En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 576.06 PTS
-
5 523.00
-
SBF 120 PTS
4 416.72
-
DAX PTS
12 313.16
+0.63 %
Dowjones PTS
26 597.05
-0.22 %
7 784.41
-0.34 %
1.115
-0.03 %

Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au Parlement européen et à la vie politique

| AFP | 397 | Aucun vote sur cette news
Jean-Marie Le Pen photographié dans sa maison à Saint-Cloud le 9 janvier 2019
Jean-Marie Le Pen photographié dans sa maison à Saint-Cloud le 9 janvier 2019 ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Jean-Marie Le Pen fait mardi ses adieux au Parlement européen en même temps qu'à la vie politique, même si, toujours bravache, le nonagénaire aurait rêvé se faire réélire, "comme Molière qui souhaitait mourir sur les planches".

Le cofondateur du Front national, qu'il a présidé près de 40 ans avant de le léguer à sa fille Marine en 2011, a été élu sept fois d'affilée à l'assemblée de Strasbourg dont il est l'un des doyens, alors qu'il n'a été député en France sur la même période que deux ans, de 1986 à 1988.

C'est un scrutin européen, celui du 18 juin 1984, qui permet au FN, partisan à l'époque d'une sortie de la France de l'Europe, de percer en franchissant pour la première fois la barre des 10% au plan national et d'envoyer dix députés à Strasbourg, dont Jean-Marie Le Pen.

L'eurodéputé confie à l'AFP que "c'était la première victoire après une longue traversée du désert" et son premier souvenir marquant.

Chambre d'écho inespérée pour le FN (devenu Rassemblement national), le Parlement européen fut aussi l'un des pires ennemis de ce parti. Le RN est aujourd'hui accusé par la justice d'y avoir mis en place un "système de détournement", à son profit, des rémunérations de ses assistants parlementaires.

Un ancien eurodéputé, brouillé avec le parti, avait expliqué aux policiers qu'un tel "système" était déjà enraciné du temps où le FN était dirigé par sa figure historique.

- "Figure de proue" -

Jean-Marie Le Pen au parlement européen en 2015
Jean-Marie Le Pen au parlement européen en 2015 ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

Au Parlement, Jean-Marie Le Pen fut "la figure de proue de l'extrême droite européenne et son principal orateur", siégeant dans le même groupe que le parti néofasciste italien MSI qui lui s'est "très peu intéressé à Strasbourg", rappelle le politologue Jean-Yves Camus.

L'hémicycle lui a aussi "permis de nouer des contacts au niveau international. En montrant qu'au fond, si le parti était isolé à l'intérieur - en France - il avait quand même des amis à l'extérieur", ajoute-t-il.

Mais, exclu du FN en 2015 après ses propos polémiques sur les chambres à gaz, il ne peut plus se représenter, même s'il aurait bien voulu "assumer le rôle de doyen" dans l'enceinte européenne, "un peu comme Molière qui souhaitait mourir sur les planches".

A 90 ans, il "s'apprête à se faire à l'idée" de n'avoir plus de mandat électoral mais réfute quitter la vie politique, en annonçant son rassemblement du 1er-mai à Paris.

Son exclusion du FN lui a valu de siéger parmi les non-inscrits puis de rejoindre en 2018 le parti européen néofasciste Alliance pour la paix et la liberté, distinct du mouvement Europe des nations et des libertés auquel est rattaché le RN.

Il a soufflé sur "la flamme"

Pourtant, Jean-Marie Le Pen soutiendra la liste du RN aux élections européennes malgré les "désaccords" avec sa fille, notamment sur l'euro, et quelques critiques, quand il compare le transfuge de LR Thierry Mariani sur la liste RN à un "fantôme politique".

Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine lors du congrège du FN à Fréjus en 2014
Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine lors du congrège du FN à Fréjus en 2014 ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

Sa fille le complimente quand même dans Le Parisien: "Je ne peux que lui tirer mon chapeau pour l'ensemble de sa carrière. (...) Il a soufflé sur la petite flamme de la nation qui reprend aujourd’hui toute sa place".

Jean-Marie Le Pen dénonce la "volonté fédéraliste des majorités" au Parlement mais a surtout la dent dure contre "la dictature de la technocratie" européenne. Visé par des procédures de recouvrement pour les emplois présumés fictifs, il doit rembourser au Parlement 320.000 euros.

Ses adversaires ne sont pas davantage cléments: l'eurodéputée socialiste Pervenche Bérès, élue depuis 1994, se souvient qu'il prenait "de la place avec son service de sécurité, mais qu'il n'a rien fait" sur le plan politique.

Neuf fois, ses collègues du Parlement européen ont réclamé la levée de son immunité, que ce soit pour des propos controversés hors de l'hémicycle ou pour les emplois fictifs. Trois demandes lui ont été favorables et six défavorables, détaille-t-il pour mieux dénoncer le "zèle exceptionnel" de la justice à son égard.

Le 12 mars, lorsque le Parlement a levé une dernière fois son immunité, il s'est voulu fataliste: "Je n'aurai pas beaucoup de mains à serrer en partant".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2019

es deux microcathéters ont rejoint le portefeuille de Guerbet à l'issue de l'acquisition d'Accurate...

Publié le 24/04/2019

Worldline annonce son chiffre d'affaires pour le premier trimestre de 2019...

Publié le 24/04/2019

L'annonce était plus ou moins attendue...

Publié le 24/04/2019

Guidance réitérée sur le chiffre d'affaires et l'Ebitda

Publié le 24/04/2019

Mersen a affiché un chiffre d’affaires consolidé pour le premier trimestre 2019 de 240 millions d’euros, en croissance de 8,4 % à périmètre et change constants. En tenant compte d’un effet…