En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-
5 156.50
-
SBF 120 PTS
4 123.52
-
DAX PTS
11 715.03
-0.52 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.03 %
1.150
-0.02 %

Inés Arrimadas, opposante résolue des indépendantistes catalans

| AFP | 469 | Aucun vote sur cette news
Inès Arrimadas, chef de file de Ciudadanos en Catalogne, fête les résultats des élections régionales, le 21 décembre 2017 à Barcelone
Inès Arrimadas, chef de file de Ciudadanos en Catalogne, fête les résultats des élections régionales, le 21 décembre 2017 à Barcelone ( Josep LAGO / AFP )

En plaçant jeudi son parti en tête d'élections atypiques, Inès Arrimadas, chef de file de Ciudadanos en Catalogne, a recueilli les fruits de son opposition résolue au processus indépendantiste dans la province.

Avec plus de 25% des voix et 37 députés au parlement, sa formation devient le premier parti de la région. Elle ne dirigera pas, car minoritaire face aux élus indépendantistes, mais gagne du terrain.

"La majorité sociale désire l'union avec l'Espagne et l'Europe", a-t-elle lancé jeudi soir, tout sourire, dans son discours de victoire: "les partis nationalistes ne pourront plus jamais prétendre parler au nom de toute la Catalogne".

Inès Arrimadas aura donc le rôle de première opposante.

Au cours des dernières années, cette jeune femme brune de 36 ans, avocate de formation, s'était imposée comme l'une des principales figures de la lutte contre le projet sécessionniste, dans les médias ou à la tribune du parlement de Catalogne.

Elle avait ainsi qualifié de "coup porté à la démocratie" l'adoption, lors des sessions des 6 et 7 septembre, par la courte majorité indépendantiste de la chambre régionale de la loi qui a permis l'organisation du référendum d'autodétermination illégal du 1er octobre.

Elle avait ensuite accusé le président catalan Carles Puigdemont, destitué depuis et réfugié en Belgique, d'avoir entraîné la région dans un processus "kafkaïen".

"Vous n'aimez pas le face à face, monsieur le président", lui avait-elle lancé. "Vous n'aimez pas dialoguer, débattre, négocier avec qui n'est pas comme vous".

- Une ascension fulgurante -

Née en Andalousie (Sud) à Jerez de la Frontera, elle a étudié le Droit et l'Administration des entreprises, a passé une année étudiante Erasmus à Nice puis s'est installée il y a plus de dix ans en Catalogne, comme avocate dans le privé.

Mariée à Xavier Cima, ancien homme politique indépendantiste retiré de la vie publique, elle assiste en 2010 à un meeting du parti Ciudadanos, créé en 2006 en réaction contre la corruption et pour s'opposer au nationalisme catalan.

Elle y adhère l'année suivante et entame alors une ascension fulgurante, jusqu'à être élue députée au parlement régional fin 2012.

Elle s'impose rapidement comme la chef de file de Ciudadanos en Catalogne, alors que le président et fondateur de la formation, Albert Rivera, partait à l'assaut de Madrid pour affirmer la vocation nationale du parti libéral.

Chef de l'opposition au parlement catalan depuis 2015, elle se distingue par ses talents de communicatrice et son sens de la formule, taxant la revendication indépendantiste de "monothème" ou la consultation sur l'indépendance de "neverendum".

Face à un nationalisme qu'elle qualifie "d'excluant", elle s'est faite la porte-voix des centaines de milliers d'Espagnols qui, comme elle, sont venus d'autres provinces pour travailler dans la riche Catalogne et participer à son essor économique.

Si l'ancien Premier ministre français Manuel Valls, natif de Barcelone et partisan de l'union de l'Espagne, a dit "admirer" les discours de la jeune femme, elle s'est attirée les foudres des indépendantistes. Núria Gispert, ancien président du parlement catalan, lui a ainsi lancé qu'elle ferait mieux de retourner dans son Andalousie natale.

Son but avoué était de "mettre fin au processus" indépendantiste: malgré son score historique jeudi, elle n'y est pas parvenue.

Andrés Rodríguez Benot, professeur qui enseignait le Droit international privé à l'Université Pablo de Olavide de Séville, raconte que son élève Arrimadas, "brillante mais réservée", s'était aperçue que certains élèves falsifiaient leurs résultats en langues étrangères afin d'obtenir des bourses Erasmus.

Elle les a dénoncés au recteur, qui a mené l'enquête, vérifié les faits et sanctionné les coupables.

"C'est une personne stricte et légaliste", assure son ancien professeur. "Avec elle, vous pouvez oublier le mot +corruption+".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Contrat en vue pour Derichebourg pour la cession des activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain et de traitement de déchets en Italie...

Publié le 17/10/2018

Cette nouvelle implantation remplacera la boutique de 480 m2 située au 100 rue Réaumur, qui fermera ses portes courant janvier 2019...

Publié le 17/10/2018

Ces données positives du JTA-004 complètent les récentes avancées cliniques et de fabrication obtenues par Bone Therapeutics...

Publié le 17/10/2018

Cette seconde génération LIFI propose un produit plus performant avec un débit en hausse de 30%...

Publié le 17/10/2018

Spineway marque ainsi une première étape dans la reconquête du marché américain...