En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Griveaux, "pas réveillé", cite par erreur Charles Maurras à l'antenne

| AFP | 353 | Aucun vote sur cette news
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 7 novembre 2018 à Charleville-Mézières
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 7 novembre 2018 à Charleville-Mézières ( Ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

"Pas réveillé ce matin". Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a plaidé "l'erreur humaine" jeudi pour expliquer sa bourde sur France Inter où il a attribué par erreur à l'historien résistant Marc Bloch des propos de l'écrivain antisémite Charles Maurras.

"Pas réveillé ce matin, je ne comprends pas comment j'ai pu commettre une telle erreur", a écrit M. Griveaux sur Twitter.

"Mais j'invite chacun (et moi le premier !) à relire +L'étrange défaite+ de Marc Bloch. Ses leçons restent malheureusement très actuelles. +L'erreur est humaine+", a-t-il ajouté en accolant à son message le hashtag #CiteCommeGriveaux déjà utilisé par de nombreux internautes pour railler son lapsus.

Le porte-parole du gouvernement, progressiste revendiqué, avait fait lever de nombreux sourcils dans la matinée en mettant dans la bouche de Marc Bloch une phrase du nationaliste et collaborationniste Charles Maurras.

Interrogé par France Inter sur l'interview d'Emmanuel Macron la veille sur TF1, il a d'abord expliqué comment le président avait "demandé à l'ensemble du gouvernement de se rendre chaque semaine dans les régions" pour en finir avec une "vision un peu jacobine, un peu parisienne".

"Donc les technocrates vont rencontrer le réel?", lui a alors demandé l'intervieweur, Nicolas Demorand. "C'est le pays légal qui rencontre le pays réel, pour reprendre les propos de Marc Bloch il y a bien longtemps", a répondu M. Griveaux, s'attirant aussitôt critiques et moqueries sur les réseaux sociaux.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...