5 241.66 PTS
+0.08 %
5 261.00
+0.58 %
SBF 120 PTS
4 192.26
+0.01 %
DAX PTS
12 569.17
+0.06 %
Dowjones PTS
22 412.59
+0.19 %
5 973.60
-0.29 %
Nikkei PTS
20 310.46
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Joesley Batista, le roi de la viande qui a piégé le président brésilien

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
Joesley Batista à Sao Paulo au Brésil, le 27 octobre 2015
Joesley Batista à Sao Paulo au Brésil, le 27 octobre 2015 ( Vanessa CARVALHO / BRAZIL PHOTO PRESS/AFP )

"Tout le monde va finir derrière les verrous", avertissait, il y a quelques semaines, Joesley Batista, magnat du secteur agro-alimentaire qui a piégé le président brésilien Michel Temer à l'aide d'un enregistrement compromettant.

Patron de JBS, plus grande entreprise de transformation de viande au monde, ce chef d'entreprise de 44 ans détient aussi au sein de son conglomérat J&F une banque et la marque Havaianas, les célèbres tongs vendues dans le monde entier.

Né à Formosa, dans l'État de Goias (centre), ce quadragénaire fringant aux cheveux châtains, marié à une présentatrice de télévision, apparaît au 66e rang du classement des hommes les plus riches du Brésil selon Forbes, avec une fortune estimée à près de 900 millions de dollars.

Visé par l'opération "Lavage express", enquête tentaculaire qui a révélé un vaste réseau de corruption lié notamment aux marchés publics du géant pétrolier d'État Petrobras, il a noué un accord avec la justice pour se transformer en "Gorge profonde" à la sauce brésilienne.

Comme l'informateur du scandale Watergate, qui a provoqué la démission du président américain Richard Nixon, ses révélations explosives ébranlent considérablement le président Temer.

- Lettre d'excuses -

En mars, M. Batista a enregistré le président à son insu. Pendant l'enregistrement de 40 minutes, M. Temer donne son assentiment lorsque l'homme d'affaires lui explique avoir versé de l'argent à Eduardo Cunha, ex-président de la chambre des députés, actuellement en prison, pour acheter son silence.

Une véritable bombe qui a explosé en avant-première mercredi soir sur le site du quotidien O Globo, avant d'être rendue publique jeudi par la Cour Suprême qui s'est empressée d'ouvrir une enquête. La présidence a nié que M. Temer ait acheté le silence de l'ex-député.

Ces confessions impliquent aussi d'autres hommes politiques influents, comme Aécio Neves, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle, lui aussi piégé par un enregistrement compromettant, ainsi que l'ancien président de gauche Luis Inacio Lula da Silva (2003-2010) et sa dauphine Dilma Rousseff (2010-2016).

L'onde de choc pourrait être au moins aussi dévastatrice que celle occasionnée par les confessions d'anciens cadres du géant du bâtiment Odebrecht, qui ont motivé des enquêtes contre de nombreux parlementaires et plusieurs ministres du gouvernement Temer.

"Nous sommes à la disposition de la justice pour révéler avec clarté la corruption des structures de l'État Brésilien", a affirmé Joesley Batista dans une lettre ouverte publiée jeudi soir.

Un texte qui commence par la phrase "nous avons commis des erreurs et nous présentons nos excuses".

L'accord avec la justice a été noué en avril, alors que l’étau de l'opération "Lavage express" se resserrait sur ses affaires.

Les procureurs le soupçonnent notamment d'obtenir des prêts frauduleux de la banque publique d'investissement (BNDES) pour faire fructifier les affaires de son entreprise familiale de façon exponentielle avec des acquisitions à l'étranger, au point de transformer JBS en leader mondial du secteur de la viande.

- Scandale de viande avariée -

En mars, son entreprise avait défrayé la chronique pour son implication dans un vaste scandale sanitaire.

Plusieurs transformateurs de viande ont été accusés de payer des dessous-de-table à des agents des services d'hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

Premier exportateur mondial de viande, le Brésil avait alors dû faire face à un embargo total ou partiel de la part d'une vingtaine de pays, avec de dures négociations à la clé pour obtenir la réouverture progressive des marchés.

Malgré les accusations en série et sa volonté affichée de collaborer avec la justice pour lutter contre la corruption, Joesley Batista reste un homme d'affaires dans l'âme.

Selon O Globo, il a poussé l'ironie jusqu'à spéculer sur la baisse du réal par rapport au dollar en achetant de grandes quantités de devise américaine mercredi, juste avant que le scandale ne soit rendu public.

Le lendemain, le réal perdait plus de 5% par rapport au dollar et la bourse brésilienne s'effondrait de près de 9%.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/05/2017

Tongues de la marque Havaianas en vente dans un magasin de Sao Paulo, au Brésil, le 29 octobre 2013 ( Miguel Schincariol / AFP/Archives )"Tout le monde va finir derrière les verrous",…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2017

Le résultat net semestriel d'Adomos s'établit à 1,71 million d'euros en progression de 112%.

Publié le 20/09/2017

"Nous sommes très satisfaits des avancées d'Abivax au cours de ce 1er semestre 2017"...

Publié le 20/09/2017

Rencontres sectorielles au menu...

Publié le 20/09/2017

Le résultat net ressort à 7,1 ME, soit 4,1% du chiffre d'affaires (12,9 ME en 2016)...

Publié le 20/09/2017

La première phase de déploiement aura lieu en Norvège au second semestre 2017, dans près de 110 magasins...

CONTENUS SPONSORISÉS