En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
+0.26 %
5 561.50
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 386.30
+0.14 %
DAX PTS
12 289.84
+0.24 %
Dowjones PTS
27 124.28
-0.11 %
7 884.54
+0.63 %
1.121
-0.03 %

Hulot en guerre contre le libre-échange, au nom du climat

| AFP | 400 | Aucun vote sur cette news
Nicolas Hulot le 22 novembre 2018 à Saint-Cloud
Nicolas Hulot le 22 novembre 2018 à Saint-Cloud ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Après s'en être pris à l'accord commercial UE-Canada, Nicolas Hulot est parti en guerre, dans un entretien au Monde dimanche, contre l'accord fraîchement conclu avec le Mercosur, "antinomique" avec la lutte contre le dérèglement climatique.

Sur tous les fronts ce week-end avec une autre interview accordée à Ouest-France et avec une tribune dans le Journal du dimanche, l'ancien ministre de la Transition écologique estime que "le libre-échange est à l'origine de toutes les problématiques écologiques".

"Il est fini le temps où j’arrondis les angles, terminé, j’en ai ras le bol. La mondialisation, les traités de libre-échange sont la cause de toute la crise que nous vivons", affirme-t-il au Monde.

Dans son viseur, l'accord entre l'Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay), conclu vendredi après plus de 20 ans de négociations, qui inquiète agriculteurs (en particulier les producteurs de viande) et ONG spécialisées sur les questions environnementales.

La situation écologique au Brésil depuis l'investiture en janvier du président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, est une source de préoccupation. L'expansion des activités agricoles se fait dans le pays au prix d'une déforestation massive et provoque de plus en plus de conflits avec les communautés traditionnelles.

"Je ne vois pas comment on peut, sur un enjeu universel, signer un accord avec un pays qui bafoue, à ce point, ces objectifs", pointe M. Hulot, dénonçant une forme d'"incohérence".

"On finit par ne plus croire personne: on dit des choses et dans la foulée, on prend des engagements, on signe des traités qui nous mènent à l’opposé de nos intentions", dit celui qui a démissionné du gouvernement le 28 août 2018.

Remonté, l'ancien ministre en profite pour évoquer son scepticisme concernant l'accord de Paris, signé en 2015 sur la lutte contre le réchauffement climatique. Dix-neuf des vingt membres du G20 (hors États-Unis) viennent de réaffirmer samedi à Osaka (Japon) leur engagement pour sa "mise en œuvre complète".

Évoquant un texte "qui n’était malheureusement pas contraignant", il estime qu'on "a confondu la signature d’objectifs avec leur réalisation. Au niveau international, il faut être sans concession et s’unir avec les progressistes, faire un front commun contre ces conservateurs criminels contre l’humanité".

A travers ses multiples interventions du week-end, c'était aussi l'occasion pour M. Hulot de clamer son opposition au Ceta, l'accord de libre-échange entre UE et Canada ("un des pires élèves du G20"), et de plaider en France pour l'unité par-delà les clivages politiques.

"Nous devons absolument nous rassembler, au-delà de toutes nos barrières politiques, religieuses pour changer nos modes de vie. En temps de guerre, on est capable de s'unir sur l'essentiel. Et nous sommes en guerre!", estime-t-il dans Ouest-France.

S'il ne sera pas candidat aux municipales, Nicolas Hulot appelle "les maires de tous bords" à "faire un effort" pour "cesser de consommer des terres agricoles à tous crins" avec des projets immobiliers ou commerciaux.

Et de se dire "prêt" à apporter son "soutien à un gouvernement qui fera la démonstration qu'il veut véritablement faire rentrer l'écologie dans la modernité".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

COVIVIOLe groupe foncier publiera (après Bourse) ses résultats du premier semestreEDENDREDLe spécialiste des tickets restaurants publiera (avant Bourse) ses résultats du premier…

Publié le 22/07/2019

13h00Prévisions économiques mondiales du FMI16h00 aux Etats-UnisReventes de logements pour le mois de juin16h00 en zone euroIndice de confiance du consommateur (première estimation) pour le mois de…

Publié le 22/07/2019

Halliburton bondit de 5,2 % à 22,87 dollars malgré la publication de résultats trimestriels contrastés. Au deuxième trimestre 2019, le groupe de services pétroliers a vu son bénéfice net…

Publié le 22/07/2019

Bonne affaire en vue ?

Publié le 22/07/2019

Casino gagne 1,05% à 32,83 euros à la Bourse de Paris après avoir annoncé la cession de sa filiale Vindémia, au distributeur GBH pour une valeur d'entreprise de 219 millions d'euros. Le groupe…