En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 001.32 PTS
-0.64 %
5 006.50
-0.54 %
SBF 120 PTS
3 998.56
-0.58 %
DAX PTS
11 283.90
-0.61 %
Dowjones PTS
25 289.27
+0.00 %
6 890.45
+0.00 %
1.141
+0.71 %

L'Elysée promet des moyens "élevés" pour "enrayer la pauvreté"

| AFP | 374 | Aucun vote sur cette news
Le plan pauvreté que le président Emmanuel Macron doit présenter jeudi s'appuiera sur deux
Le plan pauvreté que le président Emmanuel Macron doit présenter jeudi s'appuiera sur deux "piliers", la prévention de la précarité ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le plan pauvreté que le président Emmanuel Macron doit présenter jeudi s'appuiera sur deux "piliers", la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi, et sera doté de moyens "très élevés", a promis mercredi l'Elysée.

Il s'agit d'une "stratégie très ambitieuse", dotée d'un "montant très élevé" avec "beaucoup de mesures nouvelles", a déclaré un conseiller du chef de l'Etat lors d'une rencontre avec la presse.

Emmanuel Macron doit prononcer jeudi matin un discours très attendu, d'environ une heure au Musée de l'Homme à Paris, dans lequel il doit notamment dévoiler des actions pour "enrayer les inégalités de destin qui se perpétuent de génération en génération".

En matière de prévention, le plan prévoit d'ouvrir davantage les crèches aux enfants de quartiers prioritaires ou défavorisés - via des bonus financiers aux collectivités -, de créer un fonds pour financer des petits-déjeuners dans les écoles prioritaires ou des tarifs sociaux dans les cantines.

Pour les jeunes, l'obligation de formation sera portée de 16 à 18 ans. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs du système scolaire, estimés à plusieurs dizaines de milliers, et leur proposent des formations.

En outre, le dispositif "garantie jeune", pour les 16-25 ans les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à "500.000 jeunes avant la fin du quinquennat", contre 100.000 actuellement.

L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance, qui trop souvent s'arrête net à leur majorité.

En matière de santé, la CMU (couverture maladie universelle) sera étendue à plusieurs millions de personnes pour qu'elles bénéficient d'une complémentaire santé.

Concernant le "deuxième pilier", l'Elysée promet le "développement massif de dispositifs d'insertion par l'activité économique", considérant que "le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté".

Chantiers d'insertion, territoires zéro chômeurs, Travail alternatif payé à la journée (Tapaj)... L'ambition est d'étendre ces dispositifs à 100.000 bénéficiaires supplémentaires d'ici 2022 (140.000 aujourd'hui).

Le président, qui s'était emporté contre +le pognon de dingue+ que représentent les aides sociales, devrait aussi faire des annonces visant à "repenser les minima sociaux", dont le RSA, comme une simplification des démarches pour un meilleur accompagnement.

L'Elysée a vanté un "changement radical d'approche" pour passer "d'une logique de prestation monétaire au développement d'accompagnement et d'investissement social" dans un pays qui compte près de 9 millions de pauvres, dont 3 millions d'enfants.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu un avis favorable au sujet du fexinidazole de Sanofi. Il s'agit du premier traitement…

Publié le 16/11/2018

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier supplémentaire sur l'action TECHNIPFMC, qui constituera le sous-jacent d’un turbo put parfaitement adapté (S802S). Ce produit dérivé…

Publié le 16/11/2018

Le directeur financier de T-Mobile a annoncé que l'acquisition de Sprint pour 26 milliards de dollars pourrait être conclue dès le premier trimestre de 2019."Bien que le processus puisse être…

Publié le 16/11/2018

BONDUELLE Société en commandite par actions au capital de 56 491 956,50 EUR. Siège social : La Woestyne, 59173 Renescure. 447 250 044 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

      Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de Commerce et l'article 223-16 du…