
-
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
-1.24 %
1.157
-0.08 %

L'image de Ryad et de son prince à l'épreuve de l'affaire Khashoggi

| AFP | 157 | Aucun vote sur cette news
Le portrait du journaliste disparu Jamal Khashoggi lors d'une manifestation devant le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, 5 octobre 2018 en Turquie
Le portrait du journaliste disparu Jamal Khashoggi lors d'une manifestation devant le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, 5 octobre 2018 en Turquie ( OZAN KOSE / AFP )

L'affaire Jamal Khashoggi, du nom du journaliste disparu depuis mardi après être entré au consulat saoudien à Istanbul, pourrait gravement affecter l'image du royaume et de son prince héritier, ainsi que les relations diplomatiques turco-saoudiennes, selon des experts.

Dernier rebondissement: la police turque estime que le journaliste saoudien, qui bénéficie d'une aura internationale en raison notamment de ses critiques contre le prince Mohammed ben Salmane, "a été tué au consulat par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée", selon une source proche du gouvernement.

Ryad a démenti, et les experts interrogés par l'AFP incitent à la prudence tant que les faits n'auront pas été confirmés.

Cependant, si c'était le cas, cette affaire explosive viendrait ternir davantage l'image internationale de l'Arabie saoudite et de son prince héritier, qui cultive une réputation de "réformateur", notamment en Occident, tout en étant critiqué pour son "autoritarisme".

Un portrait géant du prince saoudien Mohammed ben Salmane dans un stade à Ryad, le 23 septembre 2018
Un portrait géant du prince saoudien Mohammed ben Salmane dans un stade à Ryad, le 23 septembre 2018 ( FAYEZ NURELDINE / AFP/Archives )

"MBS", 33 ans, dont l'ascension fulgurante a suscité un intérêt dans le monde entier, avait déjà fait l'objet de vives critiques en novembre 2017 quand le Premier ministre libanais Saad Hariri s'était retrouvé bloqué pendant deux semaines à Ryad.

Sa "poigne de fer" avait aussi été dénoncée lorsque des dizaines de personnalités saoudiennes, accusées de "corruption", avaient été enfermées à la même époque au Ritz-Carlton.

- "Difficile à avaler" -

Il avait de nouveau été vilipendé quand des défenseurs des droits de l'Homme et des féministes avaient été appréhendés en plusieurs vagues depuis juin, dégradant l'image positive née de mesures sociétales inédites, comme l'autorisation de conduire pour les femmes.

En août, le Canada a en outre vu son ambassadeur expulsé en raison de critiques sur la situation des droits de l'Homme, tandis que de grands pays occidentaux s'étaient tus, par crainte de perdre des contrats.

Cette fois, l'affaire Khashoggi aurait des répercussions majeures en Occident si la mort du journaliste était confirmée, avancent des experts.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama ( MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP/Archives )

Selon Kristian Ulrichsen, elle fera le jeu de ceux à Washington qui jugent que "l'Arabie saoudite sous MBS est sujette à des gambits apparemment imprudents, sans considérations pour les conséquences, que ce soit le blocus du Qatar, la détention de Hariri, la rupture avec le Canada, sans parler de la guerre au Yémen", objet de controverses depuis son déclenchement en 2015.

Pour Bessma Momani, en cas de mort confirmée, et si "les accusations contre l'Arabie saoudite tiennent, l'image du +réformateur+ prince héritier va devenir plus difficile à avaler, en particulier à Washington et dans d'autres capitales occidentales".

- Crise avec Ankara? -

L'analyste James Dorsey pense aussi que l'affaire Khashoggi aura des conséquences "sérieuses" à l'étranger.

Il cite en particulier les difficultés de l'Arabie saoudite au Yémen et le risque pour elle de voir des membres de parlements dans divers pays se mobiliser davantage en faveur d'un boycott sur les ventes d'armes.

L'affaire aura également de graves répercussions sur les relations avec Ankara, déjà dégradées depuis plus d'un an, relève M. Dorsey.

"Si les Saoudiens étaient liés à la mort de Khashoggi, cela provoquerait certainement une crise diplomatique" entre ces deux poids lourds du monde musulman, abonde Kristian Ulrichsen de l'Université Rice aux Etats-Unis.

Cet avis est aussi partagé par Bessma Momani, de l'Université Waterloo au Canada. "La Turquie affirmera que c'est un affront à sa souveraineté et l'Arabie saoudite montrera du doigt l'alliance Turquie-Qatar pour expliquer les accusations de la Turquie".

Ankara, qui partage avec Doha un soutien inébranlable à la confrérie islamiste des Frères musulmans, avait pris fait et cause pour le Qatar quand, le 5 juin 2017, l'Arabie saoudite et trois de ses alliés avaient rompu leurs relations avec ce pays en l'accusant de soutenir des "groupes extrémistes" et de se rapprocher de l'Iran.

Et les vues de M. Khashoggi, qui avait défendu les Frères musulmans, "ne sont pas si éloignées de celles" du parti au pouvoir en Turquie, un pays qui, par ailleurs, "ne peut tolérer que des gens soient tués par des agents étrangers" sur son sol, renchérit James Dorsey.

Outre le Qatar et les Frères musulmans, il cite également l'Iran comme pomme de discorde entre Ankara et Ryad, en particulier l'alignement saoudien sur la ligne dure de Washington à propos des sanctions contre Téhéran.

Au final, vu la gravité de l'affaire Khashoggi, M. Dorsey "n'exclut pas" qu'elle aboutisse à une rupture des relations par le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Côté saoudien, on se mobilise, à l'instar d'Ali Shihabi, de l'Arabia Foundation, qui invite la communauté internationale à "ne pas tirer de conclusions hâtives" sur l'affaire Khashoggi, en rappelant que "les Turcs ne sont pas une partie neutre".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

L'Eanm est le congrès de référence pour le secteur de la médecine nucléaire

Publié le 15/10/2018

Performance au rendez-vous...

Publié le 15/10/2018

Les deux sociétés de communications et d'électronique de défense Harris et L3 ont annoncé dimanche une "fusion entre égaux", qui créera un ensemble affichant des ventes annuelles de 16 Mds$.

Publié le 15/10/2018

Le projet bénéficiera d'un contrat de rémunération d'une durée de 10 ans à compter de sa mise en service prévue à la fin de l'année 2019...

Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...