En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 258.52 PTS
-0.22 %
5 247.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 157.21
-0.36 %
DAX PTS
11 335.78
-0.25 %
Dowjones PTS
25 523.19
+0.08 %
7 308.80
-0.24 %
1.131
+0.12 %

L'Assemblée adopte le projet de loi "pour une école de la confiance"

| AFP | 286 | Aucun vote sur cette news
Ouverture de la session des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 19 février 2019
Ouverture de la session des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 19 février 2019 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

L'Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture le projet de loi "pour une école de la confiance", qui vise selon Jean-Michel Blanquer à "élever le niveau général" et assurer "la justice sociale", mais est critiqué par les oppositions de droite comme de gauche.

Le texte, voté par 353 voix contre 171 et 31 abstentions, a eu le soutien des élus LREM-MoDem et une partie des UDI-Agir, les autres groupes votant majoritairement contre, comme le RN, tandis que Libertés et Territoires s'est majoritairement abstenu.

Le projet de loi prévoit notamment d'abaisser l'instruction obligatoire de 6 à 3 ans, de confier des missions d'enseignement à certains surveillants ou encore de permettre des regroupements des classes d'un collège et d'une ou plusieurs écoles au sein d'établissements "des savoirs fondamentaux".

Les élus LREM ont dit leur "satisfaction" tandis que Nadia Essayan (MoDem) a vanté l'instruction obligatoire comme une "mesure simple, nette et efficace", et Béatrice Descamps (UDI-Agir) un facteur de "justice sociale".

Frédéric Reiss (LR) s'est de son côté élevé contre un texte avec "des réponses inadaptées, incomplètes voire contradictoires" sur la prise en charge de la petite enfance, la formation des enseignants ou encore l'évaluation du système scolaire.

A gauche, George Pau-Langevin (PS) a critiqué "des choix contestables" et un texte loin "d'une école bienveillante". Elle a notamment déploré l'instauration d'un devoir d'"exemplarité" qui a "heurté" les enseignants, et dit "attendre surtout des mesures sonnantes et trébuchantes pour améliorer le quotidien" dans les écoles plutôt que "des symboles inertes" comme les drapeaux.

Elsa Faucillon (PCF) a aussi évoqué des débats au "goût amer", déplorant que les sujets d'égalité aient été "déviés" vers l'identitaire, avec "le consentement" du ministre. Elle a dénoncé un texte faisant preuve d'"autoritarisme", ainsi que "l'accélération d'un enseignement à deux vitesses".

Sabine Rubin (LFI) a, elle, accusé le ministre de "sanctuariser la casse du service public de l'Education nationale" avec ce projet de loi qui va "enfoncer le clou des inégalités" entre les jeunes mais aussi les territoires, "qui vont continuer" à voir des écoles fermer.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Troisième plongeon consécutif pour Cellnovo...

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars10h00 en AllemagneIndice Ifo du climat des affaires en marsMardi 26 mars8h45 en FranceRésultats détaillés du PIB au quatrième trimestreEnquêtes de conjoncture de mars13h30 aux…

Publié le 25/03/2019

Florent Menegaux, qui prendra ses fonctions de président de Michelin à l'issue de l'Assemblée Générale du 17 mai prochain, a souhaité mettre en place un comité exécutif groupe (CEG) resserré.…

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars 2019TRIGANOLe spécialiste des camping-cars publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.Mardi 26 mars 2019NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier et des consignes…

Publié le 25/03/2019

Cure d'austérité