En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-
4 765.0
-
SBF 120 PTS
3 776.40
-
DAX PTS
10 740.89
-
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.138
+0.15 %

Irak: la crise depuis le référendum kurde

| AFP | 484 | Aucun vote sur cette news
Le président irakien Fouad Massoum (g) et le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani, le 15 octobre 2017 à Dokan
Le président irakien Fouad Massoum (g) et le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani, le 15 octobre 2017 à Dokan ( SHWAN MOHAMMED / AFP )

Les autorités irakiennes, dont les forces ont pris lundi le contrôle du siège du gouvernorat de la province de Kirkouk, et la région autonome du Kurdistan sont en crise ouverte depuis le référendum du 25 septembre sur l'indépendance kurde.

La province pétrolière de Kirkouk (nord), que se disputent Bagdad et Erbil, a participé au référendum organisé à l'initiative du président du Kurdistan autonome Massoud Barzani, contre l'avis de Bagdad.

- Vote historique -

- 25 sept: Le "oui" l'emporte sans surprise avec près de 93% des voix au référendum d'indépendance.

Le scrutin s'est tenu non seulement au Kurdistan (nord), qui comprend les provinces d'Erbil, Souleimaniyeh et Dohouk, mais aussi dans des zones disputées avec le gouvernement central irakien.

- Ultimatum de Bagdad -

- 26 sept: Le Premier ministre Haider al-Abadi annonce que "le gouvernement a décidé d'interdire les vols internationaux depuis et vers le Kurdistan dans trois jours si les aéroports ne sont pas remis au gouvernement central".

Massoud Barzani appelle Bagdad "à ne pas fermer la porte du dialogue", assurant la communauté internationale que le référendum ne vise pas à "délimiter la frontière (entre le Kurdistan et l'Irak) ni à l'imposer de facto".

- 27 sept: Haider al-Abadi affirme que ce référendum doit "être annulé" et un dialogue ouvert.

Les députés votent en faveur de la fermeture des postes-frontières se trouvant hors de l'autorité de l'Etat. Ils demandent au Premier ministre de "prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir l'unité de l'Irak" et réitèrent leur exigence d'un envoi des forces de sécurité dans les zones disputées.

Le lendemain, le gouvernement du Kurdistan autonome dénonce une "punition collective".

- Liaisons coupées -

- 29 sept: Les liaisons aériennes entre le Kurdistan irakien et l'étranger sont coupées sur ordre de Bagdad. Cette interdiction ne concerne pas les vols humanitaires, militaires et diplomatiques. M. Abadi indique qu'il ne s'agit "pas d'une punition mais d'une mesure légale".

Les Etats-Unis affirment qu'ils "ne reconnaissent pas" le référendum et appellent toutes les parties au dialogue et à la retenue.

- 30 sept: L'Iran gèle les échanges de produits pétroliers.

- 'Direction politique' -

- 1er oct: Le Kurdistan décide de remplacer son Haut conseil du référendum par un organe baptisé "Direction politique du Kurdistan". Présidé comme le précédent par Massoud Barzani, il va être chargé, selon un de ses membres, de "gérer les conséquences du scrutin, notamment les relations avec Bagdad et les pays voisins".

- 5 oct: Haider al-Abadi affirme qu'il ne veut pas de "confrontation armée" et appelle les peshmergas (combattants kurdes) à continuer à combattre au côté des forces irakiennes.

- Opération militaire -

- 10 oct: Les autorités irakiennes décident de réhabiliter un oléoduc sous leur contrôle reliant la province de Kirkouk au port turc de Ceyhan.

- 11 oct: Un tribunal de Bagdad demande l'arrestation des organisateurs du référendum, à la demande du gouvernement irakien.

- 13 oct: Les forces gouvernementales lancent des opérations militaires dans la province de Kirkouk. Elles progressent dans le sud de cette province, reprenant des positions occupées depuis trois ans par les combattants kurdes.

- 15 oct: Les principaux dirigeants kurdes ignorent les exigences de Bagdad sur le retrait des peshmergas de Kirkouk et l'annulation du référendum d'indépendance.

Après l'expiration de l'ultimatum fixé par Bagdad, l'armée irakienne fait mouvement dans la nuit, progressant en direction des champs pétroliers de la province et reprenant aux peshmergas des routes et des infrastructures.

- 16 oct: Les forces irakiennes prennent le contrôle du siège du gouvernorat de la province de Kirkouk, ainsi qu'un champ pétrolier. Elles investissent une base et un aéroport militaires.

Des familles entières fuient les quartiers kurdes vers le Kurdistan irakien.

Selon un haut responsable du ministère du Pétrole, le pompage dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk a cessé, les "techniciens kurdes ayant quitté les puits avant l'arrivée des forces irakiennes".

Un couvre-feu nocturne est décrété dans la ville de Kirkouk.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...