En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 975.50 PTS
+1.03 %
4 957.0
+0.97 %
SBF 120 PTS
3 964.54
+1.03 %
DAX PTS
11 244.17
+1.61 %
6 611.94
+1.30 %
1.138
+0.18 %
12 033.82
+0.88 %

Khashoggi : pour Macron, "c'est pure démagogie que de dire d'arrêter de vendre des armes" à Ryad

| AFP | 286 | 4 par 1 internautes
Le président français Emmanuel Macron à Bratislava en Slovaquie, le 26 octobre 2018
Le président français Emmanuel Macron à Bratislava en Slovaquie, le 26 octobre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP )

Le président français Emmanuel Macron a estimé vendredi que "c'est pure démagogie que de dire d'arrêter les ventes d'armes" à Ryad suite à l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Les ventes d'armes n'ont "rien à voir avec M. Khashoggi, il ne faut pas tout confondre", s'est-il écrié lors d'une conférence de presse à Bratislava.

"Je suis très admiratif envers ceux qui, avant de savoir, disent 'on ne vendra plus d'armes' ! Ils en vendent déjà parfois plus que la France à travers les joint ventures qu'ils ont !" a lancé le président français, en réponse à la question d'une journaliste sur les appels de l'Allemagne et de l'Autriche à cesser les ventes d'armes à Ryad.

"Et quel est le rapport entre les ventes d'armes et M. Khashoggi ? Je comprends le lien avec le Yémen mais il n'y en a aucun avec M. Khashoggi ! Si on veut prendre des sanctions, il faut en prendre dans tous les domaines ! Il faut dans ce cas arrêter de vendre des véhicules", a poursuivi avec agacement Emmanuel Macron, interrogé par la presse.

"Ou prendre des sanctions individuelles" contre les responsables, a-t-il jugé.

"J'attends que les faits soient établis clairement et surtout les responsables et les commanditaires, pour en tirer les conséquences et les sanctions", qui doivent être "claires, cohérentes" "dans tous les domaines et "avec une réponse européenne". "Et il faut qu'elles aient un lien" avec cet assassinat, qu'il "condamne avec fermeté".

Dans cette affaire, le dirigeant français a aussi voulu rappeler sans détour l'importance de l'alliance avec l'Arabie saoudite pour la France et les autres pays occidentaux, qu'il s'agisse de lutte anti-Daech, de coopération militaire ou encore de fourniture de pétrole.

"L'Arabie saoudite est l'un de nos partenaires dans la région, en particulier en matière de lutte contre Daech et le terrorisme. Il y a une coopération forte avec la plupart des pays occidentaux, avec des relations militaires qui sont claires, revendiquées, et totalement transparentes", a-t-il averti.

"Contrairement à ce que j'ai pu lire, depuis que je suis président, ce n'est pas du tout l'un de nos principaux partenaires en matière d'échange d'armement, il y eu un pic de livraison en 2014-15 mais c'est beaucoup moins vrai aujourd'hui", a-t-il affirmé.

En outre "la France a demandé des gages et de la clarté sur le conflit au Yémen, où nous sommes très attachés aux règles humanitaires", a-t-il argué.

Enfin "l'Arabie saoudite est un pays stratégique dans la géopolitique mondiale, dans la fourniture de pétrole au reste de la planète. Beaucoup s'interrogent sur la montée du prix du pétrole. Qu'ils s'interrogent aussi sur les conséquences qu'il promeuvent compte tenu de la place de ce pays dans cette géopolitique. Nous n'en sommes pas dépendant mais nous avons des partenariats et des règles se sont mises en place", a-t-il souligné.

La France a livré pour 1,38 milliard d'euros d'armement à Ryad l'an dernier, sur un total de 6,7 milliards, faisant de l'Arabie saoudite le deuxième plus gros client de la France dans ce secteur l'an dernier après l'Egypte.

En 2017, les exportations commerciales (hors militaire) vers l'Arabie saoudite ont atteint 4,51 milliards d'euros, soit une hausse de 8,8% sur un an.

En 2016 (derniers chiffres disponibles), la France était le 8ème fournisseur de l'Arabie saoudite, derrière les Etats-Unis, la Chine ou l'Allemagne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Christophe Caudrelier, directeur financier et membre du Directoire du Groupe Beneteau, est nommé aux fonctions de président de Monte Carlo Yachts...

Publié le 21/11/2018

  Communiqué de Presse   Point d'activité novembre 2018   Redémarrage de la production Premiers dépôts de demande d'AMM[1] en 2020      Dijon, le 21 novembre…

Publié le 21/11/2018

  Paris, le 21 novembre 2018 N° 16-18   Assemblées Générales du mercredi 12 décembre 2018 : Mise à disposition des documents…

Publié le 21/11/2018

Ivry, 21 novembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 21/11/2018

Figeac Aéro a réalisé au deuxième trimestre 2018/2019 un chiffre d'affaires en hausse de 22,9% à 97 millions d'euros. En organique, la croissance est ressortie à 22,5%. Sur l'ensemble du premier…