En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 251.65 PTS
-0.35 %
5 244.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 156.71
-0.37 %
DAX PTS
11 329.23
-0.31 %
Dowjones PTS
25 422.78
-0.31 %
7 283.16
-0.59 %
1.132
+0.13 %

Un an avec sursis et 10 ans d'inéligibilité requis en appel contre la maire LR d'Aix-en-Provence

| AFP | 555 | 1 par 1 internautes
Maryse Joissains-Masini à son arrivée à la cour d'appel de Montpellier, le 13 mars 2019
Maryse Joissains-Masini à son arrivée à la cour d'appel de Montpellier, le 13 mars 2019 ( Pascal GUYOT / AFP )

Vantant sa gestion "louée par la France entière", la maire LR d'Aix-en-Provence Maryse Joissains-Masini, jugée en appel pour détournement et prise illégale d'intérêts, s'est défendue avec vigueur mercredi, sans convaincre l'avocat général qui a requis sa condamnation à un an de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité.

"Cette affaire est une illustration du comportement de nombreux élus qui sont de plus en plus dénoncés, à l'image de MM. Fillon ou Cahuzac", a lancé dans son réquisitoire Georges Gutierrez, réclamant la confirmation de la peine prononcée en première instance à l'encontre de Mme Joissains-Masini, 76 ans.

Outrée, l'élue, maire d'Aix et présidente de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix (CPA) depuis 2001, l'a immédiatement interrompu: "Je ne peux pas laisser associer mon nom à ceux de voyous de la République. (...) Me comparer à Cahuzac, mais enfin vous avez perdu la tête ?"

"Vous avez parlé de vertu, mais vous n'êtes pas vertueux", a-t-elle encore asséné, en direction de l'avocat général, après les plaidoiries de ses avocats: "Vous n'avez pas le droit de rire, de vous gondoler durant vos réquisitions !"

Au coeur du dossier, la promotion jugée indue de son chauffeur, Omar Achouri, et l'embauche à la CPA d'une collaboratrice, Sylvie Roche, en charge de la protection animale alors que ce domaine ne relevait pas des compétences de cette collectivité.

Pour l'avocat général, Omar Achouri est au cœur du "clientélisme, cette politique de petits services" de Mme Joissains-Masini. Sa promotion est "irrégulière", a-t-il asséné. La promotion du chauffeur, distingué par Mme Joissains-Masini alors qu'il figurait à la 43e place sur une liste dressée par l'ordre de mérite, avait été définitivement annulée par le Conseil d'Etat, qui a estimé que l'élue avait "commis une erreur manifeste d'appréciation de la valeur et de l'expérience professionnelle" de l'intéressé.

Quant à l'emploi de Mme Roche, il est "injustifié", a poursuivi l'avocat général: "Il fait double emploi avec les compétences municipales. Cet emploi est donc en partie fictif et n'a pas de consistance".

"Un dossier de rumeurs"

Tout au long de l'audience, Mme Joissains-Masini, au cours d'échanges parfois vifs avec le président de la cour, avait pourtant vanté sa gestion: "Je suis la vingtième ville de France, j'ai très très bien géré ma ville", a assuré celle qui a aussi été députée de 2002 à 2012. "Et je suis persuadée d'être dans le cadre de la loi pour les deux cas qui me sont reprochés."

Comme en première instance, Mme Joissains-Masini a défendu bec et ongles son "pouvoir souverain" de nommer des "collaborateurs de cabinet", l'avocat général y voyant lui une "conception autocratique" du pouvoir.

"On est dans un dossier de rumeurs, de règlement de comptes locaux. C'est un opposant politique qui est à l'origine du dossier, il faut le rappeler", a plaidé Mario Pierre Stasi, un des avocats de l'élue: "Je vous demande de regarder froidement ce dossier. Je vous demande de ne pas entendre les élucubrations de l'avocat général sur un clientélisme. Je vous demande de regarder chacun des deux délits, deux petits points, et non le tombereau de dénonciations anonymes".

Alerté en 2012 par une lettre anonyme, le parquet d'Aix-en-Provence avait ouvert une enquête et, "pour la bonne administration de la justice", le procès avait été dépaysé à Montpellier.

Mme Joissains-Masini a succédé à la mairie à celui qui était alors son mari, Alain Joissains, maire de la ville de 1978 à 1983 et condamné en 1986 en appel pour recel d'abus de biens sociaux. Leur fille Sophie Joissains, sénatrice UDI, présente au procès mercredi, pourrait "être sur la liste" pour les municipales en 2020, avait déclaré sa mère en 2018.

L'arrêt a été mis en délibéré au 28 mai.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 25/03/2019

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, le 21 janvier 2019 à Versailles ( Geoffroy VAN DER HASSELT / POOL/AFP/Archives )Le départ à la retraite à 65 ans "est…

Publié le 24/03/2019

Jimmy Carter (au centre), Anouar al-Sadate (G) et Menahem Begin (D) à Washington lors de la signature du traité de paix israélo-égyptien le 26 mars 1979 ( - / CONSOLIDATED NEWS PICTURES/AFP…

Publié le 23/03/2019

Photo du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame prise lors d'une minute de silence le 28 mars 2018 au ministère de l'Intérieur à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )Edouard Philippe a rendu…

Publié le 23/03/2019

Des véhicules blindés turcs sur une route dans la province d'Alep, le 15 mars 2019 en Syrie ( OMAR HAJ KADOUR / AFP )Rappel des étapes-clés de la guerre en Syrie qui a fait depuis mars 2011…

Publié le 22/03/2019

Marche contre l'antisémitisme, le 28 mars 2018, en hommage à la mémoire de Mireille Knoll, une veille dame juive de 85 ans tuée à son domicile quelques jours auparavant ( ALAIN JOCARD /…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Ladislas Paszkiewicz est nommé directeur de la communication financière du groupe Total à compter du 1er juillet 2019, annonce le géant pétrolier...

Publié le 25/03/2019

L'investisseur activiste CIAM, qui s’était plaint du refus manifesté par Scor à l’offre de rachat de l’assureur mutualiste Covéa, demande la dissociation des fonctions de Président et de…

Publié le 25/03/2019

Inmarsat flambe de 9,01% à 551,80 pence à la Bourse de Londres, l’opérateur de satellites étant racheté pour environ 3,4 milliards de dollars en numéraire par un consortium de fonds…

Publié le 25/03/2019

Jet Airways évite la faillite...

Publié le 25/03/2019

Des changements imprévisibles