En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 361.84 PTS
+0.24 %
5 359.5
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 307.89
+0.26 %
DAX PTS
12 128.97
+0.27 %
Dowjones PTS
26 100.46
+0.15 %
7 495.96
+0.82 %
1.170
+0.12 %

Hulot: l'opposition dénonce "une trahison", la majorité défend son bilan

| AFP | 266 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot le 3 juillet 2018 à l'Assemblée nationales à Paris
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot le 3 juillet 2018 à l'Assemblée nationales à Paris ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Un "aveux d'échec", "une trahison": les responsables politiques d'opposition, de droite comme de gauche, estiment que la démission de Nicolas Hulot marque la fin d'une "illusion" sur l'écologie, tandis que les représentants de la majorité louent la politique du gouvernement.

A gauche, le chef de file de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a qualifié cette démission de "vote de censure contre Macron", estimant que "la macronie commence sa décomposition".

"C'est la fin d'une illusion", a estimé Yannick Jadot, chef de file d'EELV aux élections européennes de l'an prochain, mais "c'est une mauvaise nouvelle pour l'écologie", accusant Emmanuel Macron d'avoir "manipulé Nicolas Hulot" et de rester "le meilleur ami des lobbies".

"L'écologie et les biens communs sont encerclés par les intérêts privés", a déploré le secrétaire national EELV David Cormand.

Nicolas Hulot "nous parle d'une trahison. Celle d'un pouvoir qui a abandonné toute référence au progressisme et à l'écologie. Les masques sont tombés un à un", selon le Premier secrétaire du PS Olivier Faure.

C'est un "aveu d'échec sur la nécessaire transition écologique et la fin d'une illusion sur Macron", a renchéri le secrétaire national du PCF Pierre Laurent.

Cette démission "est un appel au réveil des consciences", a tweeté le fondateur du mouvement Générations, Benoît Hamon.

- "Plantes vertes" -

A droite, le président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez a dit "comprendre que (Nicolas Hulot) se sente trahi comme aujourd'hui pas mal de Français par des promesses fortes qui avaient été faites, et le sentiment à l'arrivée que ce n'est pas très tenu".

Pour le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau, "Nicolas Hulot n'aura rien fait durant 15 mois à part torpiller le projet de Notre-Dame-des-Landes. E. Macron doit en tirer une leçon: nommer des ministres pour faire de la communication n'est pas la meilleure des idées..."

L'ancien chef de l’État Nicolas Sarkozy (2007-2012) a minimisé l'importance de ce départ, rappelant que dans tous les gouvernements il y avait des démissions, comme celle de Jean-Louis Borloo en novembre 2010 sous sa présidence. "Hulot ou pas", les questions de l'immigration ou de la crise de 2008 sont "plus importantes".

L'ancien ministre Alain Juppé, qui a pris ses distances avec LR, s'est dit "impressionné par (la) hauteur de vue et la noblesse de (la) démarche" de M. Hulot, espérant que "cette décision nous incitera tous à réfléchir et à changer".

Comme pour LFI, le RN a estimé dans un communiqué que ce départ était "le signe d'une décomposition précoce et avancée de la Macronie". "Nicolas Hulot ne jouera plus les plantes vertes", a ironisé le député et porte-parole du parti Sébastien Chenu.

- "Détermination" -

Pour le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, "le double jeu d'Emmanuel Macron sur l'écologie a été démasqué" car Nicolas Hulot "n'aura été qu'un alibi au service d'une politique cynique".

La démission de Nicolas Hulot fait "apparaître au grand jour toute l'escroquerie du gouvernement en matière environnementale", selon l'ancien numéro deux du FN, Florian Philippot.

Pourtant soutien d'Emmanuel Macron pendant sa campagne, l'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage a jugé que "les mesures que (Nicolas Hulot) a eu à prendre étaient des mesures dans le meilleur des cas faibles, et dans le plus mauvais contre-productives".

Côté majorité, le patron de la République en Marche Christophe Castaner a critiqué à demi-mot mardi le ministre démissionnaire, en affirmant que les effets de la politique "n'étaient pas toujours immédiats".

Nicolas Hulot, qui a créé la surprise en annonçant lui-même son départ à la radio France Inter mardi matin, juge insuffisants les "petits pas" du gouvernement en matière d'environnement.

L’Élysée a jugé que Nicolas Hulot pouvait être "fier de son bilan" et que "la détermination reste totale pour poursuivre dans la même direction et avec le même niveau d'ambition".

Le chef de file des députés LREM Richard Ferrand a estimé que le gouvernement avait "beaucoup agi depuis 15 mois pour relever les défis climatiques et écologiques" et qu'il continuerait "avec la même détermination". "On ne lâche rien". Le président LREM de l'Assemblée François de Rugy a salué lui aussi l'action du gouvernement sur ces questions.

La députée Sonia Krimi a toutefois estimé que le "cri d'alarme" de Nicolas Hulot devait "nous pousser à réfléchir sur notre modèle social".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Nouvelle séance de forte hausse pour le distributeur...

Publié le 18/09/2018

  Gestion de la Relation Client / CRM : une priorité pour ORAPI Group   Entretien avec Charline Lamy, Chef de projet CRM       En quoi consiste votre…

Publié le 18/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/09/2018

Responsable mondial Immobilier & Hospitality...

Publié le 18/09/2018

Air France-KLM (+2,11% à 8,91 euros) effectue un vol sans nuage aujourd’hui sur la place parisienne, à la faveur d’une double actualité. Le groupe aérien est en effet porté par les propos…