En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-0.36 %
5 416.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-0.30 %
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 597.35
-

Harcèlement: Larcher se "méfie des justices expéditives"

| AFP | 375 | Aucun vote sur cette news
Le président du Sénat Gérard Larcher, le 2 octobre 2017 au Sénat à Paris
Le président du Sénat Gérard Larcher, le 2 octobre 2017 au Sénat à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Le président du Sénat Gérard Larcher a affirmé jeudi qu'il se "méfie des justices expéditives" et que c'est le bureau de la Haute Assemblée qui lèverait l'immunité d'un sénateur en cas de harcèlement sexuel.

"Au Sénat on respecte les procédures avant de dire qu'il n'y aura pas d'immunité", a déclaré M. Larcher sur France 3 alors qu'il était interrogé sur l'annonce par son homologue de l'Assemblée, François de Rugy (LREM), que l'immunité de députés serait levée en cas d'"obstacle" à la justice en matière de harcèlement sexuel.

"Dire qu'il n'y aura pas d'immunité ça ne veut rien dire", a poursuivi M. Larcher. La levée de l'immunité parlementaire "est une décision du bureau qui est prise au vu d'un rapport", a-t-il dit. "Je me méfie des justices expéditives. Il faut là-dessus toujours garder raison".

"Si on connaît des cas de harcèlement, naturellement il faut saisir la justice, il faut saisir le procureur", a encore dit M. Larcher. "Si je ne le faisais pas, je ne serais pas dans mon rôle".

Mais pour lui, "ce n'est pas le président du Sénat qui va faire justice à la place des procédures habituelles". "S'exprimer dans l'émotion face à une situation aussi inacceptable soit-elle, c'est, me semble-t-il, une démarche qui ne relève pas du respect des procédures et de la séparation des pouvoirs", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...