5 411.78 PTS
+0.60 %
5 403.50
+0.55 %
SBF 120 PTS
4 301.61
+0.46 %
DAX PTS
13 044.73
+0.28 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Harcèlement sexuel: Le Maire se dit opposé à la dénonciation, puis rétropédale

| AFP | 140 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 13 octobre 2017 à Washington
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 13 octobre 2017 à Washington ( Eric BARADAT / AFP )

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a fait lundi amende honorable après avoir assuré quelques heures plus tôt qu'il ne dénoncerait pas de responsable politique s'il avait connaissance de faits de harcèlement sexuel.

Alors qu'on lui demandait sur franceinfo lundi matin s'il pourrait dénoncer des harceleurs, M. Le Maire a répondu "non". "C'est compliqué mais la dénonciation ne fait pas partie de mon identité politique", a-t-il expliqué.

Quelques heures plus tard, le ministre a posté sur Twitter une vidéo dans laquelle il est revenu sur ces propos. "Je me suis mal exprimé, je le regrette", a-t-il alors déclaré.

"J'ai réagi au mot de dénonciation que je n'aime pas et que je n'ai jamais aimé mais j'aurais dû réagir au problème du harcèlement sexuel lui même que subissent trop de femmes en France", explique-t-il.

"Pendant trop longtemps on a voulu mettre la poussière sous le tapis, on a considéré comme anecdotique, négligeable, des faits qui sont profondément révoltants, scandaleux, inacceptables, des faits qui doivent être jugés, sanctionnés", poursuit le ministre.

"Il va de soi que si j'étais au courant de faits de harcèlement sexuel contre une femme, je serais le premier à les signaler parce que nous ne pouvons plus longtemps tolérer ce silence, qu'il faut libérer la parole, qu'il faut que les femmes victimes puissent s'exprimer avec tout le soutien de toute la société et notamment des responsables politiques", affirme-t-il, assurant être "prêt" à participer "pleinement, avec sincérité et avec coeur" au combat contre le harcèlement sexuel.

Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel au travail est devenu viral sur Twitter ce week-end, sous le hashtag #balancetonporc, donnant lieu à de multiples témoignages visant des agresseurs quasi-exclusivement anonymes, dans la foulée du scandale Weinstein aux États-Unis.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Un franchissement de seuil passif...

Publié le 24/11/2017

Conséquence de Thanksgiving, les investisseurs américains ne seront de retour que pour une demi-journée ce vendredi...

Publié le 24/11/2017

La Chine a réduit les droits de douane sur des biens de consommation. Les taxes sur certains produits et compléments alimentaires, produits pharmaceutiques, vêtements et articles de divertissement…

Publié le 24/11/2017

Une grosse application a été négociée sur le marché...

Publié le 24/11/2017

Peu d'évolutions sur le dossier Laurent Perrier après les chiffres du premier semestre...

CONTENUS SPONSORISÉS