En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 385.46 PTS
+0.50 %
5 335.0
+0.70 %
SBF 120 PTS
4 252.24
+0.53 %
DAX PTS
12 143.47
+0.85 %
Dowjones PTS
25 863.41
+0.71 %
7 456.73
+1.08 %
1.116
-0.08 %

"Intrusion" ou "attaque" à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris? Ce que l'on sait

| AFP | 318 | Aucun vote sur cette news
L'entrée de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, le 15 avril 2019 à Paris
L'entrée de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, le 15 avril 2019 à Paris ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives )

Que s'est-il passé mercredi à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, en marge du défilé parisien du 1er mai? Une trentaine de personnes ont été placées en garde à vue à la suite d'une intrusion dans l'enceinte de l'établissement, qualifiée d'"attaque" contre un service de réanimation par le ministre de l'Intérieur.

- "Intrusion violente" selon la direction

Peu après 16H00, alors que les tensions redoublent entre "radicaux" et forces de l'ordre et que le cortège est séparé entre la place d'Italie et le boulevard de l'Hôpital, plongés sous les gaz lacrymogènes, la directrice de La Pitié-Salpêtrière est informée d'une tentative d'intrusion dans l'établissement.

"Je me suis immédiatement rendue sur place, et lorsque je suis arrivée, la grille était forcée, la chaîne avait cédé, et des dizaines de personnes étaient en train d'entrer dans l'enceinte de l'hôpital", a témoigné Marie-Anne Ruder auprès de France Inter mercredi soir.

Parmi les "intrus", des "gilets jaunes" et des personnes au visage dissimulé, a assuré la directrice de l'établissement, qui a appelé les services de police en raison notamment de "gestes violents et menaçants".

Puis des dizaines de personnes "se sont précipitées en montant un escalier, en passant une passerelle vers le service de réanimation chirurgicale", qui accueille des "patients particulièrement vulnérables", a déclaré le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, sur BFMTV mercredi soir.

Heurts entre manifestants et forces de l'ordre pendant les défilés du 1er mai 21019 à Paris
Heurts entre manifestants et forces de l'ordre pendant les défilés du 1er mai 21019 à Paris ( Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP )

Sur la foi d'images de vidéosurveillance "absolument édifiantes" et qui seront transmises aux enquêteurs, il a décrit la tentative d'intrusion "alors que s'interposaient des infirmières, un interne (...) qui tenaient la porte avec toute la force qu'ils pouvaient avoir en criant +attention, ici il y a des patients+".

Mme Ruder a précisé jeudi sur RTL: "située au niveau du portail de l'établissement, j'avais une vision sur l'une des entrées du service de réanimation, j'ai pu constater que plusieurs dizaines de personnes ont tenté de forcer la porte du service".

Les forces de l'ordre sont arrivées après "une dizaine de minutes" et ont délogé les intrus, selon Mme Ruder.

"Plus de 30 individus ont été placés en garde à vue à la suite de l'intrusion à la Pitié-Salpêtrière", a indiqué le parquet de Paris à l'AFP.

"Exaction à l'hôpital"

En déplacement dans cet hôpital où un CRS a été admis pour une blessure à la tête, le ministre de l'Intérieur a évoqué mercredi soir une "attaque" par des dizaines de militants anticapitalistes d'ultragauche "black blocs".

"Des infirmières ont dû préserver le service de réanimation. Nos forces de l'ordre sont immédiatement intervenues pour sauver le service de réanimation", a affirmé Christophe Castaner devant la presse.

"Je ne connais pas les motivations de cette intrusion inexplicable", a indiqué Martin Hirsch, qui a annoncé avoir porté plainte. "Je ne les ai pas vus crier à la recherche d'un blessé particulier. Je ne sais pas si c'est une invasion d'hôpital, s'ils fuyaient quelque chose", a-t-il ajouté.

Selon M. Hirsch, "il n'y a pas eu de dégradations, grâce au sang-froid de l'équipe qui a tenu la porte, et grâce à la police qui est intervenue rapidement".

"Intolérable", "inexcusable": les réactions indignées se sont succédé sur Twitter.

"C'est la première fois qu'il y a une exaction dans un hôpital (...). Je pense que tous les Français, comme moi, sont extrêmement choqués, c'est inqualifiable en fait", a dit Mme Buzyn jeudi sur Europe 1.

Pour se protéger des gaz lacrymogènes ?

Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des manifestants -- femmes, hommes, avec ou sans gilets jaunes -- ne montrant pas de signes visibles d'agressivité, stationner dans l'enceinte de la Pitié-Salpêtrière et tout près de l'entrée d'un bâtiment, du côté de l'entrée au numéro 97 du Boulevard de l'hôpital.

On y voit également des policiers arriver par cette même entrée 97 et faire ressortir les manifestants vers le boulevard.

Une journaliste de l'AFP a également vu à cet endroit des manifestants se réfugier dans l'enceinte de l'hôpital - qui fait plusieurs hectares - pour échapper aux gaz lacrymogènes sur le boulevard de l'Hôpital, avant d'être pourchassés par les forces de l'ordre, et certains interpellés.

A ce stade, rien ne permet toutefois de dire si ces personnes visibles sur les vidéos ou celles vues par la journaliste de l'AFP sont les mêmes dont ont parlé MM. Castaner et Hirsch et Mme Ruder.

Scène "non violente" selon des soignants

"Vous arrivez par un portail, vous ne savez pas à quel service vous avez affaire. Comment savoir que c'était une réanimation derrière les portes vitrées ?", a témoigné jeudi une aide-soignante du service de réanimation Gwenaëlle Bellocq sur BFMTV.

"On ne va pas confondre les choses qui se passaient dans la rue et ce qui se passait devant notre réanimation, c'est pas la même chose", a-t-elle dit.

L'un de ses collègues infirmier, Mickaël, également présent mercredi sur les lieux, a expliqué que la porte "vitrée" par laquelle les manifestants ont tenté de passer est "une issue de secours, qui est à l'arrière (de la réanimation, NDLR) avec un code de l'autre côté".

"Est-ce qu'ils voulaient nous agresser ? Est-ce qu'ils voulaient juste échapper à quelque chose ? On ne savait pas", a-t-il poursuivi, racontant que les personnes criaient "ouvrez la porte" et qu'"aucune" d'entre elles n'avait "le visage masqué, ni cagoulé".

"On comprenait leur détresse mais on ne savait pas leur intention", a-t-il ajouté, décrivant une scène "très courte" et "non-violente".

burs-asl-mig/blb/cb

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/05/2019

La guerre commerciale avec les Etats-Unis pourrait pousser la Chine à dévaluer sa devise afin de contrer les effets de l'envolée des taxes d'importation... Une stratégie dangereuse pour les…

Publié le 21/05/2019

La Première ministre britannique Theresa May s'exprime devant la presse à Londres, le 21 mai 2019 ( Kirsty Wigglesworth / POOL/AFP )La Première ministre britannique a annoncé mardi une série…

Publié le 21/05/2019

Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump, le 25 mars 2019 à Rome ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )Epouvantail utile pour la majorité, conseiller parfois embarrassant du Rassemblement…

Publié le 21/05/2019

Le réalisateur québécois Jean Beaudin (G), l'actrice Monique Mercure et l'acteur Marcel Sabourin au festival de Cannes le 15 mai 1977 ( RALPH GATTI / AFP )Le réalisateur québécois Jean…

Publié le 21/05/2019

Le président du Parlement européen Antonio Tajani, le président du Conseil europeén Donald Tusk, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le président de la BCE Mario Draghi…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/05/2019

Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de commerce et l'article 223-16 du Règlement…

Publié le 21/05/2019

Une émission dont le taux d'intérêt effectif est négatif...

Publié le 21/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 21/05/2019

ChapsVision acquiert un bloc de 17,98% du capital...

Publié le 21/05/2019

Les actionnaires de Frey ont approuvé les résolutions soumises à l'Assemblée...