En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 045.99 PTS
-
6 025.50
-
SBF 120 PTS
4 761.21
-
DAX PTS
13 555.87
-
Dow Jones PTS
29 196.04
-0.52 %
9 166.63
-0.08 %
1.108
+0. %

Jerry Nadler, procureur en destitution et adversaire de Trump depuis 35 ans

| AFP | 209 | Aucun vote sur cette news
Le représentant démocrate new-yorkais Jerry Nadler, lors de sa nomination le 15 janvier à Washington comme l'un des procureurs du procès en destitution de Donald Trump
Le représentant démocrate new-yorkais Jerry Nadler, lors de sa nomination le 15 janvier à Washington comme l'un des procureurs du procès en destitution de Donald Trump ( OLIVIER DOULIERY / AFP )

Des sept procureurs désignés pour mener le procès en destitution contre Donald Trump, il est sans doute celui qui connaît le mieux le président américain: l'élu démocrate new-yorkais Jerry Nadler croise le fer avec l'ex-magnat de l'immobilier depuis 35 ans.

En tant que président de la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, l'élu de 72 ans connaît parfaitement l'affaire ukrainienne au coeur de ce procès: c'est lui qui a dirigé la rédaction des deux chefs d'accusation, pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès, retenus contre le président américain.

Spécialiste de droit constitutionnel, ce vétéran de la politique - son premier mandat remonte à 1976 - devrait étayer pour les sénateurs la base juridique du dossier constitué par les démocrates contre le président républicain, sous la houlette de son collègue Adam Schiff, nommé procureur en chef.

Ce procès est une consécration pour M. Nadler qui, en décembre 2017, briguait la présidence de la commission judiciaire en affirmant être "le plus fort" pour diriger une procédure de destitution.

M. Nadler, qui avait boudé la cérémonie d'investiture de Donald Trump en le jugeant "légalement élu, mais non légitime", a longtemps espéré que l'enquête russe menée par le procureur spécial Robert Mueller déboucherait sur une procédure en destitution.

M. Mueller n'a pas conclu à un comportement illégal de M. Trump mais ce n'était que partie remise: en septembre, les démocrates du Congrès ont ouvert une enquête en destitution suite aux informations sur un coup de téléphone suggérant que M. Trump avait fait pression sur le président ukrainien pour qu'il enquête sur son rival démocrate Joe Biden.

1985, première bataille

De tous les élus du Congrès, M. Nadler est l'un de ceux qui connaissent le mieux l'ex-magnat de l'immobilier et star de téléréalité.

La première bataille entre les deux New-Yorkais, nés à un an d'écart, remonte à 1985.

Donald Trump multipliait alors les projets immobiliers à Manhattan et Jerry Nadler représentait le quartier de l'Upper West Side, à l'ouest de l'île, au parlement de l'Etat de New York.

M. Nadler s'était alors opposé à un vaste projet incluant une tour de 150 étages, dénoncé par des riverains comme une hérésie pour ce quartier historique.

Donald Trump avait dû voir ses ambitions à la baisse. Mais une fois élu au Congrès en 1992, M. Nadler a fait supprimer des fonds fédéraux promis au promoteur immobilier pour ce projet.

Alors que M. Nadler lançait en avril dernier une enquête visant le président pour soupçons d'entrave à la justice et de corruption, M. Trump s'était remémoré publiquement cette première bataille, en assurant l'avoir gagnée.

"Jerry Nadler s'est battu contre moi pendant des années sur un grand ensemble immobilier que j'ai construit à l'ouest de Manhattan. Il voulait que soit construit un dépôt ferroviaire sous l'ensemble ou, mieux encore, tout bloquer. Mais il n'a obtenu aucun des deux, et le projet a été un grand succès", avait tweeté le président.

"Certaines choses ne s'arrêtent jamais mais on peut espérer que tout ira bien pour tout le monde. Seul l'avenir le dira", avait poursuivi M. Trump, en allusion à sa longue rivalité avec M. Nadler.

"Jerry le Gros"

Mais le président n'est pas toujours aussi magnanime envers ce vieil adversaire, très actif sur les droits humains ou la défense du droit à l'avortement.

Rarement en mal de surnoms désobligeants, Donald Trump continue à l'appeler en privé "Jerry le Gros", indiquait récemment le Washington Post.

Cela bien que l'élu démocrate, qui a souffert un temps d'obésité, ait perdu beaucoup de poids depuis qu'il a subi une opération de l'estomac au début des années 2000. Il a depuis changé radicalement d'alimentation et de mode de vie.

Leur rivalité notoire vaut à M. Nadler d'être souvent ciblé par les alliés du président.

Beaucoup de républicains ont volontiers rappelé récemment qu'il avait qualifié de "coup d'Etat partisan" et d'"infamie" la procédure en destitution intentée contre le démocrate Bill Clinton en 1998, qui s'était terminée par un acquittement.

Certains encouragent même le fils aîné du président, Donald Trump Junior, qui n'a pas exclu de briguer un mandat électif, à se présenter contre M. Nadler aux législatives de novembre prochain.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2020

La nouvelle station de placement de Versalis Offline a été dotée d'une puissance de calcul exceptionnelle, répondant à un besoin croissant des fabricants en la matière...

Publié le 21/01/2020

Amundi conclut un partenariat stratégique de 10 ans avec Banco Sabadell. En outre, Amundi acquiert l'intégralité du capital de Sabadell Asset Management pour 430 ME...

Publié le 21/01/2020

Le cours de l'action Boeing a été suspendu mardi soir à Wall Street alors que le titre plongeait de 5,5%.

Publié le 21/01/2020

La Banque Française Mutualiste annonce un accord en vue de la cession de sa filiale ITL au groupe Société Générale...

Publié le 21/01/2020

Engie salue "l'accent mis sur le développement d'une filière de production d'hydrogène vert dans le cadre du futur pacte productif", mais...