5 361.46 PTS
-0.09 %
5 359.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 271.35
+0.02 %
DAX PTS
13 121.73
-0.35 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique

| AFP | 285 | Aucun vote sur cette news
Le président José Eduardo dos Santos le 19 août 2017 à Luanda, doit passer la main après les élections du 23 août auxquelles il ne se présente pas
Le président José Eduardo dos Santos le 19 août 2017 à Luanda, doit passer la main après les élections du 23 août auxquelles il ne se présente pas ( MARCO LONGARI / AFP )

L'Angola, qui vote mercredi pour des élections générales, est un pays riche d'immenses réserves pétrolières, mais peine encore à en faire profiter sa population qui reste parmi la plus pauvre au monde.

Le pays a connu près de trois décennies de guerre civile (1975-2002, 500.000 morts). Il est dirigé depuis 1979 par José Eduardo dos Santos, qui doit passer la main après les élections du 23 août auxquelles il ne se présente pas.

- Boom pétrolier puis crise -

L'Angola est avec le Nigeria l'un des deux principaux pays producteurs de pétrole d'Afrique subsaharienne et tire la majorité de ses ressources de l'exploitation des hydrocarbures. Grâce à son or noir, le pays a lancé une vaste politique de reconstruction des infrastructures.

Le boom pétrolier a fait de Luanda l'une des capitales les plus chères de la planète.

Mais en dépit de la construction de routes ou d'hôpitaux, sa croissance n'a que peu profité à la population, l'une des plus pauvres du monde. La chute des cours du brut en 2014 a plongé le pays dans une sévère crise économique.

Selon la Banque mondiale, le PNB (Produit national brut) par habitant s'élevait à 3.440 dollars en 2016.

L'Angola est classé 164e sur 176 pays au dernier classement de l'ONG Transparency International sur la corruption.

- Trois décennies de guerre civile -

Ancienne colonie portugaise, l'Angola accède à l'indépendance en 1975 après une guerre de libération engagée en 1961. Une guerre civile oppose déjà trois mouvements de guérilla, le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA, pro-soviétique) du président Agostinho Neto, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita) et le Front national de libération de l'Angola (FNLA), pro-occidentaux.

Interrompue en 1991 par le Traité de Bicesse (Portugal), la guerre reprend fin 1992. En 1994, des accords de paix sont signés à Lusaka (Zambie), mais la guerre se poursuit.

En 2002, après la mort du chef historique de l'Unita, Jonas Savimbi, l'armée et l'Unita signent un accord de cessez-le-feu.

- Un règne de 38 ans -

Arrivé au pouvoir à la mort du président Neto, en 1979, José Eduardo dos Santos règne depuis sans partage sur l'Angola, dont il contrôle toutes les institutions.

Son parti, le MPLA, dispose d'une majorité absolue de députés.

Et les manifestations sont souvent interdites et réprimées par la police, le plus souvent dans la violence.

- Héritage -

Le président dos Santos est critiqué par ses adversaires pour avoir mis l’État et l'économie en coupe réglée, notamment en offrant à sa famille et à ses proches la direction de nombreuses entreprises.

En 2013, il a fait nommer son fils José Filomeno à la tête du fonds souverain du pays.

Et en 2016, sa fille aînée, Isabel, considérée comme la femme la plus riche d'Afrique par le magazine Forbes, a été nommée à la tête de la compagnie pétrolière publique Sonangol, avant de s'emparer un an plus tard de la principale banque du pays, la BFA (Banco de Fomento Angola).

- Cabinda -

( ISSOUF SANOGO / AFP )

Sur la côte atlantique de l'Afrique, l'Angola (25 millions d'habitants) est limitrophe du Congo, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Zambie et de la Namibie.

L'enclave de Cabinda, coincée entre les deux Congo, produit 60% du pétrole de l'Angola. Elle est minée par des revendications séparatistes depuis son intégration par l'Angola au moment de l'indépendance.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Rubis évolue sur de nouveaux sommets en bourse, en hausse de 2,4% à 59,8 euros en fin de matinée...

Publié le 22/11/2017

Si certains observateurs se plaignent régulièrement de l'impéritie financière d'EDF (+1,4% à 10,195 euros), il semble que dans le financement de la construction de la centrale nucléaire…

Publié le 22/11/2017

Les opérations SRD cesseront le 28 novembre...

Publié le 22/11/2017

Avoir un socle d'actionnaires stable correspond à la nature même de notre métier

Publié le 22/11/2017

Troisième trimestre légèrement inférieur aux attentes

CONTENUS SPONSORISÉS