En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Harcèlement sexuel: "tout ne peut pas être judiciarisé", selon Rossignol

| AFP | 353 | 5 par 1 internautes
L'ancienne ministre des Droits des femmes, des Familles et de l'Enfance, Laurence Rossignol à Paris le 8 septembre 2016
L'ancienne ministre des Droits des femmes, des Familles et de l'Enfance, Laurence Rossignol à Paris le 8 septembre 2016 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

L'ex-ministre des Droits des Femmes Laurence Rossignol (PS) a estimé jeudi que, s'agissant du harcèlement sexuel, "tout ne peut pas être judiciarisé", soulignant qu'il fallait bien "distinguer ce qui relève d'infractions pénales et ce qui relève des gestes, propos déplacés".

"Il n’est pas étonnant que, quand la cocotte-minute explose, quand le couvercle saute, il y ait des projections un peu partout", a déclaré la sénatrice de l'Oise lors de l'émission "Questions d'info" LCP-Le Monde-franceinfo-AFP.

"Le couvercle a été tellement pesant, les femmes ont été tellement intimées soit à se taire, soit à parler dans le vide que forcément, ça donne ça. Après, ça va se réguler", a-t-elle dit alors qu'elle était interrogée sur les propos du président Emmanuel Macron, qui a mis en garde samedi contre "un quotidien de la délation".

Sans citer d'affaire précise, Mme Rossignol a insisté sur la nécessité de "distinguer ce qui relève d'infractions pénales et ce qui relève des gestes, propos déplacés, qu’on a toutes connus au quotidien".

"Quand une accusation est portée, il faut que, très rapidement, on sache si cette accusation est ou non une accusation fondée d’un point de vue judiciaire parce que sinon, ça met les personnes accusées dans une situation extrêmement désagréable et qui a aussi des conséquences sur leur vie quotidienne, sur leur travail", a-t-elle souligné.

"Après il y a les gestes déplacés... mais tout n’est pas de nature pénale. On ne peut pas passer, nous, les femmes, notre vie au commissariat, à la gendarmerie ou chez le juge pour les dix réflexions, dix petits gestes auxquels on est confrontées dans notre vie", a ajouté Mme Rossignol.

La femme qui subit gestes ou propos déplacés "doit pouvoir remettre à sa place" son auteur "et surtout, ceux qui sont autour doivent se mouiller" car, a-t-elle rappelé, "souvent, on se sent bien seule à dire +franchement, là, vous avez dépassé les bornes+ ou +tu as dépassé les bornes+".

"Ca concerne tout le monde" et "il y a des règles qui sont des règles de vie collective qu’il faut poser, sinon on aura les infractions pénales et tout le reste continuera à se développer", a-t-elle martelé.

"Tout ne peut pas être judiciarisé, et ce qui n’est pas l’objet de poursuite n’est pas pour autant tolérable, mais ça, c’est une régulation collective", selon elle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...