5 401.52 PTS
+0.18 %
5 403.50
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 325.00
+0.16 %
DAX PTS
12 538.58
-0.23 %
Dowjones PTS
24 664.89
+0.00 %
6 774.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 162.24
-0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Hayange: quatre artistes annulent leur venue à la "fête du cochon", colère du FN

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
La chanteuse Caroline à La Rochelle le 17 juillet 2016
La chanteuse Caroline à La Rochelle le 17 juillet 2016 ( XAVIER LEOTY / AFP/Archives )

Quatre artistes féminines, qui devaient chanter à Hayange, ville FN de Moselle, le 3 septembre, ont annulé leur prestation lorsqu'elles ont appris qu'elles devaient se produire lors d'une "fête du cochon" dont elles dénoncent le caractère "politique", a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

"J'ai dénoncé le contrat en soulignant qu'il est scandaleux d'instrumentaliser les gens comme ça", a dit à l'AFP Olivier Kaefer, le producteur du spectacle "Drôles de dames", réunissant Caroline Loeb, Eve Angeli, Enzo Enzo et Ana Ka.

Selon M. Kaefer, les quatre chanteuses pensaient depuis plusieurs semaines participer à une "fête automnale", mais c'est seulement le 17 août que la mairie FN de Hayange, dirigée par Fabien Engelmann, a évoqué une "fête du cochon", et le 21 août qu'elle a dévoilé l'affiche de la manifestation, sous-titrée "Nos traditions d'abord".

"Nous avions accepté d'aller à Hayange tout en sachant que c'était une ville FN, car nous chantons pour tout le monde, sans faire de politique. Mais la mairie s'est bien gardée de nous dire qu'il s'agissait d'une fête du cochon, avec une connotation anti-musulmane clairement ciblée, surtout au moment de l'Aïd-el-Kébir", a dit M. Kaefer.

"Le maire n'a pas le droit de demander à des gens qui n'ont rien à voir avec tout ça d'être partenaires de ses idées nauséabondes. C'est dégueulasse, ça me fait vomir", a-t-il ajouté.

De son côté, le maire FN de Hayange a dénoncé la "malhonnêteté" du producteur du spectacle qui, selon lui, connaissait depuis longtemps l'intitulé exact de la manifestation.

"Aujourd'hui le mot cochon est devenu un gros mot, c'est ça qui est gênant. Dès qu'on veut essayer de défendre le folklore et les traditions françaises, ça pose un problème", a-t-il déploré, assurant que "cette fête n'est pas politisée: il n'y aura ni logo, ni banderole FN".

"Les personnes qui ne veulent pas manger de cochon peuvent manger autre chose. Moi-même, je suis végétarien", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2018

Le numéro un mondial du secteur parapétrolier Schlumberger a présenté des comptes meilleurs que prévu grâce à la hausse des cours du pétrole. Au premier trimestre, le bénéfice net s’est…

Publié le 20/04/2018

Jean-Marc Janaillac, le Président d'Air France, met son poste en jeu ! Alors que la compagnie s'enlise dans un conflit social sans fin, le dirigeant a...

Publié le 20/04/2018

GM Korea et les syndicats ne sont pas parvenus à un accord visant à éviter le dépôt de bilan. Dan Amman, président de General Motors (GM), avait affirmé qu'il fallait parvenir avant…

Publié le 20/04/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 192 562,22 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 20/04/2018

A contre-courant, STMicroelectronics aligne une troisième séance consécutive dans le rouge à Paris, en repli de 1,85% à 17,5 euros...