En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 100.84 PTS
+0.32 %
5 110.00
+0.56 %
SBF 120 PTS
4 098.39
+0.53 %
DAX PTS
11 650.07
+0.83 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
+0.00 %
1.152
+0.05 %

Très large majorité à l'Assemblée pour le "droit à l'erreur"

| AFP | 442 | Aucun vote sur cette news
Le
Le "droit à l'erreur" introduit la notion selon laquelle il est possible de se tromper dans ses déclarations à l'administration sans risquer une sanction au premier manquement ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

L'Assemblée nationale a largement adopté mardi, au-delà de la seule majorité comme l'ont souligné des LREM et MoDem, le projet de loi instaurant un "droit à l'erreur" qui permettra, sous réserve d'être "de bonne foi", d'éviter des sanctions de l'administration au premier manquement.

Après 22 heures de débats relativement techniques la semaine dernière, le projet de loi "pour un Etat au service d'une société de confiance" a été adopté en première lecture par 405 voix contre 41, avec 102 abstentions.

La majorité LREM-Modem a voté pour la traduction d'une promesse du candidat Emmanuel Macron, comme le groupe UDI-Agir et les socialistes, Insoumis et communistes contre. LR s'est finalement abstenu.

Les députés réunis à l'Assemblée nationale pendant une session de questions au gouvernement, le 30 janvier 2018
Les députés réunis à l'Assemblée nationale pendant une session de questions au gouvernement, le 30 janvier 2018 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

"C'est une forte adhésion au delà des clivages traditionnels, le fruit d'un travail de co-construction parlementaire mené depuis plusieurs mois", a salué sur Twitter le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.

Cet ex-LR rallié à LREM avait encore vanté lors des questions au gouvernement un texte qui va "révolutionner la relation de confiance entre les entreprises, les contribuables et l'administration". "Un texte utile aux citoyens", selon le chef de file des députés MoDem Marc Fesneau.

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, le 30 janvier 2018
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, le 30 janvier 2018 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Satisfait, d'après Christian Jacob, que la majorité ait bougé sur deux points, touchant notamment aux chambres d'agriculture, LR s'est abstenu à cause de "quelques mesures qui n'ont rien à y faire" selon Arnaud Viala, principalement la simplification des procédures pour implanter un parc éolien marin.

L'éolien est "le seul point de blocage avec LR, donc je pense qu’on peut encore améliorer le score" après l'examen au Sénat, a jugé le rapporteur LREM Stanislas Guérini.

Tout en regrettant "un manque de concertation" avec les syndicats de fonctionnaires, les socialistes, qui avaient fait du "choc de simplification" une priorité lors du quinquennat Hollande en y nommant un secrétaire d'Etat, se sont réjouis de voir certains de leurs amendements acceptés. Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde s'est aussi félicité que le texte ait été "réellement enrichi" par les parlementaires.

- "Un leurre" -

"Votre texte est un leurre, vous renforcez le désengagement de l'Etat", a jugé à l'inverse Ugo Bernalicis (LFI), y voyant aussi le poids de "lobbies". "Vous cherchez par petites touches à dévaluer la valeur normative de la loi, c'est une évolution dangereuse", a renchéri le communiste Alain Bruneel.

Le droit à l'erreur est présenté comme "la possibilité pour chaque Français de se tromper dans ses déclarations à l'administration sans risquer une sanction dès le premier manquement". Ce sera à l'administration de prouver que l'usager était de mauvaise foi.

En matière fiscale, si l'administration détecte une erreur de bonne foi lors d'un contrôle, les intérêts de retard seront réduits de 30%. Si l'usager rectifie son erreur de lui-même, les intérêts seront réduits de moitié.

Une entreprise se verrait ainsi infliger par l'inspection du travail d'abord un avertissement au lieu d'une amende en cas de première erreur "de bonne foi" sur le temps de travail ou les salaires minima. Elle pourra également demander à une administration de la contrôler pour s'assurer qu'elle est en conformité et opposer ensuite les conclusions en cas de réclamation.

Autre objectif affiché du texte: "répondre concrètement à l'attente des usagers du service public", comme avec l'expérimentation d'un référent unique, une adaptation des horaires d'ouverture, un numéro d'appel non surtaxé, repoussé à 2021 au plus tard.

Et il veut développer des expérimentations: limitation de la durée de contrôle des PME à neuf mois sur une période de trois ans, médiateur entre les entreprises du BTP et l'ensemble des administrations, etc.

Le texte se veut un "changement de méthode" pour une administration "qui conseille, dialogue et s'engage", non un "énième texte de simplification". Désormais, tous les projets de loi auront un volet simplification, comme celui sur l'agriculture présenté mercredi en Conseil des ministres, selon M. Darmanin.

Dans "le service après-vote", un "conseil de la réforme", avec des parlementaires, sera installé pour suivre les nombreux décrets et des ordonnances attendus. Et tout agent administratif aura un module de formation sur le "droit à l'erreur".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/10/2018

Ceconomy était proche de racheter Fnac Darty cet été pour 2,7 milliards d'euros. Ce projet d'acquisition a finalement été rangé dans les cartons en raison des difficultés financières du…

Publié le 22/10/2018

L'équipementier automobile japonais Calsonic Kansei, détenu par le fonds KKR, va racheter Magneti Marelli à Fiat Chrysler Automobiles pour 6,2 milliards d'euros. L’opération donnera naissance à…

Publié le 22/10/2018

Le CAC40 débute bien la semaine, s'affichant dans le vert avec +0,50% au compteur peu avant 9h30 et repassant les 5...

Publié le 22/10/2018

S&P Global Ratings a relevé d'un cran à A+ (contre A précédemment) des notes long-terme du Groupe Crédit Agricole, de Crédit Agricole S.A., des Caisses régionales de Crédit Agricole, de LCL,…

Publié le 22/10/2018

Après Moody's en juin dernier, l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a annoncé avoir relevé d'un cran la note de crédit long terme de BPCE de A à A+ avec une perspective stable. Ce…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Ceconomy était proche de racheter Fnac Darty cet été pour 2,7 milliards d'euros. Ce projet d'acquisition a finalement été rangé dans les cartons en raison des difficultés financières du…

Publié le 22/10/2018

Paris, 22 Octobre 2018 - Atos, leader international de la transformation digitale, annonce que sa nouvelle génération de loch électromagnétique, LMN6, a été choisie par la Marine…

Publié le 22/10/2018

L'équipementier automobile japonais Calsonic Kansei, détenu par le fonds KKR, va racheter Magneti Marelli à Fiat Chrysler Automobiles pour 6,2 milliards d'euros. L’opération donnera naissance à…

Publié le 22/10/2018

Pékin a dévoilé une série de mesures pour rassurer les marchés

Publié le 22/10/2018

Safran et Zodiac Aerospace ont signé vendredi un traité de fusion relatif au projet de fusion-absorption de Zodiac Aerospace par Safran annoncé le 1 juin dernier. Ce projet sera soumis à…