5 176.61 PTS
+0.71 %
5 159.50
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 136.55
+0.73 %
DAX PTS
12 263.86
+0.71 %
Dowjones PTS
22 024.87
+0.12 %
5 917.42
+0.16 %
Nikkei PTS
19 729.28
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Inquiets, les Vénézuéliens passent en masse en Colombie

| AFP | 107 | Aucun vote sur cette news
Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira
Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira ( Luis Acosta / AFP )

Tels des fourmis chargées de pesantes valises, des milliers de Vénézuéliens, cherchant à émigrer ou à se réapprovisionner, traversent chaque jour la frontière avec la Colombie, inquiets que la crise dans leur pays empire avec l'élection de l'Assemblée constituante dimanche.

A l'ombre d'un arbre, Maria de los Angeles Pichardo fait une pause après avoir passé le poste-frontière de Villa del Rosario avec son mari et leur petit garçon âgé de quatre ans, dans l'étouffante chaleur de cette zone du département colombien Norte de Santander.

"Nous avons dû avancer (le voyage) parce que les élections ont lieu dimanche et que nous ne savons pas ce qui va se passer (...) Nous allons au Pérou", a précisé à l'AFP cette jeune femme de 29 ans, pendant que son fils joue avec un autre "petit migrant" vénézuélien.

La convocation pour élire une Assemblée constituante au Venezuela a amplifié la mobilisation des manifestants qui, depuis quatre mois, réclament la démission du président Nicolas Maduro, et qui se solde par plus d'une centaine de morts.

Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira
Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira ( Luis Acosta / AFP )

Le directeur du service colombien des migrations, Christian Krüger, a déclaré à l'AFP que les autorités ont préparé un "plan de contingence" prévoyant plusieurs scénarios, y compris un exode massif depuis le pays voisin.

- 350.000 Vénézuéliens -

Bien qu'elle ait dû laisser ses deux filles à Barquisimeto, à environ dix heures d'autocar de Villa del Rosario, Mme Pichardo estime qu'il n'y a pas d'autre solution que de partir. "On ne trouve plus de nourriture. On ne peut plus aller travailler faute de sécurité à cause des manifestations", dit-elle, sans aucun espoir de regagner son pays.

Des Vénézuéliens font une pause à Cucuta, en Colombie, après avoir franchi le poste-frontière à San Antonio del Tachira, le 25 juillet 2017
Des Vénézuéliens font une pause à Cucuta, en Colombie, après avoir franchi le poste-frontière à San Antonio del Tachira, le 25 juillet 2017 ( Luis Acosta / AFP )

L'afflux de Vénézuéliens en Colombie est si important qu'à Cucuta, chef-lieu du département, il y a chaque jour plus de travailleurs clandestins en quête de travail sur les places et de modestes restaurant proposant des plats typiques du pays voisins.

Nombre d'entre eux ne sont que de passage en Colombie, en route vers d'autres pays ou venant simplement se réapprovisionner. Mais il y a déjà "entre 300.000 et 350.000 Vénézuéliens vivant dans le pays", dont près de la moitié illégalement, a précisé M. Krüger.

Après avoir vécu 23 ans au Venezuela, William Galvis a décidé de revenir dans sa Colombie natale, avec son épouse et leur fille de huit ans, toutes deux de nationalité vénézuélienne.

"Etant donné que le gouvernement (de Maduro) ne veut pas céder, il ne nous reste malheureusement qu'à revenir (...) La majorité des Vénézuéliens qui ont voyagé avec nous allaient en Equateur, au Pérou, au Chili et en Colombie parce qu'ils n'en peuvent plus", a expliqué ce commerçant de 45 ans.

Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira
Des Vénézuéliens traversent le poste-frontière avec la Colombie pour se rendre à Cucuta, le 25 juillet 2017 à San Antonio del Tachira ( Luis Acosta / AFP )

L'impossibilité de trouver un médicament pour sa femme au Venezuela a été le détonateur. La famille a alors rempli quatre valises de vêtements et compte attendre à Cucuta de voir ce qui se passe avec la Constituante, avant d'aller chercher le reste de ses affaires.

- En quête de nourriture -

Environ 25.000 Vénézuéliens entrent chaque jour en Colombie et un nombre équivalent en sort après être venues acheter des produits tels que du riz, du sucre, des pâtes, des produits d'hygiène ou pour gagner un peu d'argent en travaillant au noir.

Ainsi Hengember Castillo vend des tickets de bus à Villa del Rosario, afin de subsister et envoyer des fonds à ses proches restés de l'autre côté de la frontière.

"La vie au Venezuela est critique. Ce n'est pas facile de nourrir une famille. Les gens cherchent à sortir et à venir acheter de quoi manger ici pour la rapporter ensuite chez eux", a déclaré cet homme de 40 ans, qui aimerait trouver un emploi fixe en Colombie, un des pays dont le taux de chômage est le plus élevé de la région.

Son objectif est de s'installer avec sa femme et sa fille à Bogota, où vivent déjà sa mère et sa soeur.

Les autorités colombiennes estiment que la crise migratoire provoquée par la situation au Venezuela est un problème pour l'Amérique latine et ont organisé des réunions à ce sujet avec d'autres pays tels que le Pérou, le Brésil, le Mexique et le Panama.

"Au niveau régional, nous avons fait une série de réunions de contingence (...) Il s'agit clairement d'une situation qui ne concerne pas que la Colombie, mais la région", a souligné M. Krüger.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2017

Global EcoPower, constructeur de centrales de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, confirme la distribution d’actions gratuites à tous les actionnaires, à raison de…

Publié le 16/08/2017

A 11h00 en zone euroInflation définitive de juillet.Balance commerciale de juin.13h30 en zone euroCompte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCEA 14h30 aux Etats-UnisIndice…

Publié le 16/08/2017

L'attribution gratuite concernera toutes les actions détenues à la clôture de la séance du 23 août

Publié le 16/08/2017

L'accord, conclu avec un acteur chinois majeur des Telecom & Media, s'accompagne d'une prise de participation minoritaire au capital de myDevices pour un montant de 3,5 millions de dollars

Publié le 16/08/2017

Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social     16 août 2017     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ; Mnémo :…

CONTENUS SPONSORISÉS