En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Chasse: Hulot dénonce l'influence des "lobbies dans les cercles du pouvoir"

| AFP | 435 | Aucun vote sur cette news
Nicolas Hulot quitte l'Elysée le 27 juin 2018
Nicolas Hulot quitte l'Elysée le 27 juin 2018 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Nicolas Hulot a dénoncé mardi la "présence des lobbies dans les cercles du pouvoir", illustrée par celle d'un conseiller politique des chasseurs lors d'une réunion lundi à l'Elysée qui a "achevé" de le convaincre de quitter le gouvernement.

Des déclarations qui ont provoqué la "stupeur" de l'intéressé, Thierry Coste, conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), qui a renvoyé l'ancien militant à son propre rôle de "lobbyiste" avant son entrée au gouvernement.

Lundi après-midi, Emmanuel Macron a organisé une deuxième réunion de haut niveau sur la chasse en six mois, avec notamment le président de la FNC Willy Schraen, Nicolas Hulot et son secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu qui pilote la réforme.

Etait également présent Thierry Coste "à qui j'ai dit frontalement qu'il n'avait rien à faire là", a affirmé Nicolas Hulot sur France Inter.

"Ça va paraître anecdotique mais pour moi c'était symptomatique et c'est probablement un élément qui a achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner", a-t-il ajouté. "C'est symptomatique de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir. Il faut à un moment ou un autre poser ce problème sur la table parce que c'est un problème de démocratie: qui a le pouvoir, qui gouverne ?"

Il a toutefois assuré que sa décision de démissionner, arrêtée lundi soir, n'avait pas été provoquée par cette réunion sur une réforme qui "peut être importante pour les chasseurs, mais surtout pour la biodiversité".

"Mais ne pensons pas que ma décision vient simplement d'une divergence sur la réforme de la chasse, c'est une accumulation de déceptions et mais c'est surtout parce que je n'y crois plus", a-t-il déclaré.

Les chasseurs se sont montrés surpris de ces propos. Willy Schraen a décrit sur BFMTV une réunion "tout à fait normale" sans "aucun éclat de voix, aucun bras jeté en l'air".

"Il a totalement menti", a assuré de son côté Thierry Coste, décrivant simplement un Nicolas Hulot "bougon".

"La chasse d'un côté et le lobbyiste des chasseurs de l'autre sont un beau prétexte mais ne correspondent en rien à la réalité", a ajouté le conseiller des chasseurs à l'AFP, notant qu'il avait déjà participé à des réunions dans le bureau de Nicolas Hulot.

"Je regrette franchement son départ parce qu'il était utile", a-t-il ajouté, même s'il l'a "combattu pendant des années".

"Lorsqu'il parlait à l'oreille de Jacques Chirac, c'est lui qui a poussé à l'interdiction des chasses présidentielles. Lorsqu'il parlait à l'oreille de Jean-Louis Borloo, c'est lui qui a conseillé et obtenu de ne pas mettre les chasseurs dans le Grenelle de l'Environnement (...) J'ai toujours dit qu'il était comme moi, lobbyiste", a insisté Thierry Coste.

Quant aux arbitrages pris lundi sur la réforme de la chasse par Emmanuel Macron, ils étaient "plutôt équilibrés", a-t-il estimé, notant des "résultats" obtenus par Nicolas Hulot.

Les chasseurs ont obtenu du président Macron, qui a plusieurs fois exprimé son soutien à la pratique de la chasse, une baisse du permis national de chasse de 400 à 200 euros par an, qu'ils réclamaient depuis longtemps.

En revanche, le chef de l'Etat a approuvé la fusion de l'Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), notamment pour mutualiser les ressources de police de l'environnement. "Les chasseurs se sont toujours opposés à ça", a noté le conseiller de la FNC.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…