5 349.30 PTS
-0.15 %
5 361.0
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 673.83
+0.67 %
6 463.22
+1.15 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Hamon: gouvernement "doux à l'égard des marchés financiers"

| AFP | 145 | Aucun vote sur cette news
Benoit Hamon lançant son
Benoit Hamon lançant son "Mouvement du 1er juillet", à Reuilly ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Benoît Hamon, chef de file du mouvement du 1er juillet, a jugé dimanche le gouvernement "profondément conservateur", le trouvant "doux à l'égard des marchés financiers" et "dur vis-à-vis de millions de Français", comme avec la réforme du compte pénibilité ou du code du travail.

Croyant à la persistance d'un "clivage droite-gauche, selon que l'on voie le monde avec la volonté de maintenir en place les logiques libérales, ou de résister, d'aspirer à davantage d'égalité", l'ex-candidat socialiste à la présidentielle a considéré sur BFMTV que "l'actuel gouvernement est profondément conservateur, quelle que soit l'image que veut en donner le président de la République".

Aux yeux de M. Hamon, "les premiers actes posés par ce gouvernement sont très parlants", comme "l'abandon de la taxe sur les transactions financières au niveau européen qui aurait permis de financer le Fonds vert pour le climat" et de la "taxe sur les transactions financières au niveau français (intraday)", qui va provoquer un manque à gagner fiscal.

"Le gouvernement est doux à l'égard des marchés financiers. Et, dans le même temps, dans un même souffle, il est dur vis-à-vis de millions de Français. Il va supprimer quatre des dix critères du compte pénibilité, il va augmenter la CSG qui va peser principalement sur les retraités, il reporte l'annulation de la taxe d'habitation. Il y a aussi le retour du jour de carence pour les fonctionnaires, le gel du point d'indice, un déséquilibre profond dans cette politique", selon l'ancien ministre.

M. Hamon a aussi critiqué la nouvelle réforme du code du travail, par ordonnances. "Déjà la loi El Khomri va trop loin, on va encore plus loin sur les conditions de licenciement, la place du CDD par rapport au CDI, beaucoup trop loin sur les licenciements abusifs" avec la plafonnement des indemnités prud'homales, a-t-il jugé.

"Cela va évoluer sous la pression d'un certain nombre de grandes organisations patronales, grands lobbys libéraux qui plaident pour que le marché du travail soit plus déréglementé. Ni l'OCDE ni l'OIT ni la Banque mondiale ne disent que cette méthode est la bonne. Et on sait que, quand on dérèglemente le marché du travail, peut-être que le chômage baisse, mais au prix d'une augmentation de la pauvreté et de la précarité incroyable", a-t-il argumenté.

Interrogé sur une position paraissant moins batailleuse des syndicats, l'ex-candidat à l’Élysée a estimé que, "comme toujours en début de quinquennat, tous les syndicats cherchent à trouver leur point d'équilibre entre leur position et le nouveau pouvoir", mais aussi que les "syndicats, comme les partis politiques, sont affaiblis, souffrent d'un vrai déficit de légitimité".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS