En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.118
-0.04 %

Hollande: "pas sain" que tout remonte au chef de l'État

| AFP | 491 | 1 par 3 internautes
Francois Hollande lors des commémorations de l'armistice de 1918 à l'Arc-de-Triomphe à Paris le 11 novembre 2019
Francois Hollande lors des commémorations de l'armistice de 1918 à l'Arc-de-Triomphe à Paris le 11 novembre 2019 ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

François Hollande a affirmé vendredi devant des femmes élues qu'il fallait "aller au bout de la décentralisation" pour "répondre à la crise démocratique", en regrettant qu’aujourd’hui, "tout remonte " au président de la République, "ce qui n'est pas sain dans une démocratie".

L'ancien chef de l’État s'exprimait lors des Journées nationales des femmes élues (JNFE), qui se tiennent vendredi et samedi à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Crées en 2012 à l’initiative d'élues de gauche pour promouvoir la parité en politique, les JNFE rassemblent maintenant des élues de droite et de gauche.

"Il y a une crise de la représentation, pas simplement au plus haut niveau, parce que la défiance touche de manière très injuste tous les élus. C'est un symptôme de la crise de la démocratie", a affirmé M. Hollande.

Selon lui, "le citoyen est devenu de plus en plus un consommateur, très exigeant à l'égard de ses élus, comme s'ils étaient des personnes de service, comme s'ils devaient répondre comme des fonctionnaires à une demande".

Autre raison de cette crise: "la faiblesse des grandes formations politiques qu'elles soient anciennes ou nouvelles", qui débouche sur "la fragmentation de l'offre politique, et, comme on va le voir aux municipales, la prolifération des listes".

Il y a donc aujourd'hui "nécessité de réintroduire des corps intermédiaires" pour faire "amortisseurs": "les partis sont affaiblis, les syndicats sont divisés, alors qui va pouvoir faire ce travail de représentation, de délégation, de propositions? Eh bien, ce sont les élus locaux!".

Répondre à la crise nécessite également, selon l'ex-président, d'"aller jusqu'au bout de la décentralisation. Je peux regarder avec fierté mais aussi regrets ce que j'ai fait en tant que président de la République, notamment le fait d'avoir amplifié l'intercommunalité, mais il n'y a pas eu de transferts de compétences", alors "le mouvement de décentralisation s'est ralenti", a-t-il regretté.

"Il faut aussi une clarification de nos institutions". Aujourd'hui, "tout remonte" au président de la République, ce qui n'est pas sain dans une démocratie et aggrave la concentration du pouvoir" au sommet. "Le rôle du gouvernement, du Premier ministre notamment, devient beaucoup plus difficile".

Autre réponse selon M. Hollande à la crise de la démocratie: "la territorialisation des politiques. La politique nationale doit prendre en compte les spécificités locales, tout en maintenant le lien commun"

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…