En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Ingérences russes aux Etats-Unis: les réseaux sociaux se réforment

| AFP | 352 | Aucun vote sur cette news
Plusieurs commissions parlementaires américaines doivent auditionner des représentants de Facebook, Twitter et Google
Plusieurs commissions parlementaires américaines doivent auditionner des représentants de Facebook, Twitter et Google ( LEON NEAL, LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Facebook, Twitter et Google se sont engagés mardi devant le Congrès américain à tirer les leçons de la campagne présidentielle de 2016 et à empêcher des acteurs étrangers, comme la Russie, de s'immiscer à nouveau dans la vie politique du pays.

Les trois géants de l'internet ont détaillé les résultats de leurs enquêtes internes sur les comptes russes, énuméré les mesures prises depuis l'élection, ainsi que le nombre d'embauches de salariés dédiés à la lutte contre les spams et les faux comptes automatisés ou aux intentions néfastes.

"L'ingérence étrangère que nous avons vue est répréhensible et scandaleuse, et ouvre un nouveau front pour notre entreprise, notre secteur et notre société", a déclaré le directeur juridique de Facebook, Colin Stretch.

Il a confirmé que des acteurs russes avaient publié des contenus, payants ou gratuits, avant l'élection pour "semer la discorde" dans la société américaine, en faisant semblant de promouvoir des causes telles que la lutte contre le racisme, mais dans l'intention de jeter de l'huile sur le feu, par exemple sur l'islam ou l'immigration. Côté contenus payants, 90% des publicités financées par des entités russes évoquaient des sujets de société, et non des candidats particuliers, a dit M. Stretch.

De faux événements ont également été créés par les Russes, a montré le sénateur démocrate Chris Coons, comme ce faux événement "patriotique" de "mineurs pro-Trump" en Pennsylvanie.

Après l'élection de Donald Trump, les activités ont continué, notamment pour contester la validité de sa victoire.

Facebook a compté les contenus produits par l'Internet Research Agency, la société basée à Saint-Pétersbourg accusée d'avoir employé des "trolls professionnels" pour inonder les réseaux sociaux américains, pour le compte du renseignement russe: 80.000 posts sur deux ans, vus par 29 millions de personnes. Avec les commentaires et les partages, 126 millions d'utilisateurs au total ont été en contact avec ces contenus.

Le chiffre paraît important mais, selon Facebook, il équivaut à 0,004% des contenus vus par les utilisateurs sur deux ans.

Mais "n'importe quel volume est trop de volume", a dit M. Stretch, désireux de démontrer la fermeté de son entreprise.

- Réaction tardive -

Twitter a également fait les comptes: 36.746 comptes liés à la Russie et ayant produit des contenus automatiques, relatifs aux élections, soit 0,012% du nombre total de comptes existant à l'époque, ayant produit 0,33% des "impressions" totales de tweets liés à l'élection à l'époque. Les impressions prennent en compte le nombre d'utilisateurs ayant vu un tweet donné.

Sur ses 3.800 employés, plus de la moitié s'occupent de sécurité au sens large, a déclaré Sean Edgett, directeur juridique de Twitter. Chez Facebook, plus de 10.000 personnes sont dédiées à la sécurité en général, un chiffre qui doublera d'ici fin 2018.

"Vous auriez pu en faire plus, plus tôt", les a tancés le sénateur démocrate Patrick Leahy.

"Pourquoi Facebook a-t-il mis 11 mois à s'expliquer et à nous aider à comprendre l'étendue du problème?" a demandé le démocrate Chris Coons. Le responsable du site a répondu que Facebook avait publié un premier document en avril.

Pour les élus du Congrès, il y a urgence. Ils veulent de nouveaux garde-fous avant les législatives de novembre 2018, et la présidentielle de 2020.

"La manipulation des réseaux sociaux par des organisations terroristes et des Etats étrangers est l'un des plus grands défis pour la démocratie américaine, et représente une menace majeure pour notre sécurité nationale au 21e siècle", a lancé le républicain Lindsey Graham.

Certains menacent de légiférer, mais les géants de l'internet résistent, préférant l'auto-discipline à de nouvelles réglementations.

Leurs mesures consistent à plus de transparence sur les publicités à caractère politique, et à mieux faire la police des contenus, notamment pour repérer les faux comptes ou ceux émanant d'acteurs étatiques étrangers. L'expérience de 2016 les a aidés à s'améliorer, ont-ils dit.

Cette audition intervenait, hasard du calendrier, au lendemain de l'annonce de l'inculpation par le procureur spécial sur la Russie Robert Mueller de deux anciens membres importants de l'équipe de campagne de Donald Trump, pour divers délits dont blanchiment d'argent. Un troisième, moins important, a plaidé coupable pour faux témoignage concernant ses contacts avec des Russes pendant la campagne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.