5 427.19 PTS
-
5 421.5
-0.11 %
SBF 120 PTS
4 324.77
-
DAX PTS
13 183.53
-
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
-
Nikkei PTS
22 855.03
-0.05 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'eurodéputé Briois (FN) peut-il être jugé pour un tweet ? Décision en novembre

| AFP | 126 | Aucun vote sur cette news
Steeve Briois, le 9 septembre 2017 à Brachay
Steeve Briois, le 9 septembre 2017 à Brachay ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP )

Le tribunal correctionnel de Paris dira le 9 novembre si Steeve Briois (FN) peut être jugé pour un tweet faisant le lien entre migrants et agressions sexuelles, diffusé dans le contexte d'un discours au Parlement européen, ou si son immunité d'eurodéputé le protège.

Le maire d'Hénin-Beaumont et secrétaire général du parti d'extrême droite devait être jugé mercredi pour provocation à la haine raciale, en raison d'un tweet qu'il avait diffusé le 23 novembre 2016, jour de séance plénière au parlement européen.

"+La répartition des #migrants a pour conséquence l'explosion des agressions sexuelles, en Allemagne, en Suède, en Autriche, etc..+ #PlenPE", avait tweeté le député européen, le mot clé #PlenPE pouvant signifier qu'il prononçait ces paroles lors de cette séance plénière.

La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) avait signalé ce tweet au parquet de Paris, qui avait ouvert une enquête, et s'était constituée partie civile.

Mercredi, à l'ouverture du procès, l'avocat de M. Briois, Me David Dassa-Le Deist, a estimé que ce tweet ne pouvait être disjoint de propos comparables que l'eurodéputé a tenus lors de cette séance.

"Steeve Briois, député au parlement européen", tweete des propos "qui reprennent quasiment au mot près ses propos tenus à la tribune", a-t-il résumé.

Dès lors, a-t-il estimé, l'immunité parlementaire de M. Briois doit s'appliquer à ce tweet comme elle s'applique à son discours.

Le protocole de 1965 sur les privilèges et immunités des Communautés européennes prévoit que les députés européens ne peuvent être poursuivis en raison de leurs "opinions ou vote émis par eux dans l'exercice de leurs fonctions".

Le tribunal a décidé d'examiner cette seule question de l'immunité avant de se pencher sur le fond du dossier. Il rendra sa décision le 9 novembre.

Une vague d'agressions sexuelles, attribuée à des étrangers, avait eu lieu dans la ville allemande de Cologne dans la nuit du 31 décembre 2015 au 1er janvier 2016, provoquant des critiques sur la politique d'accueil menée par la chancelière Angela Merkel face à un afflux de réfugiés sans précédent. La plupart des auteurs de ces agressions n'ont jamais été identifiés. Parmi les quelques suspects identifiés, la plupart était originaire d'Algérie et du Maroc.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Cette acquisition enrichit l'écosystème des microcontrôleurs STM32 avec un environnement de développement intégré (IDE) de premier plan La première offre consolidée est…

Publié le 12/12/2017

L'endettement financier net au 30 septembre 2017 ressort à 4,6 ME...

Publié le 12/12/2017

L'admission des actions nouvelles au nominal de 0,18 euro sur le marché Euronext Paris sera demandée...

Publié le 12/12/2017

La société tiendra un symposium consacré à la nouvelle voie métabolique découverte par le Dr. Catherine Llorens-Cortes...

Publié le 12/12/2017

Ensemble, ces 2 entités ont commercialisé 1.134 véhicules en 2016, dont 51% de véhicules neufs et 49% de véhicules d'occasion, pour un chiffre d'affaires cumulé de 13,5 ME...

CONTENUS SPONSORISÉS