En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 832.80 PTS
+1.91 %
4 824.0
+1.89 %
SBF 120 PTS
3 838.96
+1.84 %
DAX PTS
10 816.58
+1.83 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.26 %

Jean-Louis Debré : "La Constitution a permis à des présidents différents de gouverner"

| AFP | 385 | 5 par 1 internautes
Jean-Louis Debré à Paris, le 17 mai 2018
Jean-Louis Debré à Paris, le 17 mai 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Jean-Louis Debré a été ministre, il a présidé l'Assemblée nationale puis le Conseil constitutionnel de 2002 à 2016. Il est aussi le fils de l'un des principaux rédacteurs de la Constitution, qui aura 60 ans le 4 octobre. Un point de vue unique sur les institutions de la Ve République.

Q. Comment parvient-on à rédiger la Constitution de 1958 en seulement quelques mois ?

R. Mon père (Michel Debré, futur Premier ministre de 1959 à 1962, ndlr) et le général de Gaulle partageaient la conviction qu'une Assemblée constituante comme celle de la IVe République est incapable de faire un projet de constitution cohérent, et que le texte de compromis aboutira à la paralysie du gouvernement. C'est exactement ce qui s'est passé sous la IVe.

Donc, il faut aller vite et qu'il y ait une cohérence dans le texte constitutionnel. Cela ne veut pas dire qu'on n'associe pas de parlementaires (au processus) car certains siègent au comité consultatif constitutionnel, mais le Parlement en tant que tel n'intervient pas pour élaborer la Constitution.

Q. Pourquoi attendre 1962 pour y inscrire le suffrage universel ?

Les présidents de la Ve république
Les présidents de la Ve république ( Simon MALFATTO, Paz PIZARRO / AFP )

R. En 1958, (Michel Debré et de Gaulle) vont écarter le suffrage universel pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'ils considèrent que de Gaulle, qui a une légitimité très forte, n'en a pas besoin. Ensuite, à l'époque la citoyenneté française va bien au-delà de la métropole et il est difficile, politiquement, de faire que toute l'Afrique francophone participe à l'élection du président de la République. Enfin, en 1958, l'opposition est très vive et ils n'ont pas envie de laisser un argument que les opposants ne manqueraient pas d'utiliser : le précédent de 1848, quand Louis-Napoléon Bonaparte a été élu au suffrage universel avant de faire un coup d'État en 1851.

Q. 24 réformes de la Constitution en 60 ans n'ont-elles pas dénaturé le projet de départ ?

R. En France, les politiques me font penser à des joueurs de football. Au football, quand vous ne mettez pas le ballon dans le but, il y a deux façons d'y arriver, soit agrandir les buts, soit il faut travailler, travailler, pour y arriver. Mais en France, on préfère agrandir les buts. Changer les règles, donc faire des réformes.

Les 25 présidents de la République française
Les 25 présidents de la République française ( Laurence SAUBADU / AFP )

Pourquoi veut-on modifier la Constitution ? On explique qu'on voit se développer l'abstentionnisme en France. Mais les Français sanctionnent les comportements politiques, pas les institutions. De tout temps, la réforme constitutionnelle a été un alibi pour les politiques, pour faire croire qu'ils réformaient et éviter qu'on remette en cause leur comportement.

R. Quelles ont été les modifications majeures ?

Q. La première qui va vraiment changer les choses, c'est l'élection du président au suffrage universel. Une deuxième réforme importante, c'est la transformation des deux sessions parlementaires - le Parlement se réunissait en deux sessions, une jusqu'à fin décembre, la deuxième du 2 avril jusqu'à fin juillet - en une session unique. C'est-à-dire que les parlementaires siègent tout le temps, ce qui va aboutir à la multiplication des lois. Enfin, le passage, que tout le monde a voulu, du septennat au quinquennat. Ajoutez à cela le fait que les élections législatives ont lieu dans la foulée de la présidentielle, ça va complètement transformer l'équilibre des institutions.

Q. Comment expliquer la longévité de cette Ve République ?

R. Notre constitution a permis de gouverner à des présidents complètement différents, de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron ! Elle a traversé des alternances, des crises politiques et elle est toujours là. Elle est adaptée aux circonstances.

Le meilleur hommage, c'est François Mitterrand qui l'a rendu. Procureur des institutions, qui fait une violente campagne contre la Constitution en 1958 et contre le référendum en 1962. Et qui va être élu, réélu, au suffrage universel, et ne va surtout pas toucher aux institutions.

Q. Quel regard portez-vous sur la réforme qui se prépare ?

R. Je dis attention! Regardez où le système italien nous a menés. La proportionnelle va progressivement, par sa répétition, aboutir au développement des formations politiques à l'Assemblée. C'est-à-dire à la difficulté de constituer un gouvernement homogène.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/12/2018

Suez cède 2,3% à 12,05 euros, pénalisé par le statu quo d'Engie. Son principal actionnaire (32% du capital) a finalement décidé de conserver cette participation, révèle les Echos. Ce choix…

Publié le 11/12/2018

Jacques Feytis, directeur des Ressources Humaines du groupe Covéa, a signé le 10 décembre 2018 une convention de soutien à la politique de la Réserve militaire avec le ministère des Armées,…

Publié le 11/12/2018

11 Décembre : Le match des traders avec Giovanni Filippo, membre de la cellule Infos d'Experts chez Bourse Direct.La phrase du jour : "Le CAC40 à deux doigts d'un état d'urgence…

Publié le 11/12/2018

À fin septembre 2018, le nombre de défaillances cumulées d'entreprises sur 12 mois a reculé de 2,7% à 53 496, a annoncé la Banque de France. Les secteurs de l'agriculture (-7,7%), de l'industrie…

Publié le 11/12/2018

A la suite de la déclaration du Président de la République, Arthur Sadoun, président du directoire de Publicis a décidé l'attribution d'une prime de 1 000 euros à tous les collaborateurs du…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Il sagit dune correction du communiqué 17:33 10.12.2018 CET. Explication de la modification: mise à jour de la pièce jointe COMMUNIQUE FINANCIER Lesquin, le 10 Décembre…

Publié le 11/12/2018

IDIA Capital Investissement accompagne les dirigeants-actionnaires de la société Whiskies du Monde, spécialisée dans la distribution de spiritueux premium en France et en Europe, dans une…

Publié le 11/12/2018

DECLARATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE AU 30 NOVEMBRE 2018   Article L. 233-8-II du Code de…

Publié le 11/12/2018

Société Européenne au capital de EUR 361 015 032 - 582 110 987 R.C.S Paris 30 avenue Montaigne - 75008 Paris         INFORMATION MENSUELLE RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE…

Publié le 11/12/2018

Les CDS à 5 ans du distributeur sont au plus haut...