En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
+0.00 %
4 858.5
-0.62 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.135
-0.09 %

"Gilets jaunes": le gouvernement n'a "pas droit" à "un troisième samedi noir", selon Larcher

| AFP | 392 | Aucun vote sur cette news
Le président du Sénat Gérard Larcher au Palais du Luxembourg à Paris, le 6 juin 2018
Le président du Sénat Gérard Larcher au Palais du Luxembourg à Paris, le 6 juin 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Le président du Sénat Gérard Larcher a exhorté dimanche l'exécutif à apporter "une réponse politique" à la crise des "gilets jaunes", jugeant que le gouvernement n'avait "pas droit" à "un troisième samedi noir" après les violentes manifestations de samedi.

"Le gouvernement n'a pas le droit à un troisième samedi noir" après la journée de samedi où l'État de droit a été "bafoué" et "la République malmenée", a réagi M. Larcher (Les Républicains) lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Mais "la réponse doit être d'abord politique", a-t-il ajouté, réitérant son appel à un moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants prévue le 1er janvier.

"Je suis pour une réponse rapide. Le gouvernement a les moyens de cette réponse. L'Assemblée dans dix jours va discuter à nouveau du niveau des taxes sur l'énergie" que le Sénat à majorité de droite a voté dans le cadre du budget, a-t-il rappelé.

"Ma responsabilité de président d'une institution telle que le Sénat est de rappeler l'essentiel: maintenant, il faut qu'on sorte de cette crise", a lancé M. Larcher qui a évoqué un gouvernement "figé dans son attitude, entêté" et des "gilets jaunes" qui se sont "laissés déborder par les ultraviolents".

Sur la gestion de l'ordre public, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner "devra répondre devant la représentation nationale, et ce dès mardi au Sénat" devant la Commission des Lois, a souligné M. Larcher.

Le dispositif était adapté ? "C'est ce qu'il faudra éclaircir dès mardi de manière claire, au delà des manifestations d'autosatisfaction", a-t-il dit, critiquant le choix de "considérer les Champs-Élysées comme une fan-zone".

Le président du Sénat n'a pas totalement écarté l'hypothèse du retour de l'État d'urgence. Il n'a pas écarté non plus la piste d'un référendum lancée par le président de son parti Laurent Wauquiez, mais en soulignant que cette procédure prenait "du temps" et qu'il y avait "urgence".

Faut-il interdire une éventuelle prochaine manifestation ? "Si on est incapable de la maîtriser, il faut l'interdire". "Nous verrons dans quel état est l'exécutif. C'est sa mission, son devoir".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Elis poursuit la consolidation du marché allemand avec l'acquisition de Curantex GmbH       Saint Cloud, le 14 décembre 2018 - Elis, un prestataire multi-services…

Publié le 14/12/2018

EuropaCorp connaîtra un exercice 2018-2019 significativement déficitaire...