En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Hollande critique Macron sans le nommer

| AFP | 186 | 5 par 1 internautes
François Hollande à Bordeaux, le 1er décembre 2017
François Hollande à Bordeaux, le 1er décembre 2017 ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

François Hollande a assuré vendredi ne jamais être "parti de la vie politique", et critiqué sans le nommer son successeur Emmanuel Macron, lors d'un discours à Cherbourg (Manche) en forme de plaidoyer pour la social-démocratie.

Le "libéralisme entretient le populisme, l'amplifie, le sert", a estimé l'ancien chef de l'Etat, qui s'affichait publiquement pour la première fois depuis son départ de l'Elysée au côté de Bernard Cazeneuve, son dernier Premier ministre.

Visant sans le nommer son successeur, l'ex-président a notamment souligné "la mise en cause des services publics et des fonctionnaires", ou encore "la diminution des droits sociaux, au nom du travail, avec des retraités qui sont maintenant montrés du doigt".

"La première des leçons, c'est qu'il faut avoir des idées, des convictions pour mener la direction du pays, on peut pas être simplement dans la gestion et dans l'accumulation de réformes soi-disant indispensables", a-t-il souligné, en ajoutant : "Une réforme n'est pas une conviction".

"Ce qui doit animer le président de la République, c'est une vision de l'avenir de son pays", a-t-il également insisté.

Face au populisme et au nationalisme "de nouveau au travail", il a en particulier tenu à expliquer la centralité qu'a, à ses yeux, la social-démocratie: "Qu'est-ce qu'il y a entre le populisme et le libéralisme? Il y a le socialisme, la social-démocratie, la gauche de gouvernement (...), la mieux placée pour répondre aux trois enjeux essentiels de la planète et du pays", a-t-il avancé, évoquant la révolution technologique, le creusement des inégalités et le réchauffement climatique.

M. Hollande a ironisé sur les intentions que lui prêtent médias et personnalités politiques : "J'entends parler de retour, certains avec sincérité (...), d'autres avec effroi, (...) d'autres encore avec gourmandise. Je veux les rassurer : je ne suis jamais sorti, si ce n'est de l'Elysée (...), je ne suis jamais parti de la vie politique".

"L'avenir de mon pays et la vie des Français sont des préoccupations légitimes de tout ancien président", a expliqué François Hollande. Tout en s'assignant aussi le rôle de "transmettre, faire que l'expérience acquise et la sagesse (...) puissent servir aux plus intrépides dans les générations qui viennent".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…