En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 404.14 PTS
-0.24 %
5 404.00
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 323.75
-0.26 %
DAX PTS
12 644.94
-0.33 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.164
-0.01 %

L'agresseur présumé de NKM jugé à Paris

| AFP | 428 | Aucun vote sur cette news
Vincent Debraize, maire de Champignolles et agresseur présumé de Nathalie Kosciusco-Morizet le 22 juin 2017 à Paris
Vincent Debraize, maire de Champignolles et agresseur présumé de Nathalie Kosciusco-Morizet le 22 juin 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

L'incident avait marqué l'entre-deux-tours des législatives: l'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet comparait mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour violences et outrage "sur personne chargée d'une mission de service public".

Le prévenu, Vincent Debraize, 55 ans, maire d'une petite commune de Normandie, "a reconnu avoir insulté" la candidate LR, battue aux législatives à Paris, lors d'une altercation le 15 juin sur un marché de la capitale, mais conteste "tout contact physique" comme l'affirme l'ancienne député de l'Essonne.

"Nathalie Kosciusko-Morizet sera présente à l'audience pour expliquer le déroulement des faits" a indiqué à l'AFP son avocat Me Jean-Yves Dupeux.

L'ancienne ministre avait été brièvement hospitalisée après avoir chuté et perdu connaissance et s'était vu reconnaître deux jours d'incapacité totale de travail (ITT).

L'agresseur présumé, maire (sans étiquette) de Champignolles, un petit village de l'Eure, avait pris la fuite après les faits mais avait rapidement pu être identifié à partir de témoignages, de photos et de la vidéosurveillance. Convoqué par la police et placé en garde à vue, il avait été confronté à NKM mais a continué à nier avoir exercé des violences à son encontre.

"A aucun moment je n'ai frappé ou même eu la volonté de frapper Mme Kosciusko-Morizet", a-t-il répété le 22 juin lors d'une conférence de presse, assurant même avoir lui même été victime de violences de la part de partisans de NKM qui l'auraient notamment poursuivi dans le métro après l'altercation.

Nathalie Kosciusko-Morizet, 44 ans, en ballotage défavorable face au candidat de la République en marche Gille Le Gendre, distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le Ve arrondissement lorsque son agresseur présumé les lui a pris pour les lui envoyer au visage, la traitant de "bobo de merde", avait constaté une journaliste de l'AFP.

"L'homme a d'abord eu des propos outrageants à l'égard de ma cliente, ciblant ses fonctions de conseillère de Paris", a expliqué à l'AFP Me Dupeux. "Il lui a ensuite arraché les tracts des mains, l'a giflée avec les tracts. Elle a eu un geste de recul. Il l'a poussée au dessus du thorax et elle a perdu l'équilibre et est tombée", selon l'avocat.

L'ancienne ministre de l’Écologie de Nicolas Sarkozy avait perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Revenue à elle, elle avait été conduite, pour subir des examens, à l'hôpital Cochin, où le Premier ministre Edouard Philippe lui avait rendu visite. Les réactions politiques d'indignation et de soutien à NKM avaient afflué.

Vincent Debraize fait partie des 33 maires à avoir parrainé la candidature à la présidentielle d'Henri Guaino, l'ex-"plume" de Nicolas Sarkozy qui se présentait aux législatives face à NKM dans cette 2e circonscription de la capitale.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Le titre poursuit son rebond après un bel accord de distribution

Publié le 20/07/2018

Rémy Cointreaufait état d'une légère croissance en début d'exercice avec un chiffre d'affaires de 241,5 millions d'euros sur son 1er trimestre...

Publié le 20/07/2018

Thales a réalisé au premier semestre 2018 un résultat net ajusté en hausse de 39% à 539 millions d'euros. L'Ebit a atteint 762 millions, en progression de 30%. En organique, la croissance atteint…

Publié le 20/07/2018

Altur Investissement annonce son investissement dans la société BIOBank, 1ère banque française d'os d'origine humaine

Publié le 20/07/2018

Faurecia a réalisé au premier semestre 2018 un résultat net en hausse de 10,2% à 342 millions d'euros. Le résultat opérationnel de l'équipementier automobile a grimpé de 11,1% à 647,2…