En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 868.5
+1.22 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.23
+1.22 %
8 393.84
+1.03 %
1.105
-0.46 %

"Gilets jaunes": un mouvement "gangrené" par l'ultra-gauche, selon Sibeth Ndiaye

| AFP | 420 | 3 par 2 internautes
Sibeth Ndiaye le 7 novembre 2019 à l'Elysée
Sibeth Ndiaye le 7 novembre 2019 à l'Elysée ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a déploré dimanche que le mouvement des "gilets jaunes", marqué samedi par de nouvelles violences, soit depuis plusieurs mois "gangrené par des ultras" de l'extrême gauche.

"Malheureusement le mouvement des +gilets jaunes+ est, depuis un certain nombre de mois, gangrené par des ultras, des gens qui considèrent que la violence politique est légitime. Et en aucun cas nous ne pouvons l'accepter", a déclaré sur Radio J la représentante du gouvernement.

Parmi les "gilets jaunes", "on a eu aussi des gens qui se sont radicalisés, évidemment je le regrette. On a eu aussi des gens qui ont fait de l'entrisme, notamment à l'ultragauche, qui conduisent aujourd'hui à ce qu'il y ait ces violences", a ajouté Mme Ndiaye.

Pour autant, "on ne peut pas résumer" le mouvement "exclusivement à ces violences", a-t-elle souligné. "Il a été porteur à la fois de ce qu'est le mal-être français" et de "revendications" auxquelles le gouvernement a apporté des réponses "extrêmement massives" en décembre 2018, a estimé la porte-parole du gouvernement.

Mme Ndiaye a aussi appelé le chef de file de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, à "garder ses nerfs". Il avait qualifié samedi la police de "milice gouvernementale", à la suite d'un échange verbal tendu entre force de l'ordre et le député LFI Alexis Corbière, selon une vidéo diffusée par ce dernier.

Jean-Luc Mélenchon, le 9 novembre 2019 à Marseille
Jean-Luc Mélenchon, le 9 novembre 2019 à Marseille ( CLEMENT MAHOUDEAU / AFP )

"Le député Alexis Corbière gazé et frappé de sang froid après qu'il ait décliné son identité en sortant de la manifestation déclarée. Ce n'est plus de la police républicaine. Juste une milice gouvernementale. C'est cette milice qui provoque le désordre", a tweeté samedi Jean-Luc Mélenchon.

Pour Sibeth Ndiaye, on ne voit pas sur cette vidéo de "gazage" du député, et ses propos "sont des accusations extrêmement graves". "On ne peut pas dire en France qu'il existe une milice gouvernementale. Ca renvoie soit à des faits historiques extrêmement graves, soit à des démocraties qui ne sont pas des démocraties. En France personne ne tire à balles réelles sur une foule", a-t-elle insisté.

Manifestation de
Manifestation de "gilets jaunes" le 16 novembre 2019 à Nantes ( LOIC VENANCE / AFP )

Sur France Inter, l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy a vu dans les violences de samedi "une défaite de l'Etat (...) fort avec les faibles et faible avec les forts". Il a également dénoncé "l'impunité" dont semblent bénéficier les casseurs.

"C'est toute notre démocratie qui recule. Il n'y a pas de démocratie, il n'y a pas de liberté lorsqu'il n'y a pas d'ordre public", a-t-il ajouté. "Il n'y a pas de liberté de manifester lorsque toutes les manifestations sont désormais systématiquement prises en otage par des casseurs, par des black blocs, que l'on voit agir dans une forme d'impunité qui semble un peu sidérante".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

Néovacs annonce le lancement d’un appel d’offres ouvert jusqu’au 10 janvier 2020 à 16 heures, en vue de la présentation d’un plan de continuation par des partenaires ou investisseurs ou…

Publié le 06/12/2019

Tessi annonce le succès de son augmentation de capital avecsuppression du droit préférentiel de souscription, par voie d'offre au public et avec...